Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

A Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu Israël - Hamas : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls: le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La French Touch, avec le chef Thierry Marx et le mathématicien Cédric Villani

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : la famille d'Albert Ebossé pleure le joueur tué en Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Immigration : 170 corps retrouvés près des côtes libyennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

SUR LE NET

Après "l'Ice Bucket Challenge", place au "Rice Bucket Challenge"

En savoir plus

FOCUS

Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

En savoir plus

  • Bloquer l'avancée de l'EI, le casse-tête d'Obama

    En savoir plus

  • La déclaration d'amour de Valls aux entreprises françaises

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

  • Cessez-le-feu à Gaza : qui d'Israël ou du Hamas sort vainqueur ?

    En savoir plus

  • Macron vs Montebourg : deux styles opposés mais une même politique ?

    En savoir plus

  • Ronaldo, Robben, Neuer : qui sera sacré joueur européen de l'année ?

    En savoir plus

  • Zara retire de la vente une marinière flanquée d'une étoile jaune

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : Christine Lagarde mise en examen pour "négligence"

    En savoir plus

  • France : le chômage atteint un nouveau record en juillet

    En savoir plus

  • Un rapport de l’ONU accuse Damas et l’EI de crimes contre l’humanité

    En savoir plus

  • Ebola : le Liberia sanctionne ses ministres réfugiés à l'étranger

    En savoir plus

  • Milan, ville de transit pour les réfugiés syriens

    En savoir plus

  • Theo Curtis, ex-otage américain en Syrie, est arrivé aux États-Unis

    En savoir plus

  • Syrie : l'unique passage menant au Golan tombe aux mains des rebelles

    En savoir plus

SPORT

Les athlètes syriens iront à Londres-2012 sous la contrainte

Texte par Sylvain MORNET

Dernière modification : 06/04/2012

La majorité des athlètes syriens ne veulent pas participer aux prochains JO de Londres, mais le feront par peur des représailles du régime, selon l’ancien international de football syrien Abdelbasset Saroot. Une situation intenable...

La présence d’une délégation syrienne aux prochains Jeux olympiques (JO) de Londres fait actuellement débat. Tout d’abord autorisée par les autorités britanniques et espérée par le Comité international olympique (qui, le 14 mars, exprimait par la voix de son président Jacques Rogge sa volonté de "tout faire" pour que les sportifs syriens y soient présents, à moins que l'un d'eux ne soit impliqué dans des crimes de guerre), elle viendrait finalement dans la capitale britannique sous la contrainte.

Les athlètes "ne veulent pas jouer pour un drapeau dont ils ne sont pas fiers", selon Abdelbasset Saroot, ex-gardien de but de l'équipe syrienne de football. Dans une interview diffusée le 4 avril par la chaîne britannique ITV, cet ancien international âgé de seulement 20 ans déclare : "Je sais personnellement que la majorité des athlètes ne veulent pas participer [aux JO, NDLR] et qu'ils le feront par peur pour leurs familles, par peur de représailles de la part du régime s'ils ne se soumettent pas".

Une situation qui risque de susciter une vive polémique compte tenu de la répression qui a fait plus de 9 000 morts en Syrie depuis plus d'un an, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme et l'ONU. "Mon message, en tant que footballeur, athlète et militant, est avant tout que nous assistons à un véritable massacre ici (en Syrie)", souligne le jeune joueur. "Il s'agit d'un massacre, car des gens sont abattus. Le monde a oublié la crise humanitaire, les habitations que l'on démolit."

"Je ne crois pas que nous devrions punir les sportifs syriens"

Justement, certains luttent pour un boycott de la Syrie aux prochains JO, comme les militants de l'opposition syrienne qui ont notamment appelé Londres à interdire la présence du directeur du Comité national olympique syrien, le général Mouaffak Djoumaa, ainsi que d'autres responsables considérés comme proches de Bachar al-Assad. À ce sujet, le Premier ministre britannique David Cameron avait expliqué, le 28 mars dernier, que les athlètes syriens seront autorisés à participer aux JO, mais que les personnes liées au pouvoir visées par des sanctions ne seront pas les bienvenues.

"Je ne crois pas que nous devrions punir les sportifs pour les méfaits du régime, mais soyons tout à fait clairs : la Grande-Bretagne a mené les efforts au sein de l'Union européenne et ailleurs pour mettre en place des gels d'avoirs, des interdictions de déplacements et des sanctions contre ce régime odieux", a déclaré Cameron lors d’une conférence de presse avec le président du CIO, Jacques Rogge. "Les personnes concernées par l’une de ces interdictions ne seront donc pas les bienvenues à Londres", a-t-il ajouté.

Au total, 126 personnalités liées au régime syrien sont visées par les sanctions européennes, parmi lesquelles le président Bachar al-Assad et son épouse Asma, qui est pourtant née à Londres et possède la nationalité britannique

Première publication : 06/04/2012

  • HOMOSÉXUALITE

    Le Népal va organiser les 1ers Jeux d’Asie gays

    En savoir plus

  • JEUX OLYMPIQUES

    Rome retire sa candidature à l'organisation des JO d'été de 2020

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Plus de 13 000 soldats britanniques mobilisés pour les JO de Londres

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)