Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Afrique

Le chef de la junte Amadou Sanogo : "le Mali est un et indivisible"

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 31/03/2012

Impuissante face à l’avancée des rebelles dans le nord du Mali, la junte au pouvoir semble de plus en plus isolée. Son chef, le capitaine Amadou Sanogo, veut toutefois continuer la lutte pour "rétablir l’intégrité du territoire malien".

"Pour ma part, je ne dirais pas que c’est un échec". C’est par ces mots que le capitaine Amadou Sanogo a qualifié le coup d’État qui l’a porté au pouvoir le 22 mars. Ni le chaos qui règne dans le nord du pays, où la rébellion s’empare une à une des principales villes, ni l’isolement diplomatique dont fait l’objet sa junte, ne semblent décourager celui qui était encore il y a peu un simple capitaine de l’armée malienne.

"Nous sommes en train de mettre tous les moyens en œuvre, tous les moyens en œuvre, pour rétablir la quiétude, l’intégrité du territoire malien", a-t-il assuré dans un entretien exclusif accordé aux envoyés spéciaux de FRANCE 24 au Mali.

"C’est vrai, je déplore les pertes en vie humaines, les pertes sur le plan matériel. Mais il faut reconnaître que la situation pourrit depuis une dizaine d’années", avance-t-il pour expliquer les déconvenues de l’armée régulière dans le nord du pays.

Appel à la communauté internationale

Des défaites sur le terrain qui sonnent comme des désaveux pour Sanogo et ses hommes, qui se sont emparés du pouvoir précisément parce qu’il jugeaient le président Amadou Toumani Touré (dit "ATT") incapable de mater la rébellion.

"Ce qui a été causé en 10 ans n’est pas réparable en une semaine", argumente celui qui a été contraint, vendredi 30mars, de lancer un appel à la communauté internationale pour "sauver la population et l’intégralité territoriale du Mali ".

Obligée de reculer dans le nord du pays, la junte doit également faire face à un isolement diplomatique. La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest" (Cédéao) a condamné le putsch au Mali et demandé le retour de l’ordre constitutionnel. L'organisation ouest-africaine a par ailleurs menacé les putschisters de leur imposer un embargo "diplomatique et financier" si l'ordre constitutionnel n'est pas rétabli d'ici lundi, tout en indiquant avoir mis en alerte sa "force d'intervention".

 

Première publication : 31/03/2012

  • MALI

    Les rebelles touareg ont pénétré dans Gao, place forte de l’armée malienne

    En savoir plus

  • MALI

    Face à l'avancée des rebelles, la junte demande une aide extérieure

    En savoir plus

  • EXCLUSIVITÉ RFI

    Le président "ATT" affirme se trouver à Bamako, en bonne santé et libre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)