Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Contrats de travail : vers plus de flexibilité ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Violences gynécologiques, la lutte prend corps"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tweets, retweets et détweets

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : un deuil national de trois jours et de nombreuses questions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le combat des esclaves sexuelles sud-coréennes continue"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

États-Unis : vers une guerre commerciale avec la Chine ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'Inde, 70 ans et toujours jeune"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : au moins 18 morts dans l’attentat de Ouagadougou

En savoir plus

FRANCE

Le corps de Richard Descoings a été autopsié, l'enquête se poursuit

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/04/2012

Si les causes précises de la mort du directeur de Sciences-Po Paris, Richard Descoings, restent à ce jour indéterminées, la piste criminelle est cependant écartée. Le corps a été autopsié ce mercredi matin.

AFP - La police de New York poursuivait mercredi son enquête sur les circonstances de la mort du directeur de Sciences Po Richard Descoings, dont le corps a été autopsié dans la matinée.

"L'autopsie a lieu ce matin", a déclaré mercredi dans la matinée à l'AFP une porte-parole des services du médecin légiste à New York, ajoutant que "des informations" seraient probablement disponibles dans la journée.

"Le médecin légiste déterminera les raisons de la mort. L'enquête se poursuit", avait déclaré de son côté un porte-parole de la police de New York.

La famille de Richard Descoings, 53 ans, dont la mort a créé une énorme émotion en France, était attendue dans l'après-midi à New York.

Mardi soir, le commissaire adjoint Paul Browne avait déclaré à l'AFP que les enquêteurs n'avaient pas de "preuve d'acte criminel". Après avoir évoqué une chambre en désordre, il avait précisé que ce désordre était dû au personnel médical qui avait cherché à ranimer le directeur de Sciences Po.

"Nous n'avons pas trouvé de preuve d'acte criminel", et le désordre "n'est pas dû à une lutte", avait-il dit, ajoutant que le corps de M. Descoings, 53 ans, ne portait "pas de signe de traumatisme".

Il a aussi semblé écarter l'idée d'un cambriolage qui aurait mal tourné, précisant que l'ordinateur portable de M. Descoings avait été retrouvé "à proximité" de sa chambre. Selon la chaîne NBC, cet ordinateur et le téléphone de M. Descoings auraient été jetés par la fenêtre de sa chambre au 7e étage, et retrouvés sur un palier du 3e étage.

Après avoir évoqué "la possibilité que d'autres personnes se soient trouvées dans la chambre à un moment donné", M. Browne s'était ensuite refusé à tout commentaire sur le sujet.

Le New York Post évoquait mercredi la visite de "deux hommes" dans la chambre, citant des sources policières, et la chaîne locale de NBC a affirmé que de l'alcool et des médicaments avaient été retrouvés dans la chambre, ainsi que les cartes de crédit de M. Descoings et de l'argent liquide en euros.

Le directeur de Sciences Po Paris, retrouvé mort vers 13H00 mardi dans la chambre 723 de l'hotel Michelangelo, dans le centre de Manhattan, se trouvait à New York pour participer à une conférence à l'université de Columbia.

Sa mort a suscité une énorme émotion dans le monde politique en France, où beaucoup de dirigeants ont salué un homme d'exception, extrêmement populaire, et qui durant ses 16 ans à la tête de Sciences Po Paris a transformé en profondeur la célèbre école qui forme une partie des élites françaises. 

Première publication : 04/04/2012

  • FRANCE

    Le directeur de Sciences Po Paris, Richard Descoings, retrouvé mort à New York

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)