Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Choquette, drôlement magique !

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut faire preuve de fermeté face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

FRANCE

Rama Yade, "alliée" de Nicolas Sarkozy mais pas "ralliée"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/04/2012

Dans un entretien à Ouest-France, l'ex-secrétaire d'État, aujourd'hui au Parti radical de Jean-Louis Borloo, a annoncé qu'elle voterait Nicolas Sarkozy à la présidentielle, tout en soulignant qu'elle n'allait pas opérer de ralliement.

AFP - L'ex-secrétaire d'Etat Rama Yade annonce qu'elle votera pour Nicolas Sarkozy au premier tour de la présidentielle, mais souligne qu'elle n'est "pas une ralliée, mais une alliée" du président-candidat, dans une interview publiée samedi sur Ouest-France.fr
              
"J'ai très longuement réfléchi. Comme vous le savez, mon premier choix était Jean-Louis Borloo, mais il n'est plus candidat (...) Etant engagée à droite, et souhaitant la victoire de ma famille politique, je voterai donc pour le candidat de la droite et du centre", déclare Rama Yade.
              
"Par ce choix, je me positionne d'abord contre le candidat socialiste. Je ne suis pas une ralliée mais une alliée (...) Je ne me priverai pas de dire quand je ne serai pas d'accord. Je conserverai mon indépendance et ma liberté", ajoute-t-elle.
              
"Vous ne me verrez pas faire la béni-oui-oui, et dire des éléments de langage. Le rôle de caution ne m'intéresse absolument pas", assure-t-elle.
              
Mme Yade estime ainsi que les "quelques signaux" envoyés par Nicolas Sarkozy aux centristes et radicaux "sur la rénovation urbaine, la fiscalité" ne constituent "pas un virage social, juste un effort de rééquilibrage dont on nous dit qu'il se poursuivra".
              
"Dont acte. Mais le temps presse. Et je suis inquiète. Où sont les réserves de voix ?", ajoute-t-elle. "Sarkozy ne monte pas vraiment, c'est le candidat socialiste qui baisse sous la pression de Mélenchon dont les électeurs, n'en doutez pas, se reporteront sur le candidat socialiste comme un seul homme".
              
François Hollande que Rama Yade qualifie de "candidat shamallow". "Je ne crois pas qu'un homme sans expérience ministérielle et internationale, qui ne décide rien, puisse diriger un pays en pleine crise. On ne peut pas confier le pays à quelqu'un dont l'art de la synthèse confine à la mollesse".
              



 

Première publication : 01/04/2012

  • J-25

    27 mars : les intentions de vote pour la présidentielle de 2012

    En savoir plus

  • FRANCE

    Rama Yade présente sa démission au poste d'ambassadrice à l'Unesco

    En savoir plus

  • RÉGIONALES

    Rama Yade candidate dans les Hauts-de-Seine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)