Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Raids aériens, roquettes et propagande

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex président Habyarimana

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le cauchemar de la Seleçao

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

SUR LE NET

Kenya : l'opposition manifeste pour plus de démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Qu’est ce qu’on a fait au bon Dieu ?" : décryptage d’un phénomène

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

L'UMP en crise : entre dette et règlements de compte

En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

  • Les Femen poursuivies pour avoir dégradé les cloches de Notre-Dame de Paris

    En savoir plus

  • Cinquante-trois cadavres découverts par l’armée dans le centre de l’Irak

    En savoir plus

  • Jean-Baptiste de Franssu, ce Français nommé à la tête de la banque du Vatican

    En savoir plus

  • Brésil - Allemagne : "Les joueurs brésiliens ont souillé un maillot sacré"

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : en Allemagne, une victoire jugée "inimaginable”

    En savoir plus

  • Le Hamas vise Jérusalem et Tel-Aviv, Israël poursuit ses raids

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : les deux candidats revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • La Coalition nationale syrienne a élu un nouveau chef

    En savoir plus

  • Au 30 juin, la dette de l’UMP a atteint 74,5 millions d’euros

    En savoir plus

  • Pour Kiev, "la 'libération' de Donetsk risque de poser des problèmes"

    En savoir plus

  • Somalie : un assaut shebab sur le palais présidentiel repoussé

    En savoir plus

Afrique

L'Union africaine adopte des sanctions contre la junte et la rébellion touareg

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/04/2012

Alors que la Cédéao a décidé de soumettre le Mali à un embargo total, l'Union africaine a adopté des sanctions contre les membres de la junte au pouvoir et contre les rebelles touareg et islamistes qui ont pris le contrôle du nord du pays.

AFP - L'Union africaine (UA) a adopté mardi des sanctions contre les membres de la junte qui a pris le pouvoir le 22 mars au Mali et contre les groupes armés touareg et islamistes ayant pris le contrôle du nord du pays, a annoncé un responsable de l'UA.
              
La commission de l'UA va établir la liste des individus concernés, en coopération avec la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) qui a décidé lundi d'un "embargo total" sur le Mali, a précisé le commissaire de l'UA en charge de la paix et de la sécurité, Ramtane Lamamra, à Addis Abeba.
              
Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'UA a décidé "d'imposer avec effet immédiat des mesures individuelles, parmi lesquelles une interdiction de voyager et le gel des actifs, contre le chef et les membres de la junte militaire", a déclaré M. Lamamra à la presse, à l'issue d'une réunion du CPS dans la capitale éthiopienne.

Ces sanctions concernent également "tous les individus et entités qui contribuent d'une façon ou d'une autre au maintien du statu quo anticonstitutionnel", a-t-il ajouté.
              
"Le Conseil requiert que la Commission de l'UA, en étroite coopération avec la Commission de la Cédéao, établisse la liste de tous les individus et entités concernés", a expliqué M. Lamamra.
              
Les mêmes sanctions s'appliquent "aux dirigeants et membres des groupes armés et rebelles dans le nord du Mali", a poursuivi le responsable de l'organisation panafricaine qui a suspendu Bamako de toutes ses activités dès le 23 mars, jusqu'au retour de l'ordre constitutionnel.
              
La junte, commandée par le capitaine Amadou Haya Sanogo, a renversé le 22 mars le président Amadou Toumani Touré, lui reprochant son incompétence pour contrer les rebelles touaregs et des groupes islamistes opérant dans le nord.
              
Profitant du putsch à Bamako, rebelles touareg, militants islamistes et des supplétifs du régime libyen rentrés au pays lourdement armés après la chute de Kadhafi en août 2011, ont conquis en trois jours les trois capitales du nord, Kidal, Gao (nord-est) et Tombouctou (nord-ouest).
              
M. Lamamra a également assuré mardi que le président déposé Touré était en contact "avec plusieurs gouvernements" et qu'il était "libre et en sécurité".
              
Des négociations étaient parallèlement en cours mardi à Abuja entre une délégations de la junte, totalement isolée, et les autorités nigérianes pour trouver une "sortie honorable" pour les putschistes et les convaincre de se retirer en échange d'une forme d'amnistie, selon une source officielle nigériane ayant requis l'anonymat.
              
Les chefs d'état-major de la Cédéao, chargés de mettre en place une force militaire régionale pour faire face à la crise au Mali, doivent se réunir jeudi à Abidjan.



 

Première publication : 03/04/2012

  • ANALYSE

    Qui sont les rebelles touareg qui se sont emparés du nord du Mali ?

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    La Cédéao menace d'intervenir militairement au Mali

    En savoir plus

  • ANALYSE

    Paris ne veut pas intervenir dans la crise malienne

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)