Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Empathie et sympathie"

En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • En direct : 51 Français à bord du vol AH5017 d'Air Algérie

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

  • Sénégal : risque de famine en Casamance

    En savoir plus

  • L'ONU ouvre une enquête sur l'offensive israélienne à Gaza

    En savoir plus

  • Les députés adoptent la nouvelle carte des régions françaises

    En savoir plus

FRANCE

Rama Yade, "alliée" de Nicolas Sarkozy mais pas "ralliée"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/04/2012

Dans un entretien à Ouest-France, l'ex-secrétaire d'État, aujourd'hui au Parti radical de Jean-Louis Borloo, a annoncé qu'elle voterait Nicolas Sarkozy à la présidentielle, tout en soulignant qu'elle n'allait pas opérer de ralliement.

AFP - L'ex-secrétaire d'Etat Rama Yade annonce qu'elle votera pour Nicolas Sarkozy au premier tour de la présidentielle, mais souligne qu'elle n'est "pas une ralliée, mais une alliée" du président-candidat, dans une interview publiée samedi sur Ouest-France.fr
              
"J'ai très longuement réfléchi. Comme vous le savez, mon premier choix était Jean-Louis Borloo, mais il n'est plus candidat (...) Etant engagée à droite, et souhaitant la victoire de ma famille politique, je voterai donc pour le candidat de la droite et du centre", déclare Rama Yade.
              
"Par ce choix, je me positionne d'abord contre le candidat socialiste. Je ne suis pas une ralliée mais une alliée (...) Je ne me priverai pas de dire quand je ne serai pas d'accord. Je conserverai mon indépendance et ma liberté", ajoute-t-elle.
              
"Vous ne me verrez pas faire la béni-oui-oui, et dire des éléments de langage. Le rôle de caution ne m'intéresse absolument pas", assure-t-elle.
              
Mme Yade estime ainsi que les "quelques signaux" envoyés par Nicolas Sarkozy aux centristes et radicaux "sur la rénovation urbaine, la fiscalité" ne constituent "pas un virage social, juste un effort de rééquilibrage dont on nous dit qu'il se poursuivra".
              
"Dont acte. Mais le temps presse. Et je suis inquiète. Où sont les réserves de voix ?", ajoute-t-elle. "Sarkozy ne monte pas vraiment, c'est le candidat socialiste qui baisse sous la pression de Mélenchon dont les électeurs, n'en doutez pas, se reporteront sur le candidat socialiste comme un seul homme".
              
François Hollande que Rama Yade qualifie de "candidat shamallow". "Je ne crois pas qu'un homme sans expérience ministérielle et internationale, qui ne décide rien, puisse diriger un pays en pleine crise. On ne peut pas confier le pays à quelqu'un dont l'art de la synthèse confine à la mollesse".
              



 

Première publication : 01/04/2012

  • J-25

    27 mars : les intentions de vote pour la présidentielle de 2012

    En savoir plus

  • FRANCE

    Rama Yade présente sa démission au poste d'ambassadrice à l'Unesco

    En savoir plus

  • RÉGIONALES

    Rama Yade candidate dans les Hauts-de-Seine

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)