Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

  • Les quatre journalistes français otages en Syrie ont été libérés

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Vidéo : l'est de l'Ukraine "deviendra un pays indépendant"

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Corée du Sud : le capitaine s'explique après le naufrage du ferry

    En savoir plus

  • Coupe de la Ligue : le PSG pour sauver sa saison, Lyon pour la bonifier

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

Afrique

Le MNLA déclare l'indépendance du nord du Mali

©

Vidéo par David THOMSON

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/04/2012

S'exprimant sur l'antenne de FRANCE 24, le porte-parole du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), importante composante de la rébellion touareg, a proclamé vendredi "l'indépendance de l'Azawad", région du nord du Mali.

Le Mali est désormais coupé en deux. C’est en substance ce qu’a affirmé le mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) via son porte-parole Mossa Ag Attaher, sur le plateau de FRANCE 24, dans la nuit de jeudi à vendredi.

"Nous proclamons solennellement l’indépendance de l’État de l’Azawad", a ainsi annoncé le représentant du MNLA, quinze jours après le coup d’État militaire contre le régime du président malien Amadou Toumani Touré. La principale composante de rebelles touareg qui souhaitaient depuis plusieurs années s’affranchir du pouvoir de Bamako, dans l’espoir de créer un vaste État autonome dans la région de l’Azawad, au nord du pays, a donc, sur le papier, réussi à récupérer plus de 50 % de la superficie du territoire malien.

Sans avoir rencontré de résistance particulière de l’armée malienne, désorganisée et sous-équipée, la rébellion n’a eu besoin que de quelques jours pour "terminer un combat très important" et s’emparer des villes de Gao, de Tombouctou et de Kidal [trois des principales métropoles du nord du pays, ndlr] fin mars. Pas d’inquiétude toutefois à avoir quant à la délimitation géographique de ce nouvel État : "Nous respecterons toutes les frontières du découpage colonial qui sépare l’Azawad des autres pays voisins", a promis le porte-parole.

Un chantier important : la sécurisation de la zone

Au-delà de la question des limites territoriales, le MNLA aura fort à faire avant d’asseoir son autorité dans une région gangrenée par la présence de groupes terroristes, le trafic d’armes et de drogue. Sur le front sécuritaire d’abord. Le coup d’État contre le régime du président Touré, le 22 mars, a plongé le Mali dans une situation chaotique. "Aujourd’hui va commencer un chantier important : celui de la sécurisation du territoire. Nous voulons que l’Azawad se protége du terrorisme, des prises d’otages et du narcotrafic", a continué Mossa Ag Attaher.

84A2400F-244B-4245-AC76-75B20E262FCA - Le texte de la déclaration d'indépendance de l'Azawad

Des fléaux auxquels se sont déjà frottés les Touareg avec l’enlèvement, jeudi, du consul d’Algérie à Gao. "Ce qui s’est passé est déplorable. Nous exprimons toute notre solidarité envers le peuple algérien", a ajouté Mossa Ag Attaher. Les sept diplomates auraient été kidnappés par "un commando terroriste" lors d’une opération "très violente", a expliqué le porte-parole, tout en cherchant à dédouaner le MNLA de la responsabilité de ce rapt. "Ils avaient des explosifs et menaçaient de les utiliser si nous intervenions."

Cet épisode malheureux soulève inévitablement de nouvelles questions quant à la capacité du MNLA à sécuriser la zone : contrôle-t-il son territoire ? Une question à propos de laquelle Mossa Ag Attaher botte en touche. "La menace terroriste existe partout, pas seulement au Mali", insiste-t-il. Il n’empêche que la présence d’Ansar Dine, groupe de rebelles touareg adepte d’une lecture radicale de l’islam, ainsi que celle d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique (Aqmi) n’augure rien de bon sur un territoire où l’effondrement de l’armée malienne rend totalement impossible une quelconque défense de l’intégrité du Mali.

"Une certaine légalité internationale"

Le MNLA devra également relever le défi de s’entendre avec les autorités maliennes. Va-t-il tendre la main aux putschistes de Bamako ? Rien n’est moins sûr, selon le porte-parole. "Nous leur avons dit que nous voulions discuter avec une autorité légitime qui soit reconnue par le peuple malien, la Cédéao (Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest) et la communauté internationale (…) Depuis le putsch, il n’y a ni institution, ni constitution", a-t-il insisté.

Reste alors à obtenir une reconnaissance sur la scène internationale. Là encore, une véritable gageure pour le MNLA à l’heure où la Cédéao, l’Union africaine et la communauté internationale se concertent sur l’attitude à adopter face aux mutins. Pour Paris, cette déclaration d'indépendance non reconnue par les États africains n'a pas de sens. Pourtant, Mossa Ag Attaher ne perd pas espoir. Selon lui, "en se dotant d’une armée capable de sécuriser le territoire et d’un bureau exécutif capable d’initier des institutions démocratiques, [le statut d’indépendance de] l’Azawad entrerait dans une certaine légalité internationale."

 

Première publication : 06/04/2012

  • MALI

    Paris rejette la déclaration "unilatérale d'indépendance" du MNLA

    En savoir plus

  • MALI

    La Cédéao peut-elle intervenir militairement au Mali ?

    En savoir plus

  • MALI

    Enlèvement du consul d'Algérie à Gao

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)