Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ouganda : Dominic Ongwen comparaît devant la CPI

En savoir plus

FOCUS

Auschwitz, symbole d'une entreprise de mort programmée et industrielle

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La Shoah racontée dans le cinéma et la littérature

En savoir plus

SUR LE NET

La beauté noire à l'heure du web 2.0

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"En arrivant à Auschwitz, les Soviétiques ont trouvé un immense cimetière"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence de Paris sur le climat : une opportunité pour les entreprises ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence de Paris sur le climat : une opportunité pour les entreprises ? (partie 2)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Colombie : le président convaincu "que les Farc veulent la paix"

En savoir plus

DÉBAT

Victoire de Tsipras en Grèce, la naissance d'une nouvelle Europe ? (partie 2)

En savoir plus

FRANCE

Mise en examen de treize des dix-sept islamistes présumés

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/04/2012

Le procureur de Paris a annoncé la prochaine mise en examen pour détention d'armes et association de malfaiteurs en vue de préparer des actes terroristes de 13 des 17 islamistes présumés placés en garde à vue depuis vendredi.

REUTERS - Treize islamistes présumés placés en garde à vue la semaine dernière vont être présentés à un juge en vue d'une mise en examen pour association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme, a déclaré mardi le procureur de Paris.

François Molins a indiqué lors d'une conférence de presse que le groupe radical Forsane Alizza ("Les cavaliers de la fierté") dirigé par Mohamed Achamlane semblait préparer des attentats contre au moins un juge d'instruction.

"Certaines cibles institutionnelles étaient potentiellement visées. Ainsi, d'après certaines déclarations faites au cours des gardes à vue, avait été évoqué au cours d'une réunion tenue à Lyon en septembre 2011 un projet d'enlèvement d'un magistrat lyonnais avec lequel avait eu maille à partir l'un des membres de la cellule lyonnaise", a-t-il expliqué.

Dix-neuf personnes avaient été interpellées vendredi dernier mais deux d'entre elles ont été remises en liberté.

"Treize individus sur les 17 ont donc été déférés ce jour (...) devant les juges d'instruction afin d'être mis en examen du chef d'association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme et du chef d'acquisition, de transport et de détention d'armes de première et quatrième catégorie", a ajouté le procureur. Ils encourent une peine de 10 ans de prison.

Le parquet a requis le placement en détention provisoire pour neuf d'entre eux et a demandé aux magistrats instructeurs le placement sous contrôle judiciaire pour les quatre autres.

Le coup de filet réalisé la semaine dernière a permis de saisir une vingtaine d'armes, dont des kalachnikovs temporairement neutralisées et qui pouvaient être utilisées en ôtant un dispositif, a dit François Molins.

Mohamed Achamlane, le leader de Forsane Alizza également arrêté vendredi, a réfuté "toute intention terroriste", a dit son avocat nantais dans une interview à Presse-Océan.

Le coup de filet, à moins d'un mois de l'élection présidentielle, est survenu huit jours après la mort de Mohamed Merah, l'auteur des sept meurtres de Montauban et de Toulouse, qui se réclamait d'Al Qaïda et a été abattu par la police.

Il n'y a cependant aucun lien entre les deux affaires, a confirmé mardi François Molins, selon lequel Mohamed Merah n'avait au "aucun contact" avec les membres de Forsane Alizza.

Ces derniers, qui étaient sous surveillance depuis octobre 2011, menaient des entraînements physiques dans les parcs et forêts de la région parisienne et subissaient un endoctrinement idéologique dans le but de conduire le djihad, a-t-il dit.

La dissolution du groupe a été effective début mars et une information judiciaire a été ouverte pour association de malfaiteurs en vue de commettre des actes de terrorisme.

En décembre 2011, Forsane Alizza menaçait dans une vidéo postée sur son site internet d'entrer en guerre contre la France si elle ne retirait pas ses troupes des territoires à majorité musulmane, a expliqué le procureur.

 

Première publication : 03/04/2012

  • FRANCE

    Coup de filet dans les milieux islamistes en France

    En savoir plus

  • FRANCE

    Forsane Alizza : agitateurs médiatiques ou antichambre du djihad ?

    En savoir plus

  • FRANCE

    Voyage au cœur du "djihadisme de terroir"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)