Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Italie : en Basilicate, les migrants sont les bienvenus face à la désertification rurale

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Richard Bona, l'un des bassistes les plus doués de sa génération

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'Italie entre dans une zone d'incertitude

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'échec de Renzi: avoir sous-estimé la brutalité sociale de sa politique"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La "castritude" selon Ségolène Royal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pierre Conesa : "L’Arabie saoudite a une diplomatie à deux facettes"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"La Turquie ne peut pas se passer de l'Europe"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : les populistes s'enracinent

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Brexit : bras de fer entre le gouvernement et la Haute Cour

En savoir plus

FRANCE

La dette française atteint un niveau record

Texte par Dépêche

Dernière modification : 30/03/2012

Si la France est parvenue à réduire une partie de son déficit public, la dette continue d'augmenter, passant de 82,3% en 2010 à 85,8% du PIB en 2011, un niveau record.

AFP - La France a réduit son déficit public davantage que prévu en 2011, à 5,2% du PIB, mais la dette publique a continué d'augmenter, davantage qu'attendu, atteignant le niveau record de 85,8% du PIB, a annoncé vendredi l'Insee.

Le déficit public, qui comprend les comptes de l'Etat, des collectivités locales et de la Sécurité sociale, a été ramené de 7,1% du produit intérieur brut (PIB) à 5,2%, soit la plus forte réduction jamais réalisée par la France.

Le gouvernement s'était engagé auprès de ses partenaires européens sur un objectif de 5,7%, avant d'affirmer, depuis fin janvier, que le déficit 2011 serait plutôt à 5,4% ou 5,3%.

Il doit le ramener à 4,5% cette année puis 3% l'an prochain.

En revanche, la dette publique a continué d'exploser, à 85,8% du PIB en 2011 contre 82,3% en 2010, selon l'Institut national de la statistique et des études économiques. C'est davantage que prévu par le gouvernement, qui tablait sur une dette à 84,9% l'an dernier.

Dans le détail, les prélèvements obligatoires (impôts, taxes, cotisations...) grimpent de 42,5% du PIB en 2010 à 43,8% l'an dernier, soit un peu plus que les 43,7% prévus. Et les dépenses publiques baissent davantage qu'escompté, de 56,6% du PIB en 2010 à 55,9% en 2011 (au lieu de 56,3% prévus).

 

Première publication : 30/03/2012

  • ÉCONOMIE

    La France accuse un déficit commercial record pour l'exercice 2011

    En savoir plus

  • CRISE ÉCONOMIQUE

    Pourquoi la France présente un second plan d'austérité

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le gouvernement présente un budget 2012 placé sous le signe de l'austérité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)