Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gouvernement Valls II : remaniement ou reniement ?

En savoir plus

DÉBAT

Gouvernement Valls II : le bon choix ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Macron, l'anti-Montebourg à Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

SUR LE NET

« L’Ice Bucket Challenge » détourné par un acteur américain

En savoir plus

SUR LE NET

Le convoi russe en Ukraine : pourquoi et pour qui ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Cuba sans le soleil"

En savoir plus

MODE

Grand prix du livre de mode 2014

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Frédéric Beigbeder sur les traces de J.D. Salinger

En savoir plus

  • Vidéo : Lalish, capitale spirituelle et dernier refuge des Yazidis d'Irak

    En savoir plus

  • Emmanuel Macron, un ex-banquier touche-à-tout à Bercy

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • En images : les ministres du gouvernement Valls II

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Porto élimine Lille, reversé en Ligue Europa

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza après sept semaines de guerre entre Israël et le Hamas

    En savoir plus

  • Transferts : Samuel Eto’o signe à Everton

    En savoir plus

  • Rencontre Poutine - Porochenko : "Le sort du monde se joue à Minsk"

    En savoir plus

  • Pictet, une importante banque suisse, publie ses premiers résultats depuis 209 ans

    En savoir plus

  • Aaron Sofer, un étudiant juif américain, porté disparu en Israël

    En savoir plus

  • Liga : Munir El Haddadi, la nouvelle perle du Barça

    En savoir plus

  • Mineurs, lieux publics... l'OMS prend position contre la e-cigarette

    En savoir plus

  • Libye : les Occidentaux dénoncent les "ingérences extérieures"

    En savoir plus

  • Vidéo : consternation à Douala après la mort du footballeur Albert Ebossé

    En savoir plus

Economie

Les grandes lignes du programme économique de Nicolas Sarkozy

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 05/04/2012

Le président candidat précise son programme économique lors d’une conférence de presse, ce jeudi. Même si des surprises sont à attendre, les grandes lignes de sa politique économique en cas de réélection sont déjà connues.

Pour le candidat Nicolas Sarkozy, l’heure de vérité est arrivée. Le président sortant doit, en effet, détailler ce jeudi 5 avril son programme économique, à 17 jours du premier tour de l’élection présidentielle.

Alors que la campagne électorale se déroule dans le contexte de la crise des dettes

européennes, les prescriptions du docteur Sarkozy pour guérir le grand corps malade français ne manqueront pas d’être suivies. Symbole de l’importance de la conférence de presse de ce jeudi, Henri Guaino, plume et conseiller du président-candidat, a annoncé que Nicolas Sarkozy allait profiter de l'occasion pour rendre public “une lettre aux Français” détaillant ses valeurs et sa vision de l’avenir de la France.

Consciente également de l’enjeu de ce rendez-vous politique, la gauche a préparé le terrain à propos du bilan économique de Nicolas Sarkozy. “Son projet [économique, NDLR], je le connais : c’est son bilan. En pire !”, a lancé le candidat du Parti socialiste (PS) François Hollande, lors de son meeting à Rennes, mercredi 4 avril. Le héraut des socialistes pour cette élection a averti qu’un nouveau quinquennat de Nicolas Sarkozy serait, selon lui, placé sous le signe exclusif de l’”austérité économique”.

Nicolas Sarkozy aura largement le loisir de répondre aux attaques de son principal rival lors de sa conférence de presse en précisant quelle politique économique il compte suivre s'il est réélu. Si des surprises sont à attendre, certaines mesures ont d’ores et déjà été dévoilées. Revue de détails.

TVA sociale

Baptisée TVA anti-délocalisation par le gouvernement, cette proposition introduite en janvier lors d’un mini-sommet sur l’emploi a été très contestée par l’opposition. Nicolas Sarkozy veut financer un allégement des charges patronales de 13 milliards d’euros par une augmentation de 1,6 % de la TVA. L’UMP assure que cette mesure, qui entrerait en vigueur début octobre en cas de réélection du président sortant, permettrait de créer 10 000 emplois. La gauche répond qu'une hausse de la TVA aurait un impact négatif sur le pouvoir d’achat.

35 heures

Le président sortant veut en finir avec le principal héritage économique du gouvernement socialiste de Lionel Jospin (1997-2002). Pour ce faire, Nicolas Sarkozy compte sur les accords de compétitivité qui permettraient, s’il est réelu, de renégocier au niveau de l’entreprise le temps de travail.

Augmentation des impôts

Politique 2012
Le regard des jeunes sur l’élection présidentielle française

Animé par plusieurs étudiants de l`Ecole de journalisme de Sciences Po, le blog « Politique 2012 » décrypte en profondeur la campagne présidentielle française. Les opinions exprimées sur ce blog n’engagent que leurs auteurs et ne représentent pas nécessairement celles de FRANCE 24.

 

Pour augmenter les recettes fiscales nécessaires à la lutte contre le déficit public, le prochain président pourra difficilement éviter d’augmenter les impôts. Mais Nicolas Sarkozy promet que l’addition qu’il présentera aux Français sera moins douloureuse que celle de François Hollande. Le programme du candidat socialiste prévoit 44 milliards d’euros de nouvelles recettes d’ici 2016. Son rival de l’UMP jure qu’il ne cherchera à lever que 8 milliards d’euros supplémentaires pour atteindre l’équilibre budgétaire en 2016.

Les niches fiscales

Huit milliards d’euros proviendraient d’une nouvelle offensive contre les niches fiscales, avait assuré la ministre du Budget, Valérie Pécresse, sur la radio France Info le 4 mars. Elle n’était pas entrée dans le détail des avantages fiscaux qui seront affectés par ce nouveau coup de rabot post-électoral si Nicolas Sarkozy reste à l’Élysée.

Réforme du permis de conduire

Nicolas Sarkozy s’apprêterait à annoncer des mesures pour rendre le permis de conduire “moins cher et plus facile à obtenir”, affirme ce jeudi l’agence de presse AFP, citant des “sources proches du président”. Une mesure qui peut paraître anecdotique, mais dont l'équipe du candidat Sarkozy se défend : “le permis est devenu aujourd'hui un objet de discrimination”, explique-t-elle.

Première publication : 05/04/2012

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    François Bayrou peut-il mieux faire ?

    En savoir plus

  • PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE

    Un nouveau sondage Ipsos donne Sarkozy en tête au premier tour

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)