Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Live by Night ", quand Ben Affleck joue les gangsters

En savoir plus

FACE À FACE

Primaire à gauche : Manuel Valls en difficulté

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ne l'appelez plus Theresa Maybe"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Brexit et météo : le froid s'installe"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

"Un effet Trump" sur l'emploi américain ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigeria : un camp de déplacés visé par erreur par l'armée, 52 morts

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Brexit rime avec "Frexit"

En savoir plus

LE DÉBAT

Royaume-Uni - UE : un Brexit radical ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François de Rugy : "Macron ne dit rien sur l'écologie"

En savoir plus

FRANCE

Sarkozy souhaite geler la contribution française au budget de l'UE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/04/2012

Le président-candidat Nicolas Sarkozy a promis, en cas de réélection, de ramener les finances publiques françaises à l'équilibre en 2016, notamment en gelant la participation hexagonale au budget de l'Union européenne (UE).

AFP - Le président-candidat Nicolas Sarkozy a annoncé jeudi à Paris en présentant son projet que la France demanderait le gel de sa contribution au budget de l'Union européenne s'il était réélu, une économie annuelle selon lui de 600 millions d'euros.

"Je vous annonce que la France demandera à ce que sa contribution au budget européen soit gelée, ce qui représentera une économie de 600 millions d'euros par an", a déclaré Nicolas Sarkozy lors de sa conférence de presse.

La contribution annuelle de la France au budget de l'UE s'élève actuellement à près de 19 milliards d'euros, soit la deuxième contribution après l'Allemagne.

La France, avec huit autres pays européens, avait entamé dès 2011 un bras de fer avec Bruxelles, pour éviter que les contributions nationales n'augmentent pour la période 2014-2020, face au contexte de rigueur généralisée.

La contribution française à l'UE est aussi un cheval de bataille récurrent de Marine Le Pen et de son discours anti-Bruxelles. La candidate du FN prône la suppression progressive de cette contribution, dans le cadre de son projet critiqué de refonte totale de l'Europe, qui prévoit aussi la sortie de l'euro.

Première publication : 05/04/2012

  • J-19

    3 avril : les intentions de vote pour la présidentielle de 2012

    En savoir plus

  • PRESIDENTIELLE FRANÇAISE

    François Hollande dévoile sa feuille de route en matière de politique étrangère

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)