Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Les "nouveaux visages" de la lutte contre les armes à feu aux États-Unis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fourcade en or : "Quel pied !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Groupe Renault : des résultats record, mais une rémunération en baisse pour son PDG

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nouvel an chinois : une émission de CCTV fait scandale avec un sketch raciste

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Le bitcoin, la monnaie 2.0

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Discours de Ramaphosa: le président sud-africain promet un "fantastique départ"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Abus Sexuels : des ONG dans la tempête

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

L'après Zuma : Cyril Ramaphosa présente son plan d'action pour le pays

En savoir plus

TECH 24

Corée du Sud : l'innovation en forme olympique

En savoir plus

Economie

Dexia vend sa filiale luxembourgeoise 730 millions d'euros

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/04/2012

Suite au démantèlement du groupe fin 2011, Dexia a finalisé la vente de sa filiale d'investissement luxembourgeoise pour 730 millions d'euros. Le Qatar acquiert 90 % de la structure et le Grand-Duché les 10 % restants.

AFP - Le groupe bancaire Dexia, qui a été démantelé fin 2011, a officialisé jeudi matin la vente de sa filiale luxembourgeoise, Dexia BIL, qui va être cédée pour un montant de 730 millions d'euros.

Comme convenu, "un groupement d'investisseurs du Qatar va acquérir 90% de la participation de Dexia dans Banque Internationale à Luxembourg, les 10% restants seront acquis par le Grand-Duché de Luxembourg, indique Dexia dans un communiqué.

Première publication : 05/04/2012

  • BANQUES

    Bruxelles s'interroge sur la légalité de la vente de Dexia Luxembourg

    En savoir plus

  • BANQUES

    Dexia enregistre la plus forte perte de l'histoire des banques françaises

    En savoir plus

  • BANQUES

    Démantèlement de Dexia : la Belgique roulée dans la farine ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)