Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Nuits de violences à Ferguson et 15e sommet de la Francophonie à Dakar

En savoir plus

DÉBAT

Débat en France sur un État palestinien et l'accord sur le nucléaire iranien

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La francophonie, belle et bien vivante !

En savoir plus

#ActuElles

Quarante ans d'IVG : un droit fondamental à défendre

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - Google : le géant du Net bientôt scindé en deux ?

En savoir plus

FOCUS

Bien qu'ébranlée, la protestation citoyenne se poursuit à Hong Kong

En savoir plus

TECH 24

Oculus Rift : la vie des autres

En savoir plus

REPORTERS

Liban : Chebaa au cœur de la poudrière

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Djilali Benchabane, spécialiste du Moyen-Orient et du Golfe arabo-persique

En savoir plus

Tous les jours, le regard des internautes sur l’actualité et un point tout en image sur ce qui fait le buzz sur la toile. Du lundi au vendredi, à 8h20.

SUR LE NET

SUR LE NET

Dernière modification : 05/04/2012

Ai Weiwei, artiste chinois sous surveillance

L’artiste chinois Ai Weiwei dénonce la surveillance constante dont il fait l’objet dans son pays. 30 ans après, la guerre des Malouines se poursuit sur les réseaux sociaux. Et une carte interactive se penche sur les changements climatiques, ses responsables et ses victimes.

Ai Weiwei, artiste chinois sous surveillance

Ai Weiwei en train de manger devant son ordinateur, Ai Weiwei avec son chat, ou encore Ai Weiwei en plein sommeil… Les internautes ont pu épier les faits et gestes de l’artiste dissident chinois pendant un peu plus d'une journée. Entre mardi et mercredi, il a en effet installé quatre webcams connectées à Internet chez lui à Pékin. Une manière de dénoncer la surveillance constante dont il fait l’objet depuis sa libération fin juin.

Artiste engagé qui n’hésite pas à défier le pouvoir, Ai Weiwei avait été arrêté il y a un an et détenu au secret pendant 3 mois. Et cet utilisateur assidu des réseaux sociaux connaît bien la capacité du Web à mobiliser l’opinion publique. Alors qu’il faisait l’objet d’une enquête pour pornographie pour des photos de nus, des internautes avaient exprimé leur solidarité avec l’artiste en posant eux-mêmes dans leur plus simple appareil sur des clichés compilés sur ce blog.

Des fans qui l’ont aussi soutenu financièrement. Également accusé de fraude fiscale, Ai Weiwei a en effet été condamné à une amende d’environ 1,7 million d'euros. Une affaire destinée à le réduire au silence d’après ses nombreux admirateurs qui, en se mobilisant sur Internet, avaient réussi à réunir plus de la moitié de la somme. Ces dons, qu’il s’est engagé à rembourser, ont permis à l’artiste de s’acquitter d’une caution pour contester la décision en justice. Sans succès, son appel a été rejeté la semaine dernière.

 

La guerre des Malouines transposée sur Internet

Alors que la Grande-Bretagne et l’Argentine ont commémoré, lundi, le 30ème anniversaire du début de la guerre des Malouines qui opposa les deux Etats pendant 74 jours entre avril et juin 1982, la question de la souveraineté de cet archipel situé à 500 kilomètres à l'est de la Patagonie reste une source de tensions entre Londres et Bueno Aires qui se livrent depuis plusieurs mois une véritable guerre des mots à ce propos. Un conflit larvé qui a fini par se transposer sur le web où les internautes des deux pays entendent bien défendre la position de leur gouvernement respectif.

A l’occasion des commémorations officielles, de nombreux Britanniques, connus ou anonymes, ont ainsi publié des commentaires sur les réseaux sociaux pour expliquer que les Falklands, le nom de l’archipel en anglais, sont et resteront à jamais un territoire rattaché à leur pays. Des messages dans lesquels certains affirment également que la grande majorité des habitants de ces îles souhaite rester britannique.

Des commentaires auxquels les internautes argentins n’ont pas tardé à répondre. Se servant de l’appellation locale « Malvinas » pour évoquer l’archipel, les utilisateurs des réseaux sociaux ont multiplié les messages pour mettre en avant la proximité géographique des Malouines avec l’Argentine.

Un débat en ligne qui ne semble pas avoir calmé les ardeurs de certains habitants de Bueno Aires bien décidés à voir les Malouines revenir dans le giron argentin. Comme on peut le voir sur ces images amateurs qui circulent en ligne, des centaines de manifestants se sont réunis lundi devant l’ambassade britannique dans la capitale argentine en scandant des slogans hostiles au Royaume-Uni. Un rassemblement qui a fini par donner lieu à quelques échauffourées avec les forces de l’ordre lorsque plusieurs protestataires ont tenté de pénétrer dans les locaux de la représentation diplomatique.

 

Une carte interactive des changements climatiques

Le quotidien britannique « The Guardian » vient de mettre sur son site cette carte interactive qui se penche sur les changements climatiques, ses responsables mais aussi ses victimes. Particulièrement bien fait, le projet permet ainsi de voir le monde à travers la quantité annuelle d’énergies fossiles consommée ou émise par chacun des continents ou encore à travers l’impact des changements climatiques sur les populations mondiales. Un travail très détaillé qui permettra, entre autres, de se rendre compte que les pays les plus pauvres ont la croissance démographique la plus forte et le taux d'émission de CO2 le plus faible.

 

Tendance du jour sur les réseaux sociaux

L’acteur américain Ashton Kutcher est au centre de très nombreuses discussions sur la Toile depuis que les internautes ont appris qu’il allait prochainement interpréter le rôle de Steve Jobs dans un film consacré à la vie du co-fondateur d’Apple décédé en octobre dernier. Une annonce qui a suscité une importante vague de commentaires. Certains applaudissent ainsi ce choix et soulignent, photos à l’appui, la ressemblance troublante entre le comédien et le génie de l’informatique, tandis que d’autres, plus circonspects, estiment que la personnalité de Kutcher ne correspond pas assez à celle de Jobs et que le casting du film aurait donc pu être meilleur. 30

 

Vidéo du jour

Le Google Art Project qui permettait déjà de découvrir virtuellement les œuvres d’art de plus de 150 musées dans 40 pays différents offre désormais la possibilité aux internautes de visiter la Maison-Blanche sans avoir à quitter leur salon et d’admirer, entre autres, les tableaux et autres bibelots exposés dans les pièces accessibles au public. Une initiative dont la promotion a été faite par la Première dame, Michelle Obama, en personne dans cette vidéo mise en ligne sur le site de la présidence et dont l’objectif affiché est de permettre à tous les citoyens américains de mieux connaître cette résidence mythique qui est considérée comme étant « la maison du peuple ».

Par Electron Libre

COMMENTAIRE(S)

Les archives

27/11/2014 Réseaux sociaux

La communauté afro-américaine appelée au boycott du "Black Friday"

Au sommaire de cette édition : aux États-Unis, la communauté noire est invitée à boycotter la journée du "Black Friday" ("vendredi noir"); un compte Twitter raconte le quotidien...

En savoir plus

26/11/2014 Réseaux sociaux

Ferguson : le web réagit à l'annonce du grand jury

Au sommaire de cette édition : la Toile américaine dénonce la décision du grand jury dans l’affaire Michael Brown; le suicide d’une infirmière en Inde indigne les internautes; et...

En savoir plus

25/11/2014 Réseaux sociaux

La Toile réagit à la mort d'un jeune garçon aux États-Unis

Au sommaire de cette édition : les internautes américains expriment leur émotion après la mort d’un garçon de 12 ans; la Toile sri lankaise se prépare pour la présidentielle de...

En savoir plus

24/11/2014 Réseaux sociaux

Un livre sur la poupée Barbie indigne la Toile américaine

Au sommaire de cette édition : un livre sur la poupée Barbie suscite la polémique aux Etats-Unis; l’omniprésence de personnes costumées à Time Square indispose la mairie de New...

En savoir plus

22/11/2014 Réseaux sociaux

Les drones, des jouets qui peuvent être dangereux

Depuis le mois dernier, une vingtaine de survols illégaux de centrales nucléaires par des drones ont été comptabilisés en France, sans que les coupables soient arrêtés. Pour les...

En savoir plus