Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Disparition de Sonia Rykiel, femme libre et "reine du tricot"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping : "Ali Bongo est incapable de diriger le Gabon"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ali Bongo : "L’opposition ne parle que de mon acte de naissance"

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : la politique migratoire de Merkel pèse dans la campagne pour les régionales

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Destruction des mausolées de Tombouctou : 9 à 11 ans de prison requis contre Ahmad Al Mahdi

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"Ville morte en RDC" : une mobilisation inégale dans le pays

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : une réunion pour trouver une issue à la crise du lait

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Rio : l'heure du bilan

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis - Turquie : faux ennemis, vrais amis ? (partie 1)

En savoir plus

EUROPE

Mis en cause pour plagiat, le président hongrois Pal Schmitt démissionne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/04/2012

Le président hongrois Pal Schmitt, dont la thèse de doctorat serait un plagiat, a annoncé sa démission. Les partis de l'opposition se félicitent de cette décision qui met fin, selon eux, à un scandale préjudiciable au pays.

AFP - Le président hongrois Pal Schmitt, au coeur d'un scandale de plagiat sur son travail universitaire de doctorat, a annoncé lundi sa démission devant le Parlement.
              
"Puisque selon la Constitution, la personne du président doit représenter l'unité de la nation hongroise, et que ma personne est malheureusement devenue synonyme de division, je sens que mon devoir est d'abandonner mon poste", a-t-il déclaré devant les députés.
              
"Je sens que mon devoir est (...) de rendre mon mandat de président", a-t-il dit.
              
Ce fidèle du Premier ministre conservateur Viktor Orban avait dans un premier temps refusé de démissionner après s'être vu retirer la semaine dernière son doctorat, jugeant qu'il n'y avait "pas de rapport" entre sa thèse et sa fonction de chef de l'Etat.


Le Sénat de l'Université Semmelweiss de Budapest avait retiré le 29 mars le titre de docteur au chef de l'Etat hongrois, qualifiant de "plagiat" sa thèse sur l'histoire des jeux Olympiques qu'il avait soutenue il y a 20 ans.
              
Le Sénat avait justifié sa décision en affirmant que la thèse du doctorat ne répondait "pas aux méthodes scientifiques, ni éthiques".
              
M. Schmitt a déclaré devant les députés avoir "fait un travail honnête" et a jugé que l'université n'avait "pas le droit" de le priver de son titre de  docteur.
              
Il a aussi annoncé son intention de préparer une nouvelle thèse de doctorat avec comme sujet les sports et le respect de l'environnement.
              
Les partis de l'opposition se sont félicités de la décision de M. Schmitt, qui met fin à un scandale préjudiciable, selon eux, à l'image du pays.
              
Selon Attila Mesterhazy, le président des socialistes (MSZP), la décision de M. Schmitt était "une décision attendue depuis plusieurs jours par le pays tout entier".
              
Il a suggéré au Fidesz de proposer à la présidence Laszlo Solyom, qui avait occupé ce poste entre 2005 et 2010, et qui est reconnu pour son intégrité morale et son professionnalisme.
              
Le parti de Viktor Orban va de facto décider du nouveau président, qui doit être élu au Parlement par une majorité des deux tiers, que détient le parti conservateur.
              
L'hebdomadaire hongrois HVG avait révélé l'affaire en présentant début janvier des passages de la thèse de Pal Schmitt, 69 ans, apparaissant comme une traduction du texte en français d'un expert bulgare, Nikolaï Georgiev: "La reprise du travail du Bulgare Georgiev, sur 180 des 215 pages de la thèse de Pal Schmitt, relève du soupçon de plagiat".
              
En 2011, en Allemagne, une retentissante affaire de plagiat pour une thèse universitaire avait contraint à la démission le ministre de la Défense, Karl-Theodor zu Guttenberg, alors la personnalité politique montante au sein des partis conservateurs CDU-CSU (Union chrétienne-démocrate et Union chrétienne-sociale).

Première publication : 02/04/2012

  • HONGRIE

    Viktor Orban défend les valeurs chrétiennes et critique l'Allemagne

    En savoir plus

  • HONGRIE

    Bruxelles somme Budapest de revoir sa Constitution

    En savoir plus

  • HONGRIE

    La Commission européenne épingle Budapest pour ses lois controversées

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)