Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : les négociations de paix au point mort

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : espoir de paix à Brazzaville

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : risque de famine en Casamance

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Maestro", intello mais pas trop !

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : les enfants, victimes du conflit

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : la guerre s’importe–t-elle en France ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : l’offensive se durcit, le bilan s’alourdit

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine - Russie : les "Mistral" plus forts que les sanctions ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Apple mise sur la Chine

En savoir plus

  • "Le conflit israélo-palestinien est importé en France depuis longtemps"

    En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné!"

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Reportage : l'armée israélienne essuie de lourdes pertes à Gaza

    En savoir plus

  • Au Nigeria, la ville de Kaduna secouée par deux explosions meurtrières

    En savoir plus

  • MH17 : les premières dépouilles des victimes sont arrivées aux Pays-Bas

    En savoir plus

  • Une ville chinoise placée en quarantaine après un cas de peste bubonique

    En savoir plus

  • Manifester, une liberté qui reste "la règle"... mais sous haute surveillance

    En savoir plus

  • Au moins 45 morts lors d'un atterrissage d'urgence à Taïwan

    En savoir plus

  • Ryanair contraint de rembourser à la France 9,6 millions d’euros d’aides publiques

    En savoir plus

  • Immigration et droit d'asile : les projets de réforme du gouvernement

    En savoir plus

  • Après le gel des vols vers Tel Aviv, Israël dénonce une mesure "injustifiée"

    En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costa Concordia

    En savoir plus

  • Le Festival d'Avignon, une tradition politique ancrée dans l'actualité

    En savoir plus

  • Vidéo : à Khan Younès, les cortèges funéraires se succèdent

    En savoir plus

SPORT

Les athlètes syriens iront à Londres-2012 sous la contrainte

Texte par Sylvain MORNET

Dernière modification : 06/04/2012

La majorité des athlètes syriens ne veulent pas participer aux prochains JO de Londres, mais le feront par peur des représailles du régime, selon l’ancien international de football syrien Abdelbasset Saroot. Une situation intenable...

La présence d’une délégation syrienne aux prochains Jeux olympiques (JO) de Londres fait actuellement débat. Tout d’abord autorisée par les autorités britanniques et espérée par le Comité international olympique (qui, le 14 mars, exprimait par la voix de son président Jacques Rogge sa volonté de "tout faire" pour que les sportifs syriens y soient présents, à moins que l'un d'eux ne soit impliqué dans des crimes de guerre), elle viendrait finalement dans la capitale britannique sous la contrainte.

Les athlètes "ne veulent pas jouer pour un drapeau dont ils ne sont pas fiers", selon Abdelbasset Saroot, ex-gardien de but de l'équipe syrienne de football. Dans une interview diffusée le 4 avril par la chaîne britannique ITV, cet ancien international âgé de seulement 20 ans déclare : "Je sais personnellement que la majorité des athlètes ne veulent pas participer [aux JO, NDLR] et qu'ils le feront par peur pour leurs familles, par peur de représailles de la part du régime s'ils ne se soumettent pas".

Une situation qui risque de susciter une vive polémique compte tenu de la répression qui a fait plus de 9 000 morts en Syrie depuis plus d'un an, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme et l'ONU. "Mon message, en tant que footballeur, athlète et militant, est avant tout que nous assistons à un véritable massacre ici (en Syrie)", souligne le jeune joueur. "Il s'agit d'un massacre, car des gens sont abattus. Le monde a oublié la crise humanitaire, les habitations que l'on démolit."

"Je ne crois pas que nous devrions punir les sportifs syriens"

Justement, certains luttent pour un boycott de la Syrie aux prochains JO, comme les militants de l'opposition syrienne qui ont notamment appelé Londres à interdire la présence du directeur du Comité national olympique syrien, le général Mouaffak Djoumaa, ainsi que d'autres responsables considérés comme proches de Bachar al-Assad. À ce sujet, le Premier ministre britannique David Cameron avait expliqué, le 28 mars dernier, que les athlètes syriens seront autorisés à participer aux JO, mais que les personnes liées au pouvoir visées par des sanctions ne seront pas les bienvenues.

"Je ne crois pas que nous devrions punir les sportifs pour les méfaits du régime, mais soyons tout à fait clairs : la Grande-Bretagne a mené les efforts au sein de l'Union européenne et ailleurs pour mettre en place des gels d'avoirs, des interdictions de déplacements et des sanctions contre ce régime odieux", a déclaré Cameron lors d’une conférence de presse avec le président du CIO, Jacques Rogge. "Les personnes concernées par l’une de ces interdictions ne seront donc pas les bienvenues à Londres", a-t-il ajouté.

Au total, 126 personnalités liées au régime syrien sont visées par les sanctions européennes, parmi lesquelles le président Bachar al-Assad et son épouse Asma, qui est pourtant née à Londres et possède la nationalité britannique

Première publication : 06/04/2012

  • HOMOSÉXUALITE

    Le Népal va organiser les 1ers Jeux d’Asie gays

    En savoir plus

  • JEUX OLYMPIQUES

    Rome retire sa candidature à l'organisation des JO d'été de 2020

    En savoir plus

  • ROYAUME-UNI

    Plus de 13 000 soldats britanniques mobilisés pour les JO de Londres

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)