Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

FOCUS

Ces réfugiés syriens dont de nombreux Turcs ne veulent plus

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Paris fête l'été !

En savoir plus

REPORTERS

L’essor du tourisme "100 % halal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Crash du vol AH5017 : "Série Noire"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

  • En direct : cinquante-quatre Français au nombre des victimes du vol Air Algérie

    En savoir plus

  • En images : la zone du crash du vol AH5017 au Mali

    En savoir plus

  • Une manifestation pro-palestinienne prévue samedi à Paris interdite

    En savoir plus

  • Un soldat libanais rejoint le Front Al-Nosra

    En savoir plus

  • Trois Palestiniens tués lors du "Jour de colère" en Cisjordanie

    En savoir plus

  • L’essor du tourisme "100 % halal"

    En savoir plus

  • En Ukraine, le conflit militaire se double d'une crise politique

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

Afrique

Les journalistes algériens indignés par la campagne présidentielle française

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 05/04/2012

FRANCE 24 s’est rendu en Algérie afin de sonder quelques journalistes, travaillant pour les principaux quotidiens francophones, sur la campagne présidentielle dans l'Hexagone. Une période qu'ils suivent avec beaucoup d'attention. Reportage.

Hasard des calendriers électoraux : la présidentielle française connaîtra son dénouement le 6 mai, quatre jours seulement avant les législatives algériennes, qui auront lieu le 10 mai. Ces deux événements ont lieu, en outre, l’année du cinquantenaire de l’indépendance de l’Algérie, anniversaire d'un épisode historique qui, à ce jour, demeure une source de crispations de part et d’autre de la Méditerranée. Et de leur propre aveu, les journalistes algériens suivent avec autant d’attention les élections dans leur pays que celles qui se tiennent en France. Pas uniquement par conscience professionnelle ou curiosité intellectuelle, mais aussi du fait des liens complexes qui existent entre les deux nations.

Populisme, islamophobie et démagogie
 
Mais les journalistes rencontrés par FRANCE 24 à Alger restent jusqu’ici déçus par la campagne électorale française. Dans leur ligne de mire : "la stigmatisation de la population d’origine maghrébine". Selon eux, ce sont les idées de l’extrême droite française, "relayées par la droite classique à des fins électoralistes", qui donnent le ton depuis le début de la campagne.
 
Nabila Amir, journaliste du quotidien "El Watan"
"Sans surprise Marine Le Pen est dans son rôle, c'est-à-dire celui de la provocation et de l’islamophobie, les Algériens espèrent de tout cœur qu’elle ne gagnera pas", note Nabila Amir, journaliste politique au sein de la rédaction d’El-Watan, le quotidien francophone le plus influent du pays. "Mais il est triste de constater, poursuit-elle, que le président Nicolas Sarkozy emboîte le pas de la candidate frontiste sur certains thèmes pour récupérer certains électeurs du Front national".
 
Ainsi, les polémiques qu’ont générées en France des thèmes comme l’identité nationale et la viande halal ont provoqué une onde de choc en Algérie, où elles ont été abondamment commentées, tantôt avec ironie, tantôt avec gravité, par les médias nationaux et la population. "Je suis très déçue par les slogans racistes et islamophobes que j’entends durant cette campagne et qui sont indignes d’un État de droit comme la France, je pense notamment à la polémique sur le halal", déplore Ghania Oukazi, journaliste depuis 12 ans du Quotidien D’Oran, première publication francophone du pays diffusée à 130 000 exemplaires par jour.
 
Ghania Oukazi : "La France n'assume pas ses responsabilités historiques"
 
Un avis que partage Hamid Saidani, rencontré au siège flambant neuf du quotidien "Liberté", qui compte de nombreux lecteurs en Kabylie. "À défaut de proposer des solutions réalistes pour faire face aux problèmes des Français, le ton de la campagne est au populisme, à l’islamophobie et à la démagogie, ce qui entraîne invariablement la stigmatisation des immigrés", juge-t-il.
 
Fayçal Metaoui : "Nicolas Sarkozy est l'otage d'une certaine droite française"
 
Fayçal Métaoui (photo principale), employé depuis 22 ans par El-Watan, regrette lui aussi "les répercussions désolantes des gesticulations de l’extrême droite française" qui, selon le journaliste chevronné, polluent la campagne électorale. "Les conséquences sur le débat est l’exploitation de la mémoire de la guerre d’Algérie. On a vu comment les ultras de l’Algérie française sont revenus sur le devant de la scène, argumente-t-il. C’est dommage, car les élections dans les deux pays coïncident avec le cinquantenaire de l’indépendance de l’Algérie, or c’est le moment idéal pour parler sereinement d’histoire et de réconciliation".
 
Sarkozy et les relations franco-algériennes
 
Justement, les différentes prises de position des candidats sur la question des relations franco-algériennes ont été suivies avec grande attention. En reconnaissant officiellement "la responsabilité de la France dans l'abandon et le massacre des harkis", vendredi 9 mars à Nice, puis en déclarant dans le journal Nice Matin que la France ne pouvait pas "se repentir d'avoir conduit" la guerre d'Algérie, Nicolas Sarkozy s’est attiré les foudres des médias algériens qui l’accusent de "chasser" les voix des rapatriés et des harkis.
 
Hamid Saidani, journaliste du quotidien "Liberté"
Mais c’est surtout le bilan du président-candidat dans le domaine des relations franco-algériennes qui est sévèrement critiqué. "Au début de son mandat, il prônait la politique de la rupture, or en ce qui concerne les relations franco-algériennes, il a réussi mais au sens propre", ironise Hamid Saidani. De son côté Nabila Amir affiche un avis encore plus tranché. "Nicolas Sarkozy n’a rien fait de concret pour apaiser les relations franco-algériennes, un second mandat n’est donc, de ce point de vue, pas souhaitable", assène-t-elle. 
 
Et il ne faut pas compter sur Ghania Oukazi pour faire remonter la cote de popularité du locataire de l’Élysée auprès des journalistes algériens. Selon elle, le mandat du président sortant équivaut à "la période la plus exécrable que l’on ait jamais connue entre l’Algérie et la France". Elle estime que le socialiste François Hollande est perçu en Algérie comme un candidat qui prône le recul et la sagesse, en résumé "une France qui assume" son passé et son histoire. Ce dernier a déclaré vouloir "en finir avec la guerre des mémoires", dans une tribune publiée par El-Watan, le 19 mars, pour le 50e anniversaire de la signature des accords de paix d'Évian, qui ont mis un terme à la guerre d’Algérie. Des positions qui lui valent les soutiens des médias algériens.
 
Hamid Saidani :"L'élection présidentielle française nous concerne indirectement"

 

Première publication : 05/04/2012

COMMENTAIRE(S)