Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La stratégie des États-Unis face à l'organisation de l'EI

En savoir plus

FOCUS

Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Niki de Saint-Phalle, une "nana" militante et engagée

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : une volontaire française de MSF contaminée

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

  • Écosse : "Quel que soit le résultat, il va y avoir beaucoup de mécontents"

    En savoir plus

  • Frappes en Irak, croissance, Europe : les principales annonces de Hollande

    En savoir plus

  • Cinq casques bleus tchadiens tués dans le nord du Mali

    En savoir plus

  • Thaïlande : le business lucratif des mères porteuses

    En savoir plus

  • Alex Salmond, le visage d'une Écosse qui rêve d'indépendance

    En savoir plus

  • L'Australie, une cible de choix pour l'organisation de l'EI ?

    En savoir plus

  • Yacine Brahimi, la pépite algérienne révélée par Porto

    En savoir plus

  • Belgique : l'euthanasie d'un violeur inquiète les partisans de la mort assistée

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Livraison d'armes aux rebelles syriens : le Congrès américain doit se prononcer

    En savoir plus

  • Vladimir Evtouchenkov, le nouvel oligarque dans le viseur du Kremlin

    En savoir plus

  • Parcours sans-faute des Bleues vers le Mondial-2015

    En savoir plus

  • Une star de la Silicon Valley rachète le château de Pommard

    En savoir plus

  • Le sulfureux maire de Toronto atteint d'un cancer rare et agressif

    En savoir plus

  • "Hollande renvoie l’image de quelqu’un de trop optimiste"

    En savoir plus

FRANCE

Le corps de Richard Descoings a été autopsié, l'enquête se poursuit

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/04/2012

Si les causes précises de la mort du directeur de Sciences-Po Paris, Richard Descoings, restent à ce jour indéterminées, la piste criminelle est cependant écartée. Le corps a été autopsié ce mercredi matin.

AFP - La police de New York poursuivait mercredi son enquête sur les circonstances de la mort du directeur de Sciences Po Richard Descoings, dont le corps a été autopsié dans la matinée.

"L'autopsie a lieu ce matin", a déclaré mercredi dans la matinée à l'AFP une porte-parole des services du médecin légiste à New York, ajoutant que "des informations" seraient probablement disponibles dans la journée.

"Le médecin légiste déterminera les raisons de la mort. L'enquête se poursuit", avait déclaré de son côté un porte-parole de la police de New York.

La famille de Richard Descoings, 53 ans, dont la mort a créé une énorme émotion en France, était attendue dans l'après-midi à New York.

Mardi soir, le commissaire adjoint Paul Browne avait déclaré à l'AFP que les enquêteurs n'avaient pas de "preuve d'acte criminel". Après avoir évoqué une chambre en désordre, il avait précisé que ce désordre était dû au personnel médical qui avait cherché à ranimer le directeur de Sciences Po.

"Nous n'avons pas trouvé de preuve d'acte criminel", et le désordre "n'est pas dû à une lutte", avait-il dit, ajoutant que le corps de M. Descoings, 53 ans, ne portait "pas de signe de traumatisme".

Il a aussi semblé écarter l'idée d'un cambriolage qui aurait mal tourné, précisant que l'ordinateur portable de M. Descoings avait été retrouvé "à proximité" de sa chambre. Selon la chaîne NBC, cet ordinateur et le téléphone de M. Descoings auraient été jetés par la fenêtre de sa chambre au 7e étage, et retrouvés sur un palier du 3e étage.

Après avoir évoqué "la possibilité que d'autres personnes se soient trouvées dans la chambre à un moment donné", M. Browne s'était ensuite refusé à tout commentaire sur le sujet.

Le New York Post évoquait mercredi la visite de "deux hommes" dans la chambre, citant des sources policières, et la chaîne locale de NBC a affirmé que de l'alcool et des médicaments avaient été retrouvés dans la chambre, ainsi que les cartes de crédit de M. Descoings et de l'argent liquide en euros.

Le directeur de Sciences Po Paris, retrouvé mort vers 13H00 mardi dans la chambre 723 de l'hotel Michelangelo, dans le centre de Manhattan, se trouvait à New York pour participer à une conférence à l'université de Columbia.

Sa mort a suscité une énorme émotion dans le monde politique en France, où beaucoup de dirigeants ont salué un homme d'exception, extrêmement populaire, et qui durant ses 16 ans à la tête de Sciences Po Paris a transformé en profondeur la célèbre école qui forme une partie des élites françaises. 

Première publication : 04/04/2012

  • FRANCE

    Le directeur de Sciences Po Paris, Richard Descoings, retrouvé mort à New York

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)