Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

Afrique

L'Union africaine adopte des sanctions contre la junte et la rébellion touareg

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/04/2012

Alors que la Cédéao a décidé de soumettre le Mali à un embargo total, l'Union africaine a adopté des sanctions contre les membres de la junte au pouvoir et contre les rebelles touareg et islamistes qui ont pris le contrôle du nord du pays.

AFP - L'Union africaine (UA) a adopté mardi des sanctions contre les membres de la junte qui a pris le pouvoir le 22 mars au Mali et contre les groupes armés touareg et islamistes ayant pris le contrôle du nord du pays, a annoncé un responsable de l'UA.
              
La commission de l'UA va établir la liste des individus concernés, en coopération avec la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) qui a décidé lundi d'un "embargo total" sur le Mali, a précisé le commissaire de l'UA en charge de la paix et de la sécurité, Ramtane Lamamra, à Addis Abeba.
              
Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'UA a décidé "d'imposer avec effet immédiat des mesures individuelles, parmi lesquelles une interdiction de voyager et le gel des actifs, contre le chef et les membres de la junte militaire", a déclaré M. Lamamra à la presse, à l'issue d'une réunion du CPS dans la capitale éthiopienne.

Ces sanctions concernent également "tous les individus et entités qui contribuent d'une façon ou d'une autre au maintien du statu quo anticonstitutionnel", a-t-il ajouté.
              
"Le Conseil requiert que la Commission de l'UA, en étroite coopération avec la Commission de la Cédéao, établisse la liste de tous les individus et entités concernés", a expliqué M. Lamamra.
              
Les mêmes sanctions s'appliquent "aux dirigeants et membres des groupes armés et rebelles dans le nord du Mali", a poursuivi le responsable de l'organisation panafricaine qui a suspendu Bamako de toutes ses activités dès le 23 mars, jusqu'au retour de l'ordre constitutionnel.
              
La junte, commandée par le capitaine Amadou Haya Sanogo, a renversé le 22 mars le président Amadou Toumani Touré, lui reprochant son incompétence pour contrer les rebelles touaregs et des groupes islamistes opérant dans le nord.
              
Profitant du putsch à Bamako, rebelles touareg, militants islamistes et des supplétifs du régime libyen rentrés au pays lourdement armés après la chute de Kadhafi en août 2011, ont conquis en trois jours les trois capitales du nord, Kidal, Gao (nord-est) et Tombouctou (nord-ouest).
              
M. Lamamra a également assuré mardi que le président déposé Touré était en contact "avec plusieurs gouvernements" et qu'il était "libre et en sécurité".
              
Des négociations étaient parallèlement en cours mardi à Abuja entre une délégations de la junte, totalement isolée, et les autorités nigérianes pour trouver une "sortie honorable" pour les putschistes et les convaincre de se retirer en échange d'une forme d'amnistie, selon une source officielle nigériane ayant requis l'anonymat.
              
Les chefs d'état-major de la Cédéao, chargés de mettre en place une force militaire régionale pour faire face à la crise au Mali, doivent se réunir jeudi à Abidjan.



 

Première publication : 03/04/2012

  • ANALYSE

    Qui sont les rebelles touareg qui se sont emparés du nord du Mali ?

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    La Cédéao menace d'intervenir militairement au Mali

    En savoir plus

  • ANALYSE

    Paris ne veut pas intervenir dans la crise malienne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)