Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Amériques

La justice militaire veut la peine de mort pour les accusés du 11-Septembre

Vidéo par Florence VILLEMINOT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/04/2012

La justice militaire demandera la peine capitale contre les accusés des attentats du 11 septembre 2001. Les cinq hommes pourront ainsi être condamnés à mort s'ils sont reconnus coupables dans le procès qui devrait s'ouvrir dans quelques mois.

AFP - La justice militaire américaine réclamera la peine de mort contre le Koweïtien Khaled Cheikh Mohammed et les quatre autres hommes accusés d'avoir fomenté les attentats du 11 septembre 2001, a annoncé mercredi le Pentagone en dévoilant les charges contre les cinq suspects.
              
Les cinq hommes "sont accusés d'être responsables de la préparation et de l'exécution des attentats du 11 septembre 2001 à New York, Washington et Shanksville (Pennsylvanie), qui ont tué 2.976 personnes", a précisé le ministère de la Défense dans un communiqué.
              
Les autorités "défèrent le dossier à une commission militaire capitale, ce qui signifie que les cinq accusés pourront être condamnés à mort s'ils sont reconnus coupables", a précisé le Pentagone.
              
Khaled Cheikh Mohammed, mieux connu sous ses initiales anglaises de "KSM", ainsi que le Yéménite Ramzi ben al-Chaïba, le Pakistanais Ali Abd al-Aziz Ali, et les Saoudiens Wallid ben Attach et Moustapha al-Houssaoui, devront comparaître dans les 30 jours devant un tribunal militaire d'exception de Guantanamo pour être formellement mis en accusation.
              
Le procès pourrait toutefois ne commencer que dans plusieurs mois.
              
Après des années de tergiversations, une étape significative a été franchie début mars quand un ancien acolyte de "KSM" a passé un accord avec le gouvernement pour témoigner contre celui qui revendique la paternité des attentats les plus meurtriers de l'Histoire.
              
Plus de dix ans après les attentats, le Koweïtien âgé de 46 ans reste l'ultime figure à abattre dans la traque menée par deux administrations successives.
              
L'administration Obama souhaitait initialement juger le cerveau des attentats et ses quatre co-accusés devant la justice de droit commun à Manhattan, à deux pas de Ground Zero où s'élevaient autrefois les tours jumelles. Mais il en a été empêché par les républicains du Congrès qui ont bloqué le transfert sur le territoire américain des suspects de terrorisme.
              
Les cinq accusés du 11-Septembre, baptisés les "Gitmo 5" car incarcérés dans la prison de Guantanamo à Cuba, seront donc jugés devant un tribunal militaire d'exception créé par George W. Bush puis réformé sous Barack Obama afin de mieux garantir les droits de la défense.
              
Les premiers aveux du Koweïtien, capturé le 1er mars 2003, ont été recueillis sous la torture, quand il a subi 183 simulations de noyade dans une prison secrète de la CIA.
              
Mais aucune déclaration obtenue sous la contrainte ne peut être utilisée devant une commission militaire. Si KSM a depuis réitéré ses aveux, l'accusation avait besoin de déclarations obtenues légalement.
              
C'est chose faite avec le témoignage de Majid Khan, le Pakistanais qui a plaidé coupable à Guantanamo de tentatives d'attentats fomentés sous les ordres de "KSM", et accepté de coopérer en échange d'une réduction de peine.

 

Première publication : 04/04/2012

  • JUSTICE

    Une juge d'instruction française demande à pouvoir enquêter à Guantanamo

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    De nouvelles révélations de WikiLeaks sur Guantanamo inquiètent Washington

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Obama lève la suspension des procès militaires d'exception à Guantanamo

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)