Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un soldat français tué , 2 autres blessés dans le nord du Mali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Sofia Amara, auteur d'"Infiltrée dans l'enfer syrien"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

États-Unis : bras de fer pour le Sénat

En savoir plus

SUR LE NET

Une vidéo dénonce le harcèlement de rue à New York

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Fraude fiscale : 80 pays s'engagent contre le secret bancaire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La rançon de la gloire"

En savoir plus

DÉBAT

Burkina Faso : un "coup d'État constitutionnel" ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Burkina Faso : un "coup d'État constitutionnel" ? (partie 1)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DSK, une mauvaise passe sans fin"

En savoir plus

Moyen-orient

Des dizaines de milliers de manifestants bravent la répression du régime

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/04/2012

Des dizaines de milliers de Syriens sont à nouveau descendus dans les rues pour afficher leur opposition au régime de Bachar al-Assad, bravant la répression de l'armée syrienne. Plusieurs villes du pays ont été pilonnées durant la journée.

AFP - Plusieurs dizaines de milliers de Syriens ont manifesté vendredi à travers le pays contre le régime de Bachar al-Assad, malgré le déploiement massif des forces de l'ordre et le pilonnage intensif de villes rebelles, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Des rassemblements ont notamment eu lieu à Qamechli (nord), dans les régions kurdes, dans la province de Deir Ezzor (est) et dans la province d'Idleb (nord-ouest), a déclaré à l'AFP le président de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Des manifestations étaient visées par des tirs à Douma (nord de Damas), à Hama (centre) et à Idleb, ont indiqué les Comités locaux de coordination (LCC), qui animent la contestation sur le terrain.

Plusieurs défilés ont aussi eu lieu avant la prière hebdomadaire dans la province de Deraa (sud) et dans les quartiers de Qaboune et de Jobar à Damas pour "la liberté" et la libération des détenus, selon la même source.

Sur leur page Facebook The Syrian Revolution 2011, les militants pro-démocratie avaient appelé à manifester en faveur de l'armement des rebelles, au lendemain d'une nouvelle journée de violences ayant fait 77 morts, selon l'OSDH.

Les militants ont fait état de "déploiements massifs d'agents de sécurité visant notamment à empêcher les manifestations" à Mouadamiyé dans la province de Damas, où des tireurs embusqués sont déployés sur les immeubles, ainsi que sur la place Assi à Hama, lieu habituel des rassemblements.

Dans la ville côtière de Banias et les villages environnants, "les agents de sécurité encerclent toutes les mosquées", d'où partent traditionnellement les manifestations, ont-ils souligné.

Par ailleurs, les forces de l'ordre perquisitionnaient des maisons dans la banlieue de Damas, après une nuit de combats avec des déserteurs, qui ont tué trois soldats, selon l'OSDH.

Les quartiers résidentiels de Zabadani (à 47 km au nord-ouest de Damas) étaient pilonnés, ainsi qu'à Douma où une femme a péri, selon l'OSDH.

De violents combats opposaient à Dmeir (40 km au nord de Damas) déserteurs et forces du régime, qui ont pris d'assaut cette ville. Un transport de troupes a été détruit et au moins un soldat tué.

Dans le même temps, les forces armées bombardaient des quartiers de Homs (centre). Encerclée et bombardée aux obus de mortiers, Rastane, plus au nord, était également le théâtre de combats.

Des dizaines de civils ont été blessés à al-Houlé dans la même province par des tirs de l'armée.

Dans la matinée, des combats avaient éclaté toujours dans la province de Homs entre des déserteurs du village d'al-Tiba et des hommes armés des villages d'al-Qabou et de Chniyé, loyaux au régime, après que des miliciens eurent tiré sur des femmes d'al-Tiba, tuant deux d'entre elles et en blessant quatre.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a demandé jeudi au gouvernement syrien de cesser ses opérations militaires au plus tard le 10 avril, comme il l'a promis, et à l'opposition de faire de même dans les 48 heures suivantes.

La Syrie est secouée depuis mars 2011 par une révolte populaire qui s'est militarisée au fil des mois. Le régime ne reconnaît pas l'ampleur de la contestation et attribue les troubles à des "bandes terroristes armées".

Selon l'OSDH, les violences ont fait plus de 10.000 morts.

 

Première publication : 06/04/2012

  • SYRIE

    Damas sommé de retirer ses chars d'ici le 10 avril, les assauts s'intensifient

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'ONU adopte une déclaration demandant un cessez-le-feu total le 12 avril

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)