Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Afrique

Enlèvement du consul d'Algérie à Gao

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/04/2012

Le consul d'Algérie à Gao, l'une des principales villes du nord du Mali, ainsi que six membres de sa mission ont été conduits vers une destination inconnue. L'identité de leur ravisseurs reste, pour l'heure, inconnue.

AFP - Le consul d'Algérie à Gao (nord-est du Mali) et six membres de sa mission ont été enlevés jeudi, a indiqué le ministère algérien des Affaires étrangères, confirmant des témoignages recueillis par l'AFP sur une attaque d'islamistes armés.

"Le Consulat d'Algérie à Gao en République du Mali a fait l'objet jeudi matin d'une attaque par un +groupe non identifié+ (...) Le consul et six éléments de la représentation consulaire algérienne ont été conduits vers une destination inconnue", précise le ministère dans un communiqué diffusé par l'agence APS.

"Le consul et six agents du consulat ont été forcés à sortir du siège de la représentation diplomatique. Ils sont actuellement sous la responsabilité de parties que nous ne connaissons pas", a précisé le chef de la diplomatie algérienne Mourad Medelci.

"Une cellule de crise a été mise en place pour suivre l'évolution de cette affaire et afin que tout soit mis en oeuvre pour le retour sain et sauf de nos nationaux", indique encore Alger, en condamnant "cet acte avec fermeté".

"Le gouvernement algérien est totalement mobilisé pour assurer dans les plus brefs délais leur libération", a ajouté M. Medelci.

Plus tôt, plusieurs témoins à Gao avaient affirmé par téléphone à l'AFP à Bamako avoir assisté à l'occupation du bâtiment algérien par des islamistes armés, qui ont hissé le drapeau noir salafiste, et "arrêté des diplomates".

"Je suis à côté du consulat d'Algérie, je vois des hommes à la peau noire, armés, autour du consulat et à l'intérieur. C'est un drapeau noir avec des écritures en arabe qu'ils ont mis à la place du drapeau algérien", a déclaré l'un d'eux dans cette importante ville du nord du Mali.

"Ils ont arrêté les diplomates et le personnel, descendu le drapeau algérien pour mettre le leur", a affirmé un autre témoin.

La ville de Gao, qui abritait le commandement de l'armée malienne pour le Nord, a été prise samedi par la rébellion touareg et des islamistes.

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujoa), considéré comme une dissidence d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) revendique le contrôle de la ville où des pillages et des exactions, en particulier des viols, ont été commises depuis qu'elle a été prise, selon des humanitaires.

Première publication : 05/04/2012

  • MALI

    Les Touareg du MNLA mettent fin à leurs opérations militaires

    En savoir plus

  • MALI

    L'ONU exige le retour du pouvoir légitime et la fin des affrontements

    En savoir plus

  • MALI

    La junte reporte la "convention nationale" prévue jeudi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)