Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

EUROPE

Mis en cause pour plagiat, le président hongrois Pal Schmitt démissionne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/04/2012

Le président hongrois Pal Schmitt, dont la thèse de doctorat serait un plagiat, a annoncé sa démission. Les partis de l'opposition se félicitent de cette décision qui met fin, selon eux, à un scandale préjudiciable au pays.

AFP - Le président hongrois Pal Schmitt, au coeur d'un scandale de plagiat sur son travail universitaire de doctorat, a annoncé lundi sa démission devant le Parlement.
              
"Puisque selon la Constitution, la personne du président doit représenter l'unité de la nation hongroise, et que ma personne est malheureusement devenue synonyme de division, je sens que mon devoir est d'abandonner mon poste", a-t-il déclaré devant les députés.
              
"Je sens que mon devoir est (...) de rendre mon mandat de président", a-t-il dit.
              
Ce fidèle du Premier ministre conservateur Viktor Orban avait dans un premier temps refusé de démissionner après s'être vu retirer la semaine dernière son doctorat, jugeant qu'il n'y avait "pas de rapport" entre sa thèse et sa fonction de chef de l'Etat.


Le Sénat de l'Université Semmelweiss de Budapest avait retiré le 29 mars le titre de docteur au chef de l'Etat hongrois, qualifiant de "plagiat" sa thèse sur l'histoire des jeux Olympiques qu'il avait soutenue il y a 20 ans.
              
Le Sénat avait justifié sa décision en affirmant que la thèse du doctorat ne répondait "pas aux méthodes scientifiques, ni éthiques".
              
M. Schmitt a déclaré devant les députés avoir "fait un travail honnête" et a jugé que l'université n'avait "pas le droit" de le priver de son titre de  docteur.
              
Il a aussi annoncé son intention de préparer une nouvelle thèse de doctorat avec comme sujet les sports et le respect de l'environnement.
              
Les partis de l'opposition se sont félicités de la décision de M. Schmitt, qui met fin à un scandale préjudiciable, selon eux, à l'image du pays.
              
Selon Attila Mesterhazy, le président des socialistes (MSZP), la décision de M. Schmitt était "une décision attendue depuis plusieurs jours par le pays tout entier".
              
Il a suggéré au Fidesz de proposer à la présidence Laszlo Solyom, qui avait occupé ce poste entre 2005 et 2010, et qui est reconnu pour son intégrité morale et son professionnalisme.
              
Le parti de Viktor Orban va de facto décider du nouveau président, qui doit être élu au Parlement par une majorité des deux tiers, que détient le parti conservateur.
              
L'hebdomadaire hongrois HVG avait révélé l'affaire en présentant début janvier des passages de la thèse de Pal Schmitt, 69 ans, apparaissant comme une traduction du texte en français d'un expert bulgare, Nikolaï Georgiev: "La reprise du travail du Bulgare Georgiev, sur 180 des 215 pages de la thèse de Pal Schmitt, relève du soupçon de plagiat".
              
En 2011, en Allemagne, une retentissante affaire de plagiat pour une thèse universitaire avait contraint à la démission le ministre de la Défense, Karl-Theodor zu Guttenberg, alors la personnalité politique montante au sein des partis conservateurs CDU-CSU (Union chrétienne-démocrate et Union chrétienne-sociale).

Première publication : 02/04/2012

  • HONGRIE

    Viktor Orban défend les valeurs chrétiennes et critique l'Allemagne

    En savoir plus

  • HONGRIE

    Bruxelles somme Budapest de revoir sa Constitution

    En savoir plus

  • HONGRIE

    La Commission européenne épingle Budapest pour ses lois controversées

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)