Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Simon Serfaty, professeur en relations internationales

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile dénonce les incursions russes en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'agneau russe"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le président du Parlement nigérien inquiété dans une affaire de trafic de bébés

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime les socialistes"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

BCE : la semaine de Mario Draghi ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

SUR LE NET

Transparence de la vie publique : la France rattrape son retard

En savoir plus

SUR LE NET

Guerre d'intimidation : EIIL contre les États-Unis

En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • Les troupes ukrainiennes abandonnent l'aéroport de Lougansk

    En savoir plus

  • République centrafricaine : les ravages de la haine

    En savoir plus

  • Des manifestants investissent le siège de la télévision d'État à Islamabad

    En savoir plus

  • Embargo russe : les producteurs français redoutent la concurrence polonaise

    En savoir plus

  • Importante victoire de l’armée irakienne face aux jihadistes de l’EI

    En savoir plus

  • Ligue 1 : le PSG frappe fort, Bordeaux lève le pied

    En savoir plus

  • Quand des selfies volés de stars nues enflamment la Toile

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine évoque la création d’un État dans l’est de l’Ukraine

    En savoir plus

  • Israël décide de s'approprier 400 hectares de terres en Cisjordanie

    En savoir plus

  • Un immeuble s'effondre en banlieue parisienne, au moins sept morts

    En savoir plus

  • Un navire ukrainien bombardé au large de Marioupol

    En savoir plus

  • "J'aime les socialistes" ou l'opération séduction de Manuel Valls à La Rochelle

    En savoir plus

  • Un présumé recruteur pour le jihad en Syrie arrêté à Nice

    En savoir plus

  • Judo : les Françaises sacrées championnes du monde par équipe

    En savoir plus

  • Situation toujours aussi confuse au lendemain du coup d’État au Lesotho

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

Afrique

La junte malienne dénonce de "graves violations des droits de l'Homme" dans le Nord

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/04/2012

La junte militaire au pouvoir à Bamako depuis le putsch du 22 mars a dénoncé ce mercredi de "graves violations des droits de l'Homme" perpétrées par les rebelles touareg et les milices islamistes à Gao, dans le nord-est du Mali.

AFP - Les rebelles touareg et groupes armés islamistes qui contrôlent depuis samedi la ville de Gao, dans le nord-est du Mali, y ont perpétré ds "graves violations des droits de l'homme", a affirmé mercredi la junte militaire au pouvoir à Bamako, dénonçant en particulier des viols.

"Les populations du Nord-Mali, singulièrement celles de Gao, subissent de graves violations des droits de l'homme" depuis "l'invasion des combattants MNLA (rébellion touareg), Ansar Dine (groupe islamiste) et Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb islamique)", affirme un communiqué de la junte.

"Les femmes et les filles sont enlevées puis violées par les nouveaux occupants qui y

Inquiétude des Maliens de France

dictent leur loi", ajoute ce communiqué, signé du porte-parole de la junte militaire, le lieutenant Amadou Konaré.

Le texte ne fournit aucun autre détail, notamment sur l'ampleur de ces viols.

La junte dénonce également "la restriction de la liberté d'aller et venir déniée aux populations dans les localités de Kidal", ville conquise le 30 mars, "et Gao où les éléments MNLA, Ansar Dine et Aqmi bloquent tout mouvement des moyens de transport, fussent-ils civils".

Le Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l'Etat (CNRDRE) "en appelle aux organisations et organismes internationaux, singulièrement l'ONU et la Cédéao (Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest) pour une conjugaison des efforts en vue de condamner ces crimes et leurs auteurs".

"Dans tous les cas, ces graves violations des droits de l'homme interpellent la conscience collective", conclut le communiqué.

Profitant du putsch à Bamako contre le président Amani Toumani Touré le 22 mars, les rebelles touareg et des groupes islamistes ont pris en fin de semaine le contrôle des trois capitales du nord malien Kidal, Gao et Tombouctou, coupant de fait le pays en deux.

Interrogé au téléphone depuis Bamako, un habitant de Gao, s'exprimant sous couert d'anonymat, a déclaré: "c'est une réalité, ici. La nuit, ils enlèvent des femmes, ils les emmènent, ils les violent", a affirmé cet habitant, assurant avoir connaissance d'une "dizaine de cas au moins" depuis le 31 mars, date de la prise de Gao par les rebelles.

La même source a dénoncé les "pillages" et "saccages". "Il n'y a plus de moyens de déplacements, et ceux qui tentent de quitter la ville à pied sont refoulés" par les groupes armés, a-t-elle accusé.

Selon des sources concordantes, des pillages ont eu lieu à Tombouctou et Gao, visant en particulier des bâtiments publics, des locaux et entrepôts d'ONGs internationales. A Tombouctou, les hommes d'Ansar Dine, qui ont déclaré vouloir appliquer la charia (loi islamique) dans la ville, ont tenté d'y mettre fin.

Première publication : 04/04/2012

  • MALI

    L'Union africaine adopte des sanctions contre la junte et la rébellion touareg

    En savoir plus

  • ANALYSE

    Qui sont les rebelles touareg qui se sont emparés du nord du Mali ?

    En savoir plus

  • ANALYSE

    Paris ne veut pas intervenir dans la crise malienne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)