Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Inde : Carrefour jette l’éponge

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Contre-productif"

En savoir plus

SUR LE NET

Les initiatives réclamant la paix à Gaza se multiplient

En savoir plus

SUR LE NET

"Tor", nouvelle cible de la NSA

En savoir plus

SUR LE NET

Un selfie pris à Auschwitz scandalise la Toile

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 25 juillet (partie 1)

En savoir plus

  • Gaza : l'ONU tente de formaliser une trêve fragile

    En savoir plus

  • Photos à l'appui, Washington accuse Moscou de bombarder l'Ukraine

    En savoir plus

  • Vol d'Air Algérie : les boîtes noires arrivées en France, le pays en deuil

    En savoir plus

  • Sous le choc, Sloviansk découvre sa première fosse commune

    En savoir plus

  • Vol MH17 : l’arrivée des experts de nouveau repoussée en raison des combats

    En savoir plus

  • 28 juillet 1914 : l'empire des Habsbourg signe son arrêt de mort

    En savoir plus

  • Ebola : après le Nigeria, un cas mortel confirmé à Freetown, au Sierra Leone

    En savoir plus

  • Jean Ping, ancien ministre des Affaires étrangères du Gabon

    En savoir plus

  • La France demande à ses ressortissants de quitter la Libye

    En savoir plus

  • Tour de France : le requin Nibali s'offre un premier sacre

    En savoir plus

  • Boko Haram kidnappe la femme du vice-Premier ministre camerounais

    En savoir plus

  • En images : les Champs-Élysées noirs de monde pour l'arrivée du Tour

    En savoir plus

  • MH 17 : des combats autour du site du crash bloquent les enquêteurs

    En savoir plus

  • L'épave du Costa Concordia arrive dans le port de Gênes

    En savoir plus

  • Les enfants migrants ne pourront pas rester aux États-Unis, prévient Obama

    En savoir plus

  • Air Algérie : des proches de victimes se recueillent sur les lieux du crash

    En savoir plus

  • Exposition sur la Grande Guerre à Paris : les derniers poilus vous saluent

    En savoir plus

  • En images : affrontements à Paris, en marge de la manifestation pro-Gaza interdite

    En savoir plus

Afrique

L'Union africaine adopte des sanctions contre la junte et la rébellion touareg

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/04/2012

Alors que la Cédéao a décidé de soumettre le Mali à un embargo total, l'Union africaine a adopté des sanctions contre les membres de la junte au pouvoir et contre les rebelles touareg et islamistes qui ont pris le contrôle du nord du pays.

AFP - L'Union africaine (UA) a adopté mardi des sanctions contre les membres de la junte qui a pris le pouvoir le 22 mars au Mali et contre les groupes armés touareg et islamistes ayant pris le contrôle du nord du pays, a annoncé un responsable de l'UA.
              
La commission de l'UA va établir la liste des individus concernés, en coopération avec la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) qui a décidé lundi d'un "embargo total" sur le Mali, a précisé le commissaire de l'UA en charge de la paix et de la sécurité, Ramtane Lamamra, à Addis Abeba.
              
Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'UA a décidé "d'imposer avec effet immédiat des mesures individuelles, parmi lesquelles une interdiction de voyager et le gel des actifs, contre le chef et les membres de la junte militaire", a déclaré M. Lamamra à la presse, à l'issue d'une réunion du CPS dans la capitale éthiopienne.

Ces sanctions concernent également "tous les individus et entités qui contribuent d'une façon ou d'une autre au maintien du statu quo anticonstitutionnel", a-t-il ajouté.
              
"Le Conseil requiert que la Commission de l'UA, en étroite coopération avec la Commission de la Cédéao, établisse la liste de tous les individus et entités concernés", a expliqué M. Lamamra.
              
Les mêmes sanctions s'appliquent "aux dirigeants et membres des groupes armés et rebelles dans le nord du Mali", a poursuivi le responsable de l'organisation panafricaine qui a suspendu Bamako de toutes ses activités dès le 23 mars, jusqu'au retour de l'ordre constitutionnel.
              
La junte, commandée par le capitaine Amadou Haya Sanogo, a renversé le 22 mars le président Amadou Toumani Touré, lui reprochant son incompétence pour contrer les rebelles touaregs et des groupes islamistes opérant dans le nord.
              
Profitant du putsch à Bamako, rebelles touareg, militants islamistes et des supplétifs du régime libyen rentrés au pays lourdement armés après la chute de Kadhafi en août 2011, ont conquis en trois jours les trois capitales du nord, Kidal, Gao (nord-est) et Tombouctou (nord-ouest).
              
M. Lamamra a également assuré mardi que le président déposé Touré était en contact "avec plusieurs gouvernements" et qu'il était "libre et en sécurité".
              
Des négociations étaient parallèlement en cours mardi à Abuja entre une délégations de la junte, totalement isolée, et les autorités nigérianes pour trouver une "sortie honorable" pour les putschistes et les convaincre de se retirer en échange d'une forme d'amnistie, selon une source officielle nigériane ayant requis l'anonymat.
              
Les chefs d'état-major de la Cédéao, chargés de mettre en place une force militaire régionale pour faire face à la crise au Mali, doivent se réunir jeudi à Abidjan.



 

Première publication : 03/04/2012

  • ANALYSE

    Qui sont les rebelles touareg qui se sont emparés du nord du Mali ?

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    La Cédéao menace d'intervenir militairement au Mali

    En savoir plus

  • ANALYSE

    Paris ne veut pas intervenir dans la crise malienne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)