Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

Amériques

Barack Obama impose de nouvelles sanctions contre l'Iran

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/03/2012

Soucieux de renforcer la pression contre le programme nucléaire iranien, le président américain a annoncé vendredi que les réserves mondiales de pétrole étaient suffisantes pour réduire significativement l'achat de brut à la République islamique.

AFP - Le président des Etats-Unis Barack Obama a renforcé la pression contre le programme nucléaire iranien vendredi en déterminant que le marché pétrolier mondial pouvait supporter l'application fin juin de sanctions visant les exportations de brut de la république islamique.
              
"Etant donné la situation économique actuelle, l'augmentation de la production par certains pays, le niveau des capacités (de production) disponibles et l'existence de réserves stratégiques, entre autres facteurs, j'ai déterminé (...) que la production de pétrole et de produits pétroliers d'autres pays que l'Iran permettait une réduction significative de l'achat de pétrole et de produits pétroliers à l'Iran par ou via des institutions financières étrangères", écrit M. Obama dans un "mémorandum" diffusé par la présidence américaine.
              
Cette certification par le dirigeant américain était prévue par un texte de loi qu'il avait promulgué en décembre et qui vise à punir le régime de Téhéran pour son programme nucléaire controversé.
              
Ce texte prévoit en particulier de sanctionner les institutions financières étrangères ayant des rapports avec la Banque centrale iranienne, qui gère généralement le commerce du pétrole de la république islamique, l'idée étant de tarir les ressources d'un pays très dépendant de la rente pétrolière.
              
L'annonce de la Maison Blanche, qui était attendue, intervient alors que les cours du brut sur les places mondiales sont déjà soutenus par la nervosité des opérateurs vis-à-vis de la situation en Iran. M. Obama a récemment estimé à 20 à 30 dollars par baril le renchérissement provoqué par la tension au Moyen-Orient.
              
En conséquence, les prix de l'essence à la pompe se rapprochent des plus hauts niveaux historiques aux Etats-Unis, une possible menace sur la reprise économique et une vulnérabilité pour M. Obama face à ses adversaires au moment où il brigue un second mandat de quatre ans à la Maison Blanche lors de la présidentielle du 6 novembre.
              
Vendredi, M. Obama a promis de "surveiller de près la situation pour s'assurer que le marché peut continuer à supporter une réduction des achats de pétrole et de produits pétroliers en Iran".
              
Le 31 décembre, M. Obama avait promulgué une loi de financement du Pentagone qui renforçait les sanctions contre le secteur financier de l'Iran via les institutions financières étrangères qui feraient affaire avec la banque centrale de ce pays.
              
L'annonce de vendredi est intervenue alors que la Turquie, l'un des principaux alliés de Washington au Moyen-Orient, mais qui partage une frontière terrestre avec l'Iran, a révélé le même jour avoir réduit de 20% ses approvisionnements de brut en provenance de ce pays.
              
Washington avait annoncé la semaine dernière qu'il allait exempter onze pays, dont dix pays européens et le Japon, des nouvelles sanctions lancées contre l'Iran dans le cadre de la pression exercée sur son programme nucléaire, soupçonné d'être à visée militaire, ce que Téhéran dément.
              
La Turquie, qui ne figure pas parmi ces pays, cherche à bénéficier de la même exemption.
              
La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton était justement vendredi en Arabie saoudite, un autre pays de la région allié des Etats-Unis. Riche en or noir, l'Arabie s'est dit prête à compenser une partie d'une baisse des exportations iraniennes.
              
Samedi, Mme Clinton doit assister à Ryad à la première réunion du Forum de coopération stratégique entre les Etats-Unis et le Conseil de coopération du Golfe (CCG). L'Iran et son programme nucléaire devraient notamment être évoqués.

 

Première publication : 31/03/2012

  • IRAN

    Obama dénonce le "rideau de fer électronique" imposé aux ressortissants iraniens

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Barack Obama assure Israël de l'engagement américain sur la question iranienne

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Bras de fer diplomatique entre Obama et Netanyahou sur le nucléaire iranien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)