Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

FRANCE

François Bayrou peut-il mieux faire ?

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 05/04/2012

Le troisième homme de l’élection présidentielle de 2007 est aujourd’hui à la cinquième place dans les sondages. Le candidat du MoDem a du mal à exister face à "une concurrence très rude", estiment les observateurs.

François Bayrou est un paradoxe à lui seul. D'un côté, l’homme du Béarn apparaît comme la personnalité politique préférée des Français selon une étude Ipsos/"Le Point" datée de mars 2012. Crédité de 60% d'opinions favorables, il se place devant François Hollande (53%) et Nicolas Sarkozy (38%), et progresse même de 5 points par rapport au mois précédent.

De l'autre, le candidat du MoDem à la présidentielle dégringole dans les sondages. Il oscille entre 10 et 12%, selon plusieurs études d’opinion. Le dernier baromètre Ipsos/logica Buisness Consulting, paru mardi 3 avril, le crédite de 10% des intentions de vote, (soit 1,5 point de moins que la semaine précédente). Les 18,57% qu’il avait recueillis lors du premier tour de la présidentielle 2007 semblent aujourd’hui bien loin... L’ancien troisième homme de 2007 se fait donc aujourd’hui rebaptiser "le cinquième homme" par les médias puisqu’il est devancé par Nicolas Sarkozy (29,5%) et François Hollande (27,5%) mais aussi par deux autres candidats qui ont le vent en poupe : Jean-Luc Mélenchon (14,5%) et Marine Le Pen (14%).

Dans cette campagne, François Bayrou est victime d’une concurrence très rude, estime Eric Bonnet, directeur d’études chez BVA. "En 2007, il avait capté les déçus de Nicolas Sarkozy et de Ségolène Royal, explique-t-il. Mais aujourd’hui, Nicolas Sarkozy semble réussir à remobiliser l’électorat de droite derrière son nom et les déçus de françois Hollande préfèrent se reporter sur Jean-Luc Mélenchon".

Bayrou vs. Mélenchon

Un chiffre pour illustrer cette tendance : 17% des électeurs qui ont voté Bayrou en 2007 préfèrent aujourd’hui se tourner vers le candidat du Front de gauche. "C’est troublant car il n’existe aucun lien entre les deux : le premier se place au centre de l’échiquier politique et le second est bien ancré à gauche, commente Eric Bonnet. Leur point commun : ils s’illustrent tous deux comme des réceptacles contre François Hollande, des antisystèmes."

Mais le candidat du Front de gauche connaît une meilleure réussite que son adversaire centriste. "François Bayrou a peut-être fait une erreur en essayant d’entrer dans une polémique lors des évènements de Toulouse", note le politologue. Le 19 mars, jour de la tuerie dans une école juive de Toulouse, Français Bayrou a choisi - à l’inverse des autres candidats - de ne pas suspendre ses déplacements de campagne et de maintenir son meeting à Grenoble prévu le soir même. Pour justifier le drame de Toulouse, le candidat a également pointé du doigt le climat social de la France et, indirectement, le gouvernement en place. "Nous ne savons rien sur celui qui a perpétré cette tuerie mais nous sentons bien que cela n'est pas sans lien avec une certaine évolution de la France", avait-il notamment déclaré. Depuis ces propos, il ne cesse de chuter dans les sondages. 

Le candidat centriste semble en fait jouir d’une moins bonne image qu’il y a cinq ans. À en croire un sondage de LH2 pour Yahoo!, publié mardi 3 avril, qui analyse les campagnes des cinq principaux candidats à la présidentielle, François Bayrou apparaît comme celui qui est le moins à l’aise, loin derrière Jean-Luc Mélenchon. 45% des personnes interrogées trouvent qu’il mène une bonne campagne, contre 79% en 2007. 63% des sondés estiment en revanche que Jean-Luc Mélenchon mène une bonne campagne.

Mais l’équipe de François Bayrou veut rester positive et assure que le candidat du MoDem "va rebondir, peut rebondir". "La campagne est loin d’être terminée. Il peut se passer tellement de choses en trois semaines", indique-t-on dans le camp du candidat centriste. Eric Bonnet n’exclut pas cette possibilité "si un accident de campagne arrive à Nicolas Sarkozy". " Mais il ne récupérera pas les déçus de François Hollande si le candidat socialiste commet un impair", ajoute-t-il.

Première publication : 04/04/2012

  • Près d'un tiers des Français tentés par l'abstention

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    À La Réunion, François Hollande met en garde contre l'abstention

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)