Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Les collections masculines 2017 tentent d’égayer un monde traumatisé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Boris Johnson "exécuté par le Brexit"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Mark Carney vole au secours de l'économie britannique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Du "Brexit" au "Borexit"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les Français disent oui à l'Europe"

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni post-Brexit : les travaillistes et conservateurs en pleine crise (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni post-Brexit : travaillistes et conservateurs en pleine crise (partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

"Le Brexit est un vote xénophobe, il révèle une coupure du Royaume-Uni en deux"

En savoir plus

POLITIQUE

"L’Europe est une famille de peuples, libres de vivre ensemble ou de partir"

En savoir plus

Moyen-orient

Damas accepte d'appliquer le plan de paix de Kofi Annan avant le 10 avril

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/04/2012

Damas a accepté d'appliquer le plan de paix en six points proposé par le médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe Kofi Annan avant la date limite du 10 avril. Une cessation complète des violences interviendrait alors dans les 48 heures.

AFP - Le médiateur de l'ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie Kofi Annan a indiqué lundi au Conseil de sécurité de l'ONU que Damas avait accepté la date limite du 10 avril pour commencer à appliquer son plan de paix, selon des diplomates.
              
Une cessation complète des violences interviendrait alors dans les 48 heures, le régime du président Bachar Al-Assad cesserait de faire avancer ses troupes vers les villes, retirerait ses armes lourdes des villes et commencerait un retrait de ses troupes.
              
Toujours selon des diplomates, M. Annan a demandé au Conseil son soutien sur cette première étape de l'application de son plan.
              
M. Annan a aussi invité le Conseil à étudier les conditions du déploiement d'une mission d'observateurs pour surveiller la situation en Syrie avec un "mandat large et flexible".
              
Le régime syrien a accepté officiellement le plan de réglement en six points mis sur la table par Kofi Annan mais a continué jusqu'ici sa répression de l'opposition, qui a fait plus 9.000 morts depuis un an selon l'ONU. Au moins 18 personnes ont péri dans les violences lundi en Syrie, où l'armée a intensifié ses opérations contre plusieurs bastions de la contestation, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
              
Le plan de M. Annan préconise la cessation de la violence par toutes les parties sous supervision de l'ONU, la fourniture d'aide humanitaire aux zones touchées par les combats et la libération des personnes détenues arbitrairement.
              
Kofi Annan s'adressait depuis Genève par vidéoconférence aux ambassadeurs des 15 pays membres du Conseil réunis à huis clos à New York pour leur faire un compte-rendu de sa mission.
              
Ce briefing, le deuxième de M. Annan devant le Conseil depuis le début de sa mission, fait suite notamment à une réunion à Istanbul ce week-end du groupe des "Amis du peuple syrien".
              
Ceux-ci avaient appelé à fixer une "date limite" pour l'application du plan Annan mais le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, s'est dit lundi opposé à tout "délai" ou "ultimatum".
              
La Russie, fidèle alliée du régime syrien, a déjà mis son veto à deux projets de résolutions du Conseil sur la Syrie.
              



 

Première publication : 02/04/2012

  • SYRIE

    Le régime de Damas affirme avoir écrasé le mouvement de contestation

    En savoir plus

  • SYRIE

    Kofi Annan exige de Damas un cessez-le-feu "immédiat"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Damas accepte le plan proposé par Kofi Annan pour mettre fin à la violence

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)