Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Corée du Sud : les "chaebols" sous le feu des questions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Leçon de diplomatie chinoise pour le néophyte Donald Trump"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux de Manuel Valls"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls est-il capable de rassembler les socialistes ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'organisation EI perd la ville de Syrte, son fief en Libye

En savoir plus

LE DÉBAT

"Non" au référendum en Italie : quelles conséquences dans le pays et en Europe ?

En savoir plus

FOCUS

Italie : la région désertée de Basilicate reprend vie grâce aux migrants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Richard Bona, l'un des bassistes les plus doués de sa génération

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'Italie entre dans une zone d'incertitude

En savoir plus

SPORT

Franck Ribéry : "À Munich, ce sont de vrais supporters"

Texte par Sylvain MORNET

Dernière modification : 04/04/2012

Le joueur du Bayern Munich, Franck Ribéry, s’est réjoui mardi de la qualification de son équipe pour les demi-finales de la Ligue des Champions. L’international français a également égratigné les supporteurs marseillais qui l’avaient chahuté.

Franck Ribéry a pris sa revanche, mardi 3 avril, en Bavière. Auteur d’un mauvais match en quarts de finale aller de la Ligue des Champions, le mercredi précédent, à Marseille, l’international français a réalisé une prestation de haut vol à l’Allianz Arena (2-0) de Munich. Ribéry a ainsi contribué à éliminer l’OM, club qui l'avait porté aux nues entre 2005 et 2007 avant de le conspuer il y a une semaine.

Une attitude fortement condamnée par "Kaiser Franck" au micro de RFI : "l’accueil à Marseille a été exagéré. Ça a été très dur. Ici, ce sont de vrais supporters, je me régale avec eux."

Les supporters du Bayern, toujours derrière leur chouchou, l'ont chaudement acclamé à l'annonce de son nom. En retour, le Nordiste a gratifié le public bavarois d'une première période de très haute volée, dans la lignée de celles qu'il accomplit quasiment tous les week-ends en Bundesliga.

Ribéry est, en effet, impliqué dans les deux buts de son équipe. À la 13e minute, il réussit à servir idéalement Olic pour l’ouverture du score (1-0). Une demi-heure plus tard, le numéro 7 du Bayern combine avec son coéquipier Alaba avant de remonter le ballon à toute vitesse. Parvenu aux abords de la surface marseillaise, il redonne au latéral gauche monté pour l'occasion qui sert le Croate Olic pour le but du break (2-0, 37e).

"On sent un groupe pas forcément solidaire"

Côté marseillais, les visages étaient beaucoup plus fermés, notamment celui du gardien de l’OM, Steve Mandanda. À l’issue de la rencontre, le capitaine phocéen a fait part de son inquiétude pour la fin de la saison. Les Olympiens restent, en effet, sur une série de 10 matches sans victoire (9 défaites et un match nul). Une situation très délicate avant d'aller défier le Paris Saint-Germain, dimanche, au Parc des Princes...

"Ce qui est vrai, c'est qu'on sent un groupe pas forcément solidaire, donc cette fin de saison est très inquiétante", a déclaré le gardien devant la presse. L’international français est revenu au micro de RFI sur les grandes différences entre l’OM et le Bayern Munich.

En grande difficulté en championnat (9e), l’OM est à 16 points de la 3e place occupée par Lille. Une participation à la prochaine Ligue des Champions tiendrait donc du miracle pour des Phocéens qui tenteront de sauver leur saison en remportant la finale de la Coupe de la Ligue, le 14 avril prochain, contre Lyon. Un succès leur offrirait, en effet, une place en Ligue Europa l'année prochaine. Un moindre mal, après une saison cauchemardesque...

Première publication : 04/04/2012

  • LIGUE DES CHAMPIONS

    Sans surprise, le Bayern Munich se qualifie pour les demi-finales

    En savoir plus

  • LIGUE DES CHAMPIONS

    Stéphane Mbia : "On prépare une surprise au Bayern"

    En savoir plus

  • LIGUE DES CHAMPIONS

    Le Bayern plonge l'OM dans la crise

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)