Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Non, l'attentat de Mogadiscio n'a pas été oublié par les médias

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : au moins 3 morts à Sokodé

En savoir plus

LE DÉBAT

Lutte contre le groupe état islamique en Syrie, les jihadistes perdent le contrôle de Raqqa

En savoir plus

LE DÉBAT

Lutte contre le groupe état islamique en Syrie, les jihadistes perdent le contrôle de Raqqa

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Virginie Calmels : "le danger, c'est que les femmes se victimisent"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Virginie Calmels : "Emmanuel Macron a réussi à faire exploser la gauche mais la droite résiste"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Pascal Légitimus : un illustre Inconnu

En savoir plus

FOCUS

Lutte contre le terrorisme en France : l'opération sentinelle à bout de souffle?

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ? (partie 2)

En savoir plus

FRANCE

La même arme utilisée pour les meurtres dans l'Essonne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/04/2012

Selon la procureure de la République d'Évry, une seule et même arme a servi à commettre quatre crimes dans l'Essonne, près de Paris. Le mode opératoire du premier des homicides n'était cependant "pas identique" aux suivants.

Reuters - Une seule et même arme a servi à commettre quatre crimes survenus depuis novembre dernier dans l'Essonne, près de Paris, a dit vendredi le procureur d'Evry Marie-Suzanne Le Queau.

Elle a souligné qu'on ne pouvait pour autant affirmer que l'auteur des crimes était une seule et même personne.

"Ce seul élément ne suffit pas en soi pour affirmer à ce stade qu'il s'agisse d'une seule et même affaire", a-t-elle dit lors d'une conférence de presse.

Le mode opératoire des quatre crimes présente des variations, a-t-elle précisé, au lendemain de la mort d'une femme de 47 ans dans un hall d'immeuble à Grigny (Essonne), abattue par un tireur qui a pris la fuite en deux-roues.
 

Première publication : 06/04/2012

COMMENTAIRE(S)