Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Raids aériens, roquettes et propagande

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex président Habyarimana

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le cauchemar de la Seleçao

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

SUR LE NET

Kenya : l'opposition manifeste pour plus de démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Qu’est ce qu’on a fait au bon Dieu ?" : décryptage d’un phénomène

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

L'UMP en crise : entre dette et règlements de compte

En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

  • Les Femen poursuivies pour avoir dégradé les cloches de Notre-Dame de Paris

    En savoir plus

  • Cinquante-trois cadavres découverts par l’armée dans le centre de l’Irak

    En savoir plus

  • Jean-Baptiste de Franssu, ce Français nommé à la tête de la banque du Vatican

    En savoir plus

  • Brésil - Allemagne : "Les joueurs brésiliens ont souillé un maillot sacré"

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : en Allemagne, une victoire jugée "inimaginable”

    En savoir plus

  • Le Hamas vise Jérusalem et Tel-Aviv, Israël poursuit ses raids

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : les deux candidats revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • La Coalition nationale syrienne a élu un nouveau chef

    En savoir plus

  • Au 30 juin, la dette de l’UMP a atteint 74,5 millions d’euros

    En savoir plus

  • Pour Kiev, "la 'libération' de Donetsk risque de poser des problèmes"

    En savoir plus

  • Somalie : un assaut shebab sur le palais présidentiel repoussé

    En savoir plus

Afrique

La junte militaire accepte de céder le pouvoir

©

Vidéo par Laure MANENT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/04/2012

La junte militaire, qui a renversé le président Amadou Toumani Touré le 22 mars, a signé vendredi un "accord-cadre" avec la Cédéao qui prévoit le transfert du pouvoir à un président intérimaire et un gouvernement de transition.

AFP - La junte militaire qui a pris le pouvoir le 22 mars au Mali a signé vendredi avec la Cédéao un "accord-cadre" pour le transfert des affaires à un président intérimaire et un gouvernement de transition, en bénéficiant d'une amnistie générale, ont annoncé les deux parties.

Réaction du Capitaine Amadou Sanogo, chef de la junte



"Nous sommes parvenus à un accord, accord qui permettra dans les heures et les jours à venir de mettre effectivement en place les organes prévus par la Constitution", a déclaré à la télévision publique ORTM le ministre burkinabè des Affaires étrangères, Djibrill Bassolè, au nom de son président Blaise Compaoré, médiateur de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) pour la crise malienne.

Le texte a été signé par M. Bassolé, le chef de la junte, le capitaine Amadou Sanogo, avec comme "témoins" le ministre ivoirien de l'Intégration africaine, Adama Bictogo, et le ministre nigérian des Affaires étrangères, Nurudeen Muhammad. Tous étaient à Kati, quartier général des putschistes près de Bamako, où le chef de la junte en lu en intégralité le document.

L'accord, qui doit être mis en oeuvre "sous l'égide du médiateur de la Cédéao et avec l'appui de la communauté internationale", prévoit un président intérimaire en la personne du président de l'Assemblée nationale, un Premier ministre et un gouvernement de transition ainsi qu'une future loi d'amnistie pour les putschistes.

Ainsi, le président du Conseil national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l'Etat (CNRDRE) "déclenche le processus" de retour à l'ordre constitutionnel, pour faire constater la vacance de la président et confier l'intérim du pouvoir au président de l'Assemblée nationale.

Le parlement malien (monocaméral) est actuellement présidé par Dioncounda Traoré, qui était vendredi soir à l'étranger, d'après diverses sources.

L'accord stipule que le président intérimaire aura "comme mission d'organiser une élection présidentielle dans le délai constitutionnel de 40 jours".

Cependant, précise le texte, "compte tenu des circonstances exceptionnelles que vit le pays du fait de la crise institutionnelle et de la rébellion armée dans le Nord, qui ont gravement affecté le fonctionnement régulier des institutions de la République et dans l'impossibilité d'organiser les élections dans un délai de 40 jours (...), il s'avère indispensable d'organiser une transition politique" jusqu'à la présidentielle, sur la base d'"un fichier électoral dûment révisé et accepté de tous".

L'envoyé spécial David Thomson décrit la situation depuis Bamako
Le Mali est confronté à une rébellion touareg déclenchée mi-janvier et aux activités de groupes islamistes et/ou criminels armés ayant pris en fin de semaine dernière le contrôle de trois régions du Nord, formant la moitié du territoire.

D'après l'accord, la transition sera conduite par un Premier ministre "disposant des pleins pouvoirs", avec pour mission "de gérer la crise dans le nord du Mali et d'organiser des élections libres, transparentes et démocratiques conformément à une feuille de route qui sera désignée. Il y aura également "un gouvernement d'union nationale de transition composé de personnalités consensuelles".

Il est prévu par ailleurs plusieurs "mesures législatives d'accompagnement de la transition", dont une "loi d'amnistie générale au profit des membres du CNRDRE et de leurs associés", ainsi qu'une loi pour indemniser les victimes de la guerre dans le Nord et du putsch du 22 mars, marqué par de nombreux pillages.

Le président Compaoré, qui s'est entretenu avec le capitaine Sanogo, "prendra les dispositions nécessaires pour procéder aux consultations afin que dans les jours qui viennent, le Mali puisse être doté d'un Premier ministre de transition et d'un gouvernement consensuel de mission", a affirmé Djibrill Bassolé.

"La mission de ce gouvernement sera de gérer la crise au Nord en urgence: soit pour trouver une solution définitive négociée de paix ou alors pour faire malheureusement (...) la guerre", a-t-il ajouté.

Aux termes de l'accord, "dès la signature", la Cédéao doit prendre "les dispositions nécessaires pour la levée des sanctions contre le Mali". Selon M. Bassolé, le chef de l'Etat ivoirien Alassane Dramane Ouattara, qui préside l'organisation communautaire, a donné des assurances dans ce sens.

Le 2 avril, la Cédéao (15 pays dont le Mali) avait imposé un embargo total, avec effet immédiat, contre ce pays sahélien de 15 millions d'habitants en vue d'obtenir le retour à l'ordre constitutionnel.

Première publication : 07/04/2012

  • MALI

    La communauté internationale rejette la déclaration d'indépendance du MNLA

    En savoir plus

  • MALI

    Les habitants de Gao fuient leur ville pour échapper au chaos

    En savoir plus

  • EXCLUSIF FRANCE 24 - MALI

    Juppé prône le dialogue avec les rebelles touareg, mais pas avec Aqmi

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)