Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Les "plénums citoyens" vont-ils passer à l'heure du printemps ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Orchestre national de Barbès : le collectif survolté joue sa "Dame de coeur"

En savoir plus

BILLET RETOUR

Prijedor : les survivants contre l’oubli

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Accueil mitigé du "Twitter chinois"

En savoir plus

REPORTERS

En Inde, des votes à vendre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les mutins du PS défient Valls"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

  • En direct : l'Algérie sous tension avant les résultats de l'élection

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Naufrage du ferry sud-coréen : le capitaine recherché

    En savoir plus

  • Accord à Genève : l’est de l’Ukraine encore loin de la "désescalade"

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

Afrique

La Cédéao lève les sanctions contre le Mali

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/04/2012

Les chefs d'État ouest-africains ont décidé de lever l'embargo total qui pesait sur le Mali suite au coup d'État du 22 mars, a signalé ce dimanche la Cédéao après avoir signé un accord avec la junte au pouvoir à Bamako.

AFP - Les dirigeants ouest-africains ont levé toutes les sanctions contre le Mali, prises à la suite du coup d'Etat du 22 mars, a indiqué dimanche la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) après la signature d'un accord avec la junte au pouvoir à Bamako.



Les consultations entre la junte dirigée par le capitaine Amadou Sanogo et les autorités de la Cédéao ont "abouti à la signature d'un accord cadre le vendredi 6 avril pour le retour de l'ordre constitutionnel au Mali", selon un communiqué de l'organisation régionale, transmis à l'AFP.

"Le président (de la Cédéao, l'Ivoirien Alassane Ouattara) a, en conséquence et avec l'accord de ses pairs, décidé la levée avec un effet immédiat de toutes les sanctions imposées au Mali", précise le texte.

Le 2 avril, la Cédéao (15 pays dont le Mali) avait décidé un embargo total, avec effet immédiat, contre ce pays sahélien de 15 millions d'habitants en vue d'obtenir le retour à l'ordre constitutionnel après le coup d'Etat militaire du 22 mars.

Cet embargo comprenait notamment la "fermeture de toutes les frontières des Etats membres de la Cédéao avec le Mali, sauf à des fins humanitaires", la "fermeture au Mali de l'accès aux ports maritimes des pays côtiers de la Cédéao".

L'embargo comprenait également le gel du comptes du Mali à la Banque centrale des Etats d'Afrique de l'Ouest (BCEAO) et le non-approvisionnement de ses comptes dans les banques privées à partir de la BCEAO.

Vendredi soir, le chef des putschistes avait annoncé à la télévision nationale le prochain transfert du pouvoir aux civils.

Ce transfert, qui prévoit la désignation d'un président de la République et d'un Premier ministre de transition jusqu'à la tenue d'élections présidentielle et législatives, est contenu dans un "accord-cadre" conclu avec la Cédéao.

En retour, le groupe régional avait décidé la levée "immédiate" des sanctions. Les auteurs du coup d'Etat se voient de leur côté offrir l'amnistie.

"Les concertations se poursuivent sous l'égide de la Cédéao"


La Cédéao avait également menacé vendredi de recourir à la force pour mettre fin à la partition après la déclaration d'indépendance du Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA) dans le nord du Mali.

Elle envisage d'y envoyer une force de 2.000 à 3.000 soldats. Les chefs d'état-major des armées de la Cédéao ont élaboré un "mandat" pour cette force, qui reste à approuver par les chefs d'Etat.

"Les chefs d'état-major, qui se sont rencontrés à Abidjan le 5 avril, ont adopté des mesures préparatoires pour le déploiement rapide de troupes de la Cédéao pour parer à toute éventualité", a rappelé dimanche la Cédéao dans son communiqué."Ces mesures seront présentées au Conseil de médiation et de sécurité de la Cédéao" dans les prochains jours, selon le texte.

La levée des sanctions de l'Afrique de l'Ouest intervient juste après l'arrivée à Bamako du président de l'Assemblée nationale malienne, Dioncounda Traoré.

Il doit être nommé chef de l'Etat par intérim après l'engagement de la junte militaire, sous forte pression régionale et internationale, à rendre le pouvoir aux civils.

Sa première tâche sera de tenter de pacifier le Nord de ce pays sahélien et enclavé, vaste région en proie au chaos à la suite de l'offensive victorieuse de rebelles touareg qui y ont proclamé leur propre Etat et de groupes islamistes armés.


 

Première publication : 08/04/2012

  • MALI

    Le futur président intérimaire, Dioncounda Traoré, est arrivé à Bamako

    En savoir plus

  • MALI

    La junte militaire affirme que le transfert de pouvoir se fera rapidement

    En savoir plus

  • REPORTAGE

    À Bamako, des Maliens prêts à se battre pour l'unité de leur pays

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)