Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

  • L’Australie déjoue des meurtres projetés par l’État islamique

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

Moyen-orient

À Istanbul, les "Amis du peuple syrien" accentuent la pression sur Damas

Vidéo par Julie ALBET

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/04/2012

Réunis à Istanbul, en Turquie, les "Amis du peuple syrien" ont accru la pression sur le régime de Bachar al-Assad, qui poursuit sa répression bien qu'il ait accepté le plan de paix de l'émissaire de l'ONU et de la Ligue arabe, Kofi Annan.

AFP - Les "Amis du peuple syrien" ont appelé dimanche à Istanbul à fixer une "date limite" pour l'application par Damas du plan de paix de Kofi Annan, mais sont restés muets sur l'armement des rebelles, qui ont déploré le temps ainsi donné au régime.

Pendant ce temps, les violences ne montraient aucun signe de répit, faisant au moins 40 morts à travers le Syrie, dont 15 membres des forces gouvernementales, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui estime à près de 10.000 le nombre de tués en un an de révolte.

"Le peuple syrien doit savoir qu'il n'est plus seul"

"Le groupe des Amis a salué les efforts de l'émissaire spécial Kofi Annan et a exprimé son soutien à l'application intégrale de son mandat", ont affirmé les 83 pays réunis à Istanbul dans une déclaration finale conjointe.

Le groupe a aussi "appelé l'émissaire spécial à déterminer une date limite pour les prochaines étapes, incluant un retour devant le Conseil de sécurité de l'ONU, si les tueries continuent".

Le régime de Bachar al-Assad s'est engagé mardi à appliquer ce plan, mais la poursuite des violences laissent de nombreuses capitales sceptiques sur ses intentions.

"Presque une semaine s'est écoulée et nous devons conclure que le régime allonge sa longue liste des promesses non tenues", a déclaré la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton.

Manifestant la même impatience, le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, a insisté sur la nécessité de "fixer une limite dans le temps" au régime pour mettre en oeuvre le plan Annan, car "il y a un risque bien sûr d'enlisement".

Le plan de M. Annan, absent d'Istanbul, préconise la cessation de la violence par toutes les parties sous supervision de l'ONU, la fourniture d'aide humanitaire aux zones touchées par les combats et la libération des personnes détenues arbitrairement.

Les Amis du peuple syrien ont par ailleurs souligné le droit de la population à l'autodéfense, défendu avec véhémence par la Turquie comme un moyen de pression supplémentaire sur Damas.

L'action de la Ligue arabe et de l'ONU a été "inefficace"
L'armement des rebelles, et notamment de l'Armée syrienne libre (ASL), réclamé par l'opposition syrienne et des pays arabes, comme l'Arabie saoudite et le Qatar, n'est en revanche pas mentionné. Les Etats-Unis sont opposés à un tel armement.

Burhan Ghalioun, le président du Conseil national syrien (CNS), la principale coalition de l'opposition, a toutefois annoncé que son mouvement allait verser des salaires aux membres de l'ASL en lutte contre Damas.

"Le CNS va prendre en charge le paiement des salaires fixes de tous les officiers, soldats et résistants membres de l'ASL", composée en majorité de déserteurs, a-t-il déclaré.

Des diplomates ont précisé que trois ou quatre pays arabes, dont l'Arabie et le Qatar, allaient verser des millions de dollars pour ce programme.

Les participants à la conférence -- à laquelle étaient absents la Russie, la Chine et l'Iran, alliés de Damas -- ont également reconnu le CNS comme "un représentant légitime de tous les Syriens", un geste en deçà des attentes du CNS qui souhaitait être admis comme unique interlocuteur de la communauté internationale.

Les "Amis" ont appelé tous les opposants à se réunir sous l'étiquette du CNS.

La conférence va en outre constituer un groupe de travail sur des sanctions à adopter contre le régime syrien, selon sa déclaration finale. Celui-ci se réunira "à Paris sous quinzaine", a précisé M. Juppé.

Le chef de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi, a également appelé les participants à faire pression sur le Conseil de sécurité de l'ONU pour qu'il prenne des mesures "contraignantes" contre le régime d'Assad.

L'opposition syrienne a salué des avancées lors de cette réunion, comme la "date limite" pour la mise en oeuvre du plan Annan, mais a aussi estimé que la communauté internationale devait être cohérente avec elle-même et se donner à présent les moyens d'aider les Syriens.

"Il faut que la communauté internationale formalise les mécanismes et les moyens de livrer cette aide. De notre point de vue, ça veut dire des voies de passage assurées, des zones protégées, ça implique le déploiement d'une certaine capacité militaire pour protéger ces zones", a déclaré à l'AFP Bassma Qodmani, membre du comité exécutif du CNS.

Le secrétaire du conseil militaire de l'ASL, le capitaine Ammar al-Wawi, contacté par téléphone par l'AFP, a estimé de son côté que la réunion ne faisait que "prolonger la vie" du régime, en ne se prononçant pas pour un armement des rebelles.

"Si le plan Annan échoue, il y en a aura d'autres, puis on organisera une troisième conférence sur les 'Amis de la Syrie'", a-t-il déploré, en ajoutant: "ce régime ne peut tomber que par les armes".

Pour leur part, les médias officiels syriens ont dénoncé la conférence, en la qualifiant de "tribune pour les ennemis de la Syrie". Le journal du parti au pouvoir, al-Baas, a notamment évoqué "une offensive régionale et internationale (...) afin de parvenir à terme à affaiblir la Syrie".

Première publication : 01/04/2012

  • SYRIE

    Le régime de Damas affirme avoir écrasé le mouvement de contestation

    En savoir plus

  • SYRIE

    Kofi Annan exige de Damas un cessez-le-feu "immédiat"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Damas accepte le plan proposé par Kofi Annan pour mettre fin à la violence

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)