Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Père Noël habite en Chine"

En savoir plus

FRANCE

Seïf al-Islam Kadhafi victime de mauvais traitements en prison

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/04/2012

Maintenu en détention par les nouvelles autorités de Tripoli, le fils du défunt dictateur libyen, soupçonné de crimes contre l'humanité, a été la cible d'agressions physiques, selon le bureau de la défense de la Cour pénale internationale.

AFP - Le fils du défunt leader libyen Mouammar Kadhafi, Seif Al-Islam Kadhafi, soupçonné de crimes contre l'humanité, a été "agressé physiquement" en détention à Zenten, 180 km au sud de Tripoli, a-t-on appris jeudi auprès du bureau de la défense de la Cour pénale internationale.

"M. Kadhafi a été agressé physiquement", a déclaré à l'AFP Xavier-Jean Keïta, conseil principal au "Bureau du conseil public pour la Défense" (OPCD) de la CPI, chargé notamment de garantir les droits de la défense : "il souffre en outre d’importants maux de dents dus à l’absence de soins dentaires".

"Il a été totalement mis en isolement, et n’a pu recevoir que des visites d'officiels libyens et des autorités libyennes (chargées des) poursuites", a ajouté la même source, selon laquelle l'OPCD, chargé par la CPI d'assister Seif Al-Islam, n'a pu le rencontrer qu'une seule fois.

L'OPCD a d'ailleurs demandé aux juges de la CPI d'ordonner au Greffe de prendre les dispositions nécessaires, avec les autorités libyennes, pour qu'une seconde rencontre soit organisée.

La Cour avait demandé mercredi à la Libye, pour la deuxième fois, de lui remettre immédiatement Seif Al-Islam. Les juges de la Cour avaient précédemment rejeté une première requête de la Libye demandant le report du transfert de Seif Al-Islam afin qu'il puisse être jugé à Tripoli.

La CPI avait lancé le 27 juin un mandat d'arrêt contre Seif Al-Islam, 39 ans, arrêté le 19 novembre dans le sud de la Libye.

Détenu depuis à Zenten, il est soupçonné de crimes contre l'humanité commis depuis le 15 février lors de la répression de la révolte populaire, qui s'est transformée en guerre civile.

Seif Al-Islam n'a en outre pas eu "l’opportunité de choisir librement ou de communiquer avec un avocat de son choix", a soutenu M. Keïta.

"Seif Al-Islam Kadhafi est détenu par les autorités libyennes depuis 139 jours, sans d’une part avoir été présenté devant un juge, sans avoir eu la possibilité et les moyens de communiquer avec sa famille et ses amis, ni de recevoir leur visite", a affirmé la même source.

Les autorités libyennes ont "induit en erreur" Seif Al-Islam sur la nature des enquêtes menées à son encontre en Libye, a poursuivi le conseil principal.

"En effet, M. Kadhafi a été informé par ces autorités qu’il faisait l’objet d’une enquête fondée sur des allégations mineures, telles que la possession illégale de chameaux et l’exploitation piscicole non autorisée", selon M. Keïta.

Or, les autorités libyennes ont informé la Cour qu'elles souhaitaient enquêter et poursuivre Seif Al-Islam pour des "crimes graves relevant du Statut de Rome", le traité fondateur de la CPI, a souligné la même source.

Le Conseil national de transition (CNT) libyen avait informé la Cour, dans une lettre publiée le 24 novembre 2011, que la Libye souhaitait juger Seif Al-Islam.

"A aucun moment, les autorités libyennes n’ont légalement justifié leur incapacité à remettre M. Kadhafi à la CPI", a soutenu M. Keïta.

L'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch (HRW) avait appelé mercredi les autorités libyennes à garantir à Seif Al-Islam un "accès immédiat" à un avocat, notant que sa détention se déroulait dans de "bonnes conditions".

Soupçonné de crimes contre l'humanité, l'ancien chef des services secrets libyens Abdallah Al-Senoussi, arrêté en Mauritanie le mois dernier, est lui aussi recherché par la CPI.

 

Première publication : 05/04/2012

  • LIBYE

    La CPI propose de juger Seïf al-Islam en territoire libyen

    En savoir plus

  • LIBYE

    Seïf al-Islam Kadhafi, le réformateur devenu guerrier

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)