Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Liban : le "coup de com" de Marine Le Pen sur le voile ?

En savoir plus

POLITIQUE

Yannick Jadot : "Des responsables du PS veulent piéger Benoît Hamon"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Yannick Jadot : "Theresa May est du côté obscure de l'Europe"

En savoir plus

FOCUS

Crise migratoire en Europe : la formation des garde-côtes libyens est-elle suffisante?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Rachida Brakni, combattante culturelle

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Irak : dans le piège de Mossoul

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Paris et l'Île-de-France ont perdu 1,5 million de touristes en 2016

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Après le PSG, la magie de Monaco ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Marine Le Pen au Liban : en quête de stature internationale

En savoir plus

Asie - pacifique

Le pouvoir birman ouvre des négociations avec la rébellion Karen

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/04/2012

Le président birman Thein Sein a reçu ce samedi dans la capitale Naypyidaw les rebelles de la minorité ethnique des Karens, selon des hauts responsables. Une rencontre historique destinée à mettre fin à l'un des plus vieux conflits du monde.

AFP - Le président birman Thein Sein a reçu samedi matin dans la capitale Naypyidaw les rebelles de la minorité ethnique des Karens, ont indiqué des hauts responsables à l'AFP, rencontre historique alors que le régime tente de mettre fin à l'un des plus vieux conflits du monde.

Le geste est symboliquement très fort de la part du président, qui tente de convaincre son pays et la communauté internationale de la sincérité de ses efforts de paix avec les minorités, en dépit des violents combats qui se poursuivent en Etat Kachin (extrême-nord).

La rencontre a eu lieu tôt samedi matin, selon une source gouvernementale.

"C'était la première rencontre entre le président et les leaders de la KNU", l'Union nationale karen, a indiqué de son côté une source proche des négociations, au lendemain de discussions qui ont permis de consolider un cessez-le-feu fragile signé en janvier dernier.

Un avion spécialement affrété a emmené six leaders de la KNU de Rangoun à Naypyidaw où ils ont pu s'entretenir avec le chef de l'Etat pendant une heure et demie.

Des délégués des branches armée et politique de l'Union nationale karen (KNU), l'un des groupes rebelles les plus puissants du pays, avaient fait le déplacement vendredi à Rangoun pour consolider le fragile silence des armes dans une guerre civile qui dure depuis 1949.

Un document commun obtenu par l'AFP fait état notamment d'un accord en 13 points, qui comprend l'élaboration d'un "code de conduite" des forces armées et le "retour dans leurs maisons des déplacés" avec un règlement équitable des litiges sur la terre.

Des observateurs internationaux doivent par ailleurs être invités à vérifier le cessez-le-feu, une fois ce dernier certifié par des responsables des deux parties.

De nombreuses minorités - un tiers des 60 millions de Birmans - n'ont jamais pacifié leurs rapports avec le pouvoir depuis l'indépendance en 1948. Le dossier est considéré comme l'un des plus importants pour la Birmanie, dirigée depuis un an par d'anciens militaires réformateurs.
 

Première publication : 07/04/2012

  • DIPLOMATIE

    L'Asean appelle à la levée des sanctions contre la Birmanie

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    L'élection d'Aung San Suu Kyi au Parlement est confirmée

    En savoir plus

  • BIRMANIE

    Les Birmans se rendent aux urnes pour un scrutin hautement symbolique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)