Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

FRANCE

Sciences-Po Paris pleure la mort de son directeur Richard Descoings

Vidéo par France 3

Texte par Yann BUXEDA

Dernière modification : 05/04/2012

Richard Descoings, directeur de Sciences-Po Paris, a été retrouvé mort mardi dans un hôtel de Manhattan. En seize années, il avait profondément transformé la grande école française et entamé l’ouverture de l’institution à la diversité.

"On se disait entre nous : ‘Oh tiens, j’ai croisé Richie aujourd’hui !’…" Dans les allées du

Les causes de la mort de Richard Descoings demeurent inconnues

La mort du directeur de Sciences Po Richard Descoings restait inexpliquée mercredi, l'autopsie de son corps à New York n'ayant pas permis de parvenir à un résultat concluant.

 

petit jardin de Sciences-Po Paris, la consternation des étudiants est palpable. Comme Pétronille Coulon, 18 ans, élève de première année, des dizaines d’étudiants se sont rassemblés, mercredi 4 avril au matin, dans les locaux de l’école pour rendre un dernier hommage à Richard Descoings, directeur de l’établissement décédé dans la nuit du 2 au 3 avril à New York. Réunis par petits groupes, les élèves discutent, refont le film de cette nuit tragique sans vraiment comprendre ce qui a pu se passer. Richard Descoings était invité à New York pour une réunion de grands directeurs d'université, à laquelle il devait représenter l’Europe.

I a été retrouvé mort mardi 3 avril par la police de New York sur le lit de sa chambre de l’hôtel Michelangelo, dans le centre de Manhattan. Selon les autorités américaines, la chambre était "en désordre", mais le corps du directeur de Sciences-Po ne portait pas de "signe évident de traumatisme".

Un grand réformateur

Les Conventions éducation prioritaire, une lente révolution

• Une étude menée par Vincent Tiberj, chercheur au Centre d’études européennes de Sciences-Po, révèle les chiffres suivants : depuis 2001, 860 étudiants ont été admis au sein de l’IEP francilien via ce dispositif.

• La mixité sociale au sein de l’établissement est encore peu présente : la part des enfants d'ouvrier s'établit à 4,5% des effectifs en 2011. Celle des enfants d'employé grimpe à 7,5%. Il y a dix ans, ces valeurs étaient respectivement de 1% et 2%.

• En revanche, la progression du nombre d’élèves boursiers est plus flagrante. Ils sont 26 % en 2011, contre 6 % dix ans plus tôt. Mais les étudiants issus de milieux aisés sont toujours largement majoritaires et représentent 68 % des effectifs.

Avec le décès de son directeur, l’établissement-phare de l’éducation française perd une figure historique, que tous dépeignent en grand réformateur. Christian B. a été auditeur libre au sein de l’école, et se souvient, ému, d’un "homme de présence". "C’est assez rare. J’ai appris son décès ce matin et je suis venu directement. C’était un homme de valeurs, de convictions, de prises de position aussi. Il a beaucoup œuvré pour la réforme de Sciences-Po. L’ouverture de l’école à un public beaucoup plus large, le repositionnement de l’école à l’international, et la suppression de l’épreuve de culture générale au concours d’entrée… Il a fait beaucoup de choses en 16 ans", explique-t-il.

L’ouverture des portes de l’école aux milieux défavorisés, qui restera comme l’un de ses grands chantiers accomplis, a métamorphosé le visage de l’établissement. Le lycée Jean Renoir de Bondy a été l’un des premiers établissements à bénéficier de cette évolution.

Depuis 2003, 22 élèves ont intégré l’IEP francilien. Le coordinateur du dispositif au lycée, Philippe Destelle, se souvient : "C’était quelqu’un de très présent, très facile d’accès. Notre lycée est rentré dans le dispositif dès 2003. C’est Richard Descoings qui a porté le dossier à bout de bras. Et si aujourd’hui, dans beaucoup de grandes écoles, ces dispositifs ‘diversité’ existent, c’est grâce à lui. Il y aura un avant et un après Richard Descoings. Nous sommes tous un peu orphelins".

Un point de vue partagé par ceux qui l’ont côtoyé, comme Christian Stoffaes, professeur à Sciences-Po pendant 20 ans. Il décrit Richard Descoings comme un visionnaire, un précurseur doté d’une grande sensibilité : "Comme il aimait à le dire, il ne laissait personne indifférent. Il a démocratisé Sciences-Po, ouvert les portes aux milieux défavorisés. Quelque part, il a été l’un des pionniers de la discrimination positive en France. Il a révolutionné les universités françaises et fait partie des premiers à instaurer le principe des universités-entreprises. C’était un réformateur, il n’avait donc pas que des amis".

Polémique budgétaire

Car en dépit de l’unanimité apparente, Richard Descoings n’a pas été épargné par les polémiques. Fin 2011, le site d’information Médiapart a révélé qu’il était rémunéré à hauteur de 24 000 euros par mois, un chiffre mis en balance avec le salaire des présidents d’université en France : 4 500 euros en moyenne.

"Je pense qu’il était très touché par cette polémique", confie Christian Stoffaes. D’autant que la semaine passée, un rassemblement de protestation contre la politique budgétaire de l’établissement a été organisé par des étudiants. Lundi 26 mars, une cinquantaine de personnes ont manifesté devant les portes de l’école pour dénoncer les bonus octroyés à la direction tandis que, dans le même temps, les droits de scolarité ont augmenté.

Une polémique qui a désormais laissé place au recueillement. Ce mercredi, dès 2 heures du matin, l’établissement a ouvert ses portes pour permettre la tenue d’une veillée, organisée spontanément. Camille Bonnard, 19 ans, étudiante en première année, y a participé : "Une veillée a été organisée en son honneur dans le petit jardin de Sciences-Po. Nous sommes arrivés vers 2h30 et nous sommes restés toute la nuit. Au moins deux cents personnes sont passées durant la nuit pour lui rendre hommage et pour partager cet instant de recueillement. Des bougies avaient été installées, certains lui ont laissé des mots. C’était très touchant".

Mercredi matin, devant des dizaines de professeurs et d’élèves, Hervé Crès, le directeur des études de l’IEP a, lui aussi, rendu hommage à Richard Descoings. Le discours a duré un quart d’heure. La cérémonie s’est achevée, peu après 9 heures, par une minute de silence, puis cet appel : "J'invite maintenant les professeurs et les élèves à reprendre les cours parce qu'aujourd'hui, plus que tout autre jour, il faut que Sciences-Po vive".

Première publication : 04/04/2012

  • FRANCE

    Le directeur de Sciences Po Paris, Richard Descoings, retrouvé mort à New York

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)