Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • Les civils fuient leurs habitations dans le nord de la bande de Gaza

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

Moyen-orient

La poursuite des violences compromet le plan de paix de l'ONU

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/04/2012

L'arrêt des hostilités prévu par le plan de paix de Kofi Annan à partir de mardi 10 avril semble de plus en plus compromis. Une centaine de personnes ont trouvé la mort dans des violences dans la seule journée de lundi.

AFP - L'armée a lancé lundi des attaques meurtrières dans plusieurs régions de Syrie, faisant également des morts en Turquie et au Liban voisins, à quelques heures d'une date butoir de l'ONU pour un retrait de l'armée en vue d'un cessez-le-feu qui paraît de plus en plus compromis.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a lancé lundi soir un dernier appel au régime syrien pour qu'il cesse ses attaques contre des civils, alors que 105 personnes, en grande majorité des civils ont été tuées lundi, rapporte l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) faisant état également de bombardements aériens sur la province de Hama (centre).

Les espoirs se sont réduits après que le régime de Bachar al-Assad a affirmé dimanche qu'il ne retirerait pas ses troupes mardi comme prévu par le plan de l'ONU à moins de disposer de "garanties écrites" des combattants rebelles, qu'il assimile à des "terroristes".

Les insurgés ont renvoyé la balle au régime, se disant prêts à respecter le cessez-feu si Damas faisait de même.

"Nous annonçons la cessation de nos opérations contre l'armée du régime à partir du matin du 10 avril et nous respecterons cette promesse si le régime s'engage à respecter les clauses du plan", a déclaré à l'AFP le colonel Kassem Saadeddine, porte-parole de l'Armée syrienne libre (ASL).



Pékin, allié de Damas, a exhorté chacun à respecter ses "engagements".

L'ONU avait annoncé le 2 avril que Damas avait accepté le plan en six points de l'émissaire Kofi Annan, qui l'oblige à retirer ses chars au plus tard mardi matin, en préalable à un cessez-le-feu général prévu dans les 48 heures suivantes.

"Le régime pensait que (d'ici le 10 avril), il reprendrait le contrôle des villes (rebelles). Comme ce n'est pas le cas, il essaie de gagner du temps", estime Rami Abdel Rahmane, président de l'OSDH. "Si le plan Annan ne marche pas, rien ne va marcher et la Syrie va plonger dans une longue guerre civile".

Le Liban, dont le gouvernement est dominé par le Hezbollah, un allié de Damas, a appelé la Syrie à ouvrir une enquête sur la mort d'un caméraman libanais de la chaîne Al Jadeed touché à la frontière entre les deux pays, par des tirs de l'armée de Bachar al-Assad, selon cette télévision privée libanaise.

En Turquie, où l'émissaire Annan doit visiter mardi deux camps de réfugiés accueillant 25.000 Syriens à Hatay (sud), quatre réfugiés syriens et deux membres du personnel turc d'un camp proche de la ville de Kilis (sud-est) ont été blessés lundi par des tirs en provenance de Syrie, a déclaré à l'agence de presse Anatolie le gouverneur de Kilis, Yusuf Odabas.

Après cet incident, le premier du genre depuis le début de la révolte en Syrie en mars 2011, un responsable des Affaires étrangères turques a demandé au chargé d'affaires syrien "que ces tirs cessent immédiatement", selon un diplomate turc.

A Washington, le département d'Etat s'est dit "absolument scandalisé" par ces tirs sur un camp de réfugiés et a appelé "le régime syrien à cesser le feu immédiatement".

En Syrie, au moins 105 personnes, dont 74 civils, 23 membres des forces gouvernementales et huit rebelles ont péri lundi, a rapporté l'OSDH.

Fait rare depuis l'éclatement à la mi-mars 2011 de la révolte, les hélicoptères de l'armée ont bombardé Kafarzita, une localité de la province de Hama, où se déroulaient au sol des affrontements entre armée et rebelles, selon l'OSDH.

Auparavant, dans la ville voisine de Latamna, au moins 35 civils, en majorité des femmes et des enfants, ont péri dans des bombardements de l'armée, d'après la même source qui fait état également de pilonnages dans les provinces de Deir Ezzor (est) et d'Alep (nord), où des affrontements entre soldats et déserteurs ont éclaté près de la frontière turque.

A Damas, une femme a été arrêtée dimanche pour avoir brandi devant le Parlement une pancarte dénonçant les "tueries" en Syrie, selon l'avocat des droits de l'Homme Anouar Bounni.

La Maison Blanche a estimé lundi qu'il n'y avait "aucun signe jusqu'ici" du fait que le régime du président Bachar al-Assad respecte ses engagements en vue d'un cessez-le-feu.

Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, a menacé de prendre des "mesures" si la répression se poursuivait.

Le journal turc Milliyet affirme que si le nombre de réfugiés dépasse les 50.000, Ankara envisagera la création de "couloirs humanitaires" à la frontière, protégés par l'armée turque.

Selon l'OSDH, les violences ont fait plus de 10.000 morts en un an et plus de 100.000 personnes sont ou ont été détenues pendant cette période.

Human Rights Watch a accusé les forces gouvernementales d'avoir mené au moins une centaine d'exécutions sommaires ces dernières semaines dans les seules provinces de Homs (centre) et d'Idleb (nord-ouest).

Selon la presse syrienne, le ministre des Affaires étrangères, Walid Mouallem, se rendait lundi à Moscou pour des entretiens avec son homologue Sergueï Lavrov au sujet de la mission Annan.

Première publication : 09/04/2012

  • REPORTAGE - TURQUIE

    Les réfugiés syriens affluent en Turquie

    En savoir plus

  • LIBAN

    Un caméraman libanais tué par des tirs à la frontière libano-syrienne

    En savoir plus

  • SYRIE

    Damas formule de nouvelles exigences avant tout retrait de ses troupes

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)