Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Pour le chef des Farc, l'accord signé en Colombie "jette les bases d'une paix durable"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nana Akufo-Addo vainqueur de la présidentielle au Ghana

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Europol lance un calendrier de l'avent des criminels les plus recherchés

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Valls : premier ministre clivant, candidat rassembleur ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Journée de la laïcité : une exception française

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Corée du sud : la déferlante culturelle

En savoir plus

TECH 24

#OpenGov : la démocratie en mode startup

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Ciao Renzi : l'Italie en crise politique et institutionnelle

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle française : deux gauches irréconciliables ?

En savoir plus

Afrique

Les Frères musulmans s'insurgent contre la candidature de Souleimane

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/04/2012

La confrérie islamiste accuse Omar Souleimane, un ex-proche du président égyptien déchu Hosni Moubarak, de tenter "de voler la révolution". L'ancien vice-président s'est lancé in extremis dans la course à la magistrature suprême.

AFP - Les Frères musulmans égyptiens ont vivement dénoncée lundi la candidature à la présidentielle de l'ancien chef des services secrets et vice-président de Hosni Moubarak, Omar Souleimane, estimant qu'il s'agissait d'une "tentative de voler la révolution".

"Les Egyptiens n'ont pas fait des sacrifices pour que le vice-président de Moubarak revienne", a déclaré Khairat al-Chater, candidat de la confrérie, lors d'une conférence de presse.

"La candidature de Omar Souleimane est une humiliation pour la révolution", a-t-il affirmé. "S'il y a une tentative de voler la révolution, nous descendrons dans la rue", a-t-il prévenu.

"Nous refusons la tentative de reproduire une version modifiée de l'ancien régime que représente M. Souleimane", a ajouté le responsable islamiste.

M. Souleimane quant à lui a estimé, dans un entretien publié dans le quotidien al-Akhbar, que les Frères musulmans, qui dominent le Parlement, avaient "perdu beaucoup de leur popularité".

"Les pratiques des Frères, leur volonté d'accaparer tout et leurs discours inacceptables pour les gens ont contribué à ce changement dans l'opinion publique", a-t-il assuré.

Il a également accusé des partisans de la confrérie de lui adresser des menaces pour le pousser à renoncer à se présenter à cette première élection présidentielle depuis la chute de M. Moubarak en février 2011, dont le premier tour est prévu les 23 et 24 mai.

"Si certains pensent que telles menaces me pousseront à revenir sur ma décision, ils se font des illusions", assure-t-il.

Première publication : 09/04/2012

  • ÉGYPTE

    Clôture du dépôt des candidatures à la présidentielle, Souleimane candidat in extremis

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    La candidature d'Omar Souleimane à la présidentielle se précise

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Khairat al-Chater, l'influent Frère musulman qui brigue la présidence

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)