Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Afrique

Après la prise de Kidal, l'armée évacue deux nouvelles villes du Nord

Vidéo par Carlotta RANIERI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/03/2012

L'armée malienne dit avoir évacué vendredi soir deux nouvelles localités du nord-est du pays, Ansogo et Bourem, peu après la prise de Kidal par la rébellion touareg. La junte demande un soutien "extérieur" pour endiguer l'avancée des insurgés.

AFP - Les rebelles touareg ont pris vendredi le contrôle de la ville stratégique de Kidal, dans le nord-est du Mali, poussant la junte militaire à s'alarmer de cette situation "critique" et à appeler au soutien "extérieur" pour endiguer cette avancée.
              
Après 48 heures de combats, le groupe armé islamiste Ansar Dine, appuyé par des éléments du Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA), le grand groupe rebelle touareg, a pris le contrôle de Kidal (1.000 km au nord-est de Bamako) dans la matinée.

Le chef d'Ansar Dine, Iyad Ag Ghaly, natif de Kidal, a fait peu après une entrée triomphale dans la ville, où il est arrivé "à la tête d'un cortège de véhicules" sur lesquels flottait le drapeau noir frappé du sceau du prophète, habituel emblème des salafistes et des islamistes radicaux, selon des témoins.
              
Un député et fils du chef traditionnel de Kidal, Intallah, compte également parmi les commandants d'Ansar Dine.
              
Le camp de la Garde nationale (armée) a été pillé en partie et incendié. Des maisons d'officiers ont également été pillées.
              
Le gouverneur de la région et six autres officiels locaux sont détenus "en sécurité" chez un chef traditionnel, selon un responsable local. Figurent parmi eux le commandant de zone de l'armée, le colonel des unités spéciales et le chef de la gendarmerie.
              
Aucun bilan des pertes n'était disponible en fin de journée.
              
Toujours selon des témoins, des éléments d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) auraient pris part à l'attaque.
              
Le MNLA, qui affiche une position laïque, ne partage pas les objectifs d'Ansar Dine (défenseur de l'islam, en arabe), qui vise l'instauration de la charia (loi islamique) et a des liens avec Aqmi, mais les deux groupes combattent parfois ensemble l'armée malienne par stratégie.
              
Après Kidal, l'armée gouvernementale a annoncé dans la soirée avoir évacué deux nouvelles localités Ansogo et de Bourem (nord) pour se regrouper et "renforcer" ses positions à Gao", (à 350 kilomètres au sud-ouest) où se trouve son état-major régional.
              
Le nord du Mali subit depuis la mi-janvier une vaste offensive des rebelles touareg et de groupes islamistes.
              
Avec les localités d'Aguelhok, Tessalit, Tinzawaten et aujourd'hui Kidal, les rebelles contrôlent désormais la quasi-totalité du nord-est malien, considéré comme le berceau des Touareg. Gao et Tombouctou (nord-ouest) restent sous contrôle de l'armée.
              
La junte au pouvoir depuis le coup d'Etat militaire qui a renversé le 22 mars le président Amadou Toumani Touré (dit ATT) a invoqué l'échec du régime contre la rébellion pour justifier son putsch.
              
Acculée face aux rebelles, totalement isolé sur scène internationale, la junte, par la voix de son chef, le capitaine Amadou Sanogo, a jugé vendredi matin la "situation critique".


              
"Excuses"

                          
"Les rebelles continuent à agresser notre pays et terroriser nos populations" et "notre armée a besoin du soutien des amis du Mali", a prévenu le capitaine Sanogo au cours d'une conférence de presse.
              
Il a déploré "un incident malheureux indépendant de notre volonté", après l'échec de la médiation de chefs d'Etat ouest-africains jeudi à Bamako, qui ont annulé leur venue en raison d'une manifestation pro-junte à l'aéroport.
              
Le chef des mutins a présenté ses "excuses" à la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) et aux partenaires du pays.
              
Choisissant la manière forte, les chefs d'Etat ouest-africaines ont menacé la junte d'un embargo "diplomatique et financier" faute d'un retour à l'ordre constitutionnel d'ici lundi. Une telle mesure provoquerait immédiatement l'asphyxie du Mali, pays pauvre et enclavé.
              
"Nous avons compris la position de la Cédéao, nous nous félicitons surtout de la volonté de part et d'autre de continuer à privilégier le dialogue", a commenté le chef des putschistes, qui a "invité la Cédéao à approfondir davantage son analyse de la situation", sans pour autant proposer formellement aux chefs d'Etat de revenir à Bamako.
              
Face aux condamnations internationales unanimes, les putschistes se sont efforcés jusqu'à présent d'instaurer un état de fait, multipliant les mesures visant à une normalisation, notamment l'adoption d'une Constitution censée régir la transition jusqu'à des élections à une date non déterminée.
              
Ils savent pouvoir s'appuyer sur l'adhésion d'une partie des Maliens vivant dans la pauvreté et écoeurés par la corruption.
              
Mais à Bamako, le climat s'est détérioré ces dernières heures, avec des affrontements jeudi entre pro et anti-junte, alors que la presse internationale est de plus en plus prise à partie par les partisans du nouveau régime.
              
Les Etats-Unis se sont dit vendredi "très inquiets" de l'avancée des rebelles touaregs et ont pressé une nouvelle fois la junte militaire de se retirer.

 

Première publication : 31/03/2012

  • MALI

    Les chefs d'État de la Cédéao contraints d'annuler leur venue à Bamako

    En savoir plus

  • MALI

    La junte annonce l'adoption d'une nouvelle Constitution, la Cédéao hausse le ton

    En savoir plus

  • MALI

    Les putschistes ont-ils les moyens de se maintenir au pouvoir ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)