Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

En savoir plus

DÉBAT

Comment lutter contre l'organisation de l'État islamique?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hongkong, nouveau Tienanmen ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

De la Mecque à Broumov : le voyage du Bazin

En savoir plus

  • Vidéo : Marine Le Pen voit la diplomatie française comme "un canard sans tête"

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • Vidéo : Dohuk, province du Kurdistan submergée par les déplacés irakiens

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

    En savoir plus

  • Seulement 25 % de femmes au Sénat : à qui la faute ?

    En savoir plus

  • La dette française dépasse pour la première fois les 2 000 milliards d'euros

    En savoir plus

  • Référendum en Catalogne : la Cour constitutionnelle suspend le vote

    En savoir plus

  • Sharia4Belgium fait face à la justice pour recrutement de jihadistes

    En savoir plus

  • AIG : l'État américain sur le banc des accusés pour "sauvetage illégal"

    En savoir plus

  • Assassinat d'Hervé Gourdel : le point sur l'enquête en Algérie

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG s'attaque au Barça sans Zlatan

    En savoir plus

EUROPE

Vingtième anniversaire du début de la guerre en Bosnie

Vidéo par Noémie ROCHE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/04/2012

La Bosnie commémore ce vendredi le vingtième anniversaire du début de la guerre intercommunautaire qui a opposé Serbes, Croates et musulmans de 1992 à 1995. Le conflit fit près de 100 000 morts et deux millions de déplacés.

AFP - La Bosnie marque vendredi les 20 ans du début de la guerre interethnique de 1992-95, anniversaire qui retrouve ses trois principales communautés vivant en paix, mais aussi divisées que jadis, dans un Etat fragile et plongé dans la pauvreté.

Il y a 20 ans, les 5 et 6 avril 1992, les derniers espoirs de dizaines de milliers de Bosniens descendus dans les rues de Sarajevo pour réclamer la paix étaient brisés, des snipers serbes tirant sur la foule et faisant les premières victimes. Le même jour, la Communauté européenne reconnaissait l'indépendence de cette ex-république yougoslave.

"Les blessures de la guerre sont profondément ancrées dans les relations entre les trois communautés", musulmane, serbe et croate qui se sont fait la guerre, fait valoir Raif Dizdarevic, un des derniers présidents de la fédération yougoslave, avant son éclatement sanglant dans les années 1990.

"La Bosnie est prisonnière des forces nationalistes, les divisions s'approfondisent et le pays ne fait que reculer", déplore M. Dizdarevic.

Alors que les Serbes et les Croates n'ont pas indiqué s'ils entendaient marquer cet anniversaire, vendredi, à Sarajevo, un concert aura lieu sur la principale avenue du centre-ville, devant des milliers de chaises vides, à la mémoire de plus de 10.000 citoyens tués par les forces serbes durant le siège de la capitale qui a duré tout au long du conflit.

Plus de cent reporters et photographes de guerre ayant couvert le conflit se retrouveront aussi à Sarajevo.

Les prémices d'une guerre en Bosnie remontent au 1er mars 1992, les Musulmans et les Croates - majoritaires - disant oui à l'indépendance lors d'un référendum boycotté par les Serbes.

"Je pense que cette tentative d'imposer aux Serbes cette décision a été une erreur", affirme l'analyste bosnien, Esad Hecimovic, soulignant que les Serbes bénéficiaient déjà de l'appui militaire du régime au pouvoir à Belgrade.

M. Hecimovic note aussi que le leader musulman de l'époque, Alija Izetbegovic, qui allait devenir le premier président de la Bosnie indépendante, a "trop misé" sur un soutien de communauté internationale pour empêcher une guerre dont la férocité "était prévisible".

La guerre a fait environ 100.000 morts et plus de 2,2 millions de réfugiés, soit la moitié de la population.

La fin du conflit sera marquée par la tuerie de Srebrenica (est), où environ 8.000 Musulmans ont été tués en juillet 1995 par les forces serbes, massacre qualifié de génocide par la justice internationale.

Quatre mois après, arraché sous pression internationale, l'accord de paix de Dayton (Etats-Unis) a mis un terme au conflit, mais a consacré la division de la Bosnie en deux entités, l'une serbe et l'autre croato-musulmane, chacune avec un haut degré d'autonomie et unies par de faibles institutions centrales.

"Le dialogue entre les entités n'existe pas, elles sont divisées par un mur", constate M. Dizdarevic rappelant les crises politiques incessantes qui plombent l'avenir du pays malgré les ambitions affichées d'une adhésion à l'Union européenne.

De fait, la Bosnie est l'un des pays les plus pauvres d'Europe où le chômage frappe plus de 40% de ses 3,8 millions d'habitants, dont un sur quatre vit en dessous du seuil de pauvreté, selon l'ONU.

Aujourd'hui, les principaux protagonistes de la guerre sont soit détenus ou jugés pour crimes de guerre par la justice internationale, soit décédés.

Les leaders politique et militaire des Serbes de Bosnie pendant le conflit, Radovan Karadzic et Ratko Mladic, inculpés de génocide, ont été arrêtés après des années de cavale et traduits devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie.
 

Première publication : 06/04/2012

  • JUSTICE INTERNATIONALE

    L'ex-chef de l'armée yougoslave Perisic condamné à 27 ans de prison

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Srebrenica : les Pays-Bas responsables de la mort de trois musulmans

    En savoir plus

  • SERBIE

    Ratko Mladic comparaîtra vendredi devant le TPIY

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)