Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie: un terrorisme pas si "résiduel"

En savoir plus

DÉBAT

Sommet de l'ONU sur le climat : nouvelle conférence, nouvel élan ?

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État islamique : la coalition passe à l'offensive

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : longtemps frileuse, la Turquie prête à s'engager

    En savoir plus

  • Les Français jihadistes présumés sont rentrés de Turquie sans être arrêtés

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Rama Yade : "C'est une guerre entre la civilisation et la barbarie"

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'opposante Aung San Suu Kyi élue députée, selon son parti

Vidéo par AFP

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/04/2012

La chef de file de l'opposition birmane Aung San Suu Kyi, a été élue au Parlement lors de législatives partielles historiques, selon des résultats revendiqués par son parti. Elle a salué la "victoire du peuple".

AFP - L'opposante birmane Aung San Suu Kyi, qui a remporté dimanche son premier siège de députée selon des résultats revendiqués par son parti, a salué la "victoire du peuple" et demandé à ses troupes de s'abstenir de tout débordement après des élections partielles historiques.

"Je voudrais demander à tous les membres de la LND d'être particulièrement attentifs, en particulier au fait que la victoire du peuple soit une victoire digne", a déclaré la lauréate du prix Nobel de la paix dans un communiqué après le scrutin.

Bien avant la moindre communication officielle de la Commission électorale, la Ligue nationale pour la démocratie (LND) de Suu Kyi avait tablé dès dimanche soir sur des victoires dans tout le pays et affirmé qu'Aung San Suu Kyi avait triomphé dans sa circonscription rurale de Kawhmu, à deux heures de Rangoun.

Des milliers de partisans avaient hurlé leur joie et chanté jusque tard dans la soirée devant le siège du parti, dans le centre la capitale économique du pays.

"Il est normal que les membres de la LND et ses partisans soient heureux en ce moment. Mais des propos, comportements et activités qui pourraient faire du tort aux autres organisations et personnes doivent être bannis", a ajouté l'opposante dans cette déclaration publiée dimanche soir.

Lundi matin, un siège semblait toutefois pouvoir leur échapper.

"Nous avons gagné 43 sièges sur 44, nous attendons les résultats pour le dernier, dans le Nord de l'Etat Shan", a précisé Kyi Toe, responsable communication de la LND.

Un responsable du Parti national démocratique shan (SNDP), deuxième force du parlement actuel, a de son côté assuré que son candidat était "en tête" dans le Nord de ce même Etat.

Quarante-cinq sièges étaient à pourvoir lors de ces partielles: 37 à la chambre basse du parlement (sur 440 députés), six à la chambre haute et deux dans des chambres régionales. Et la LND présentait des candidats dans 44 de ces circonscriptions.

Mais même si le parti remportait tous ces sièges, le nouveau gouvernement pouvoir n'a de toute façon rien à craindre.

Le Parti de la solidarité et du développement de l'Union (USDP), créé de toutes pièces par l'ancienne junte, avait revendiqué environ 80% des sièges en 2010. Et un quart des parlementaires sont, en vertu de la Constitution, des militaires d'active désignés en marge du processus électoral.

Malgré tout, en tant que députée, Suu Kyi pourrait tenter d'influencer le nouveau régime de l'intérieur, d'ici les législatives de 2015.

"Ils veulent gagner les prochaines élections complètement et être capables de mettre en place leur propre gouvernement", commentait avant le scrutin Trevor Wilson, ancien ambassadeur australien en Birmanie.

Le gouvernement, d'anciens militaires réformateurs arrivés au pouvoir il y a un an, tente de prouver que ses réformes justifient la levée des sanctions occidentales qui étranglent l'économie du pays.

Au terme d'un processus de transition non violent et sous contrôle de l'armée, cette nouvelle équipe a proposé à Suu Kyi d'intégrer l'échiquier politique officiel. Selon les analystes, le gouvernement avait lui-même intérêt à voir l'opposante triompher sous le regard de la communauté internationale.

En attendant les résultats officiels, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton s'est montrée prudente dimanche en commentant les élections, félicitant les Birmans y ayant participé.

"Il est trop tôt pour juger de la signification des progrès réalisés au cours des derniers mois et si ceux-ci se poursuivront", a déclaré Mme Clinton, assurant que les Etats-Unis étaient "engagés à soutenir ces efforts".

Première publication : 01/04/2012

  • BIRMANIE

    Les Birmans se rendent aux urnes pour un scrutin hautement symbolique

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    Les Birmans s’apprêtent à vivre des élections historiques

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    Aung San Suu Kyi réitère la nécessité de participer à des élections même "imparfaites"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)