Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

  • Gaza : début d'une trêve de trois jours, des négociations prévues en Égypte

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Lourd bilan après une série d’explosions dues au gaz à Taïwan

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Devant les juges, Karim Wade se considère "prisonnier politique"

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

Economie

Flashback, le virus qui aime les Mac

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 06/04/2012

Découvert le 12 mars, le virus Flashback - qui permet de prendre le contrôle des ordinateurs contaminés - aurait déjà infecté 600 000 Mac dans le monde, ce qui en fait la plus importante menace virale de l’histoire d’Apple à ce jour.

La rançon du succès. Alors que les ordinateurs Apple gagnent des parts de marché sur les PC, les pirates informatiques s’intéressent de plus en plus à la marque à la pomme. Avec Flashback, ils ont frappé un grand coup. Ce logiciel malveillant aurait déjà infecté 600 000 Mac, selon un rapport publié mercredi 4 avril par la société de sécurité russe Dr Web. Un événement qui prouve que l’environnement Mac n’est pas - ou plus - aussi étanche que par le passé aux virus informatiques. Un sacré coup dur pour l’un des principaux arguments de vente de son fabricant...

Une publicité d'Apple qui souligne la résistance des Mac aux virus

Flashback est un virus “très sophistiqué, comme il n’en existait jusqu’à présent que sur PC”, rapportent les équipes de Dr Web. Il s’installe à l’insu de l’utilisateur lorsque celui-ci visite l'un des nombreux sites (essentiellement domiciliés en Russie) qui hébergent ce virus - qui appartient à la catégorie des chevaux de Troie. Une fois sur le Mac, il permet au pirate informatique de prendre le contrôle de l’ordinateur infecté. Flashback a donc créé une armée de 600 000 "Mac-zombies" à la solde de cybercriminels qui peuvent les utiliser soit pour envoyer massivement des spams, soit pour récupérer des informations personnelles de leurs propriétaires (identifiants bancaires présents sur les ordinateurs, etc.).

Pour l’heure, seule l'Amérique du Nord souffre réellement du fléau : les États-Unis et le Canada concentrent, en effet, 76 % des machines touchées. La société Dr Web a même constaté que plus de 200 Mac contaminés par Flashback se trouvent à Cupertino, siège californien d’Apple. En France, le risque, pour un particulier, de voir son ordinateur infecté est faible (la France ne totalise que 0,6 % du total des infections de Flashback). Mais, comme le souligne le blogueur américain et grand spécialiste d’Apple John Gruber, “le ‘botnet’ (réseau d’ordinateurs zombies) peut encore grandir”.

Lenteur

La répartition géographique des infections

Pourtant, Apple a publié deux correctifs, l'un en début de semaine, l'autre ce vendredi 6 avril, pour parer à cette nouvelle menace informatique. Seul problème : il ne résoud le problème que pour la dernière version de son système d’exploitation, car la politique du géant de Cupertino est de ne pas assurer de support technique pour les anciennes moutures de Mac OS. Des millions d’utilisateurs de Mac courent donc toujours le risque d’être infectés par ce cheval de Troie.

En outre, Apple n'a apporté sa solution qu'environ un mois après avoir eu vent du problème. Le géant américain de l’électronique grand public “reste très lent dans le déploiement des mises à jour qui corrigent des failles informatiques, ce qui perpétue le mythe dangereux que les Mac sont à l’abri des virus”, a regretté jeudi le spécialiste américain de la sécurité informatique Brian Krebs, sur son blog KrebsOnSecurity.

Si ce nouveau cheval de Troie est le plus important virus connu à ce jour sur Mac, il n’est cependant pas le premier. Découvert au début du mois de mai 2011, Mac Defender, un logiciel malveillant qui s’installait lorsqu’on ouvrait certaines images dans Google Images, avait été qualifié “de première menace virale importante pour les utilisateurs de Mac” par le site américain spécialisé dans les nouvelles technologies Cnet. Plusieurs dizaines de milliers de personnes avaient été touchées par ce virus qui cherchait les informations bancaires sur les ordinateurs infectés. Apple n’avait, à l’époque, publié de correctif qu’un mois après la révélation de l’existence de Mac Defender, s’attirant déjà des critiques à propos de sa lenteur à réagir à une telle menace.

Première publication : 06/04/2012

  • TECHNOLOGIES

    Apple se pose en chevalier blanc de la création d’emplois aux États-Unis

    En savoir plus

  • FRANCE

    À Paris, les revendeurs d'Apple manifestent contre la firme à la pomme

    En savoir plus

  • ITALIE

    La justice condamne Apple à 900 000 euros d'amende pour défaut d'information

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)