Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Nuits de violences à Ferguson et 15e sommet de la Francophonie à Dakar

En savoir plus

DÉBAT

Débat en France sur un État palestinien et l'accord sur le nucléaire iranien

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La francophonie, belle et bien vivante !

En savoir plus

#ActuElles

Quarante ans d'IVG : un droit fondamental à défendre

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - Google : le géant du Net bientôt scindé en deux ?

En savoir plus

FOCUS

Bien qu'ébranlée, la protestation citoyenne se poursuit à Hong Kong

En savoir plus

TECH 24

Oculus Rift : la vie des autres

En savoir plus

REPORTERS

Liban : Chebaa au cœur de la poudrière

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Djilali Benchabane, spécialiste du Moyen-Orient et du Golfe arabo-persique

En savoir plus

Economie

La meilleure apprentie de France obtient sa carte de séjour

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 03/04/2012

Cristina Dumitru, une jeune Rom qui étudie à Nantes, vient d’obtenir son titre de séjour. Un précieux sésame qu’elle a reçu juste après avoir remporté le concours de meilleure apprentie de France alors qu’elle était sans-papiers.

Il y a des sésames qui ouvrent bien des portes. Pour Cristina Dumitru, une Roumaine d’origine rom de 18 ans, tout a basculé jeudi 30 mars lorsqu’elle a reçu la médaille d’or de la meilleure apprentie de France. Ce jour-là, elle franchissait les portes du Sénat pour recevoir son prix... tout en étant sur le sol français sans titre de séjour. Le lendemain, elle était convoquée à la préfecture qui lui a délivré le document qu’elle attendait depuis 2005 : le récépissé qui l’informe qu’elle sera titulaire d’une carte de séjour dans trois mois.

Pour elle, le lien entre les deux événements est évident. “A part mon prix de meilleure apprentie de France, rien n’a changé depuis la dernière fois [en février ndlr] où ma demande de carte de séjour a été refusée”, raconte-t-elle à FRANCE 24. D’autant plus évident que l’histoire bégaie : en 2010, déjà, la lauréate de ce concours, Linda Mihai, était une Rom elle aussi en situation irrégulière qui avait reçu son titre de séjour dans la foulée de sa médaille d’or.

Il y a quelque jours seulement, la situation de Cristina Dumitru était en effet des plus précaires. Cette étudiante en CAP vente au lycée Leonard de Vinci à Nantes était en situation irrégulière depuis sa majorité. Cristina Dumitru risquait donc d’être expulsée vers la Roumanie qu’elle a quitté avec sa famille il y a sept ans. Ses demandes pour obtenir un titre de séjour avaient été refusées deux fois au même motif : elle devait fournir un contrat de travail. “Mais je ne pouvais pas avoir de contrat de travail puisque je suis encore étudiante”, explique-t-elle.

Etudiante exemplaire

En parallèle à ses déboires administratifs, Cristina Dumitru suit une scolarité exemplaire. A tel point qu’après avoir obtenu en juin 2011 un CAP pressing, elle est inscrite au concours de meilleur apprenti de France par son lycée. “C'est une jeune femme extrêmement volontaire qui a une envie d'insertion très forte”, a expliqué le 30 mars au "Figaro" Florine Durand, la proviseure de l’établissement nantais. Après son CAP de pressing en juin dernier, le lycée l’autorise à poursuivre sa scolarité par une formation de CAP de vente.

Cristina Dumitru participe au concours et le remporte. Elle est alors invitée au Sénat, symbole fort d’une République qui jusqu’alors lui refuse ses papiers. “C’était très perturbant de me rendre au Sénat dans ma situation, d’autant plus que personne ne savait que j’étais sans-papiers”, se souvient la jeune femme. Avec sa famille, elle profite de la cérémonie pour évoquer sa situation avec les journalistes et les parlementaires présents sur place.

Une offensive qui aura donc porté ses fruits mais laisse Cristina Dumitru un peu sur sa faim. “Evidement que je suis ravie de savoir que j’aurai ma carte de sejour, mais c’est quand même dommage d’avoir été obligée d’attendre de recevoir un prix pour être régularisée”, regrette-t-elle.

Elle espère en outre que son parcours personnel contribuera à tordre le cou aux clichés qui collent à la peau des Roms en France. Une communauté qui avait été stigmatisée dans le célèbre discours prononcé par le président Nicolas Sarkozy à Grenoble en juillet 2010.

Surtout, pour Cristina Dumitru, cette médaille d’or signifie qu’elle pourra continuer à “étudier pour avoir un bac pro force de vente”. Pour elle, le rêve serait parfait si ses parents, toujours sans-papiers, pouvaient décrocher également leur carte de séjour.

Première publication : 03/04/2012

  • FRANCE

    Le Conseil de l'Europe épingle Paris sur les Roms et le logement

    En savoir plus

  • FRANCE

    "La politique à l’égard des Roms est inefficace et inhumaine"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)