Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du Sud : violentes manifestations à Mahikeng

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La fin d'une ère : Arsène Wenger quitte Arsenal

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Contestation sociale en France : l'impossible concertation ?

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans la peau d'un batelier du Nord

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le géant américain Starbucks accusé de racisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Emmanuel Macron peut-il réformer la Zone euro ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Café en capsules : "L'impact écologique est considérable"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Qui a peur de la dette ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le succès des monnaies locales

En savoir plus

FRANCE

Sarkozy souhaite geler la contribution française au budget de l'UE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/04/2012

Le président-candidat Nicolas Sarkozy a promis, en cas de réélection, de ramener les finances publiques françaises à l'équilibre en 2016, notamment en gelant la participation hexagonale au budget de l'Union européenne (UE).

AFP - Le président-candidat Nicolas Sarkozy a annoncé jeudi à Paris en présentant son projet que la France demanderait le gel de sa contribution au budget de l'Union européenne s'il était réélu, une économie annuelle selon lui de 600 millions d'euros.

"Je vous annonce que la France demandera à ce que sa contribution au budget européen soit gelée, ce qui représentera une économie de 600 millions d'euros par an", a déclaré Nicolas Sarkozy lors de sa conférence de presse.

La contribution annuelle de la France au budget de l'UE s'élève actuellement à près de 19 milliards d'euros, soit la deuxième contribution après l'Allemagne.

La France, avec huit autres pays européens, avait entamé dès 2011 un bras de fer avec Bruxelles, pour éviter que les contributions nationales n'augmentent pour la période 2014-2020, face au contexte de rigueur généralisée.

La contribution française à l'UE est aussi un cheval de bataille récurrent de Marine Le Pen et de son discours anti-Bruxelles. La candidate du FN prône la suppression progressive de cette contribution, dans le cadre de son projet critiqué de refonte totale de l'Europe, qui prévoit aussi la sortie de l'euro.

Première publication : 05/04/2012

  • J-19

    3 avril : les intentions de vote pour la présidentielle de 2012

    En savoir plus

  • PRESIDENTIELLE FRANÇAISE

    François Hollande dévoile sa feuille de route en matière de politique étrangère

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)