Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Afrique

Le futur président de transition rencontre le chef de la junte

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/04/2012

Dioncounda Traoré, futur président de transition, a rencontré ce lundi le capitaine Amadou Sanogo, chef de la junte au pouvoir à Bamako depuis le 22 mars, avant son investiture à la tête du pays.

AFP - Le chef des députés maliens Dioncounda Traoré, futur président de transition, a rencontré lundi le leader de la junte, le capitaine Amadou Sanogo, avant son investiture à la tête d'un pays à réunifier après la prise du Nord par les rebelles touareg et des islamistes armés.

M. Dioncounda a retrouvé le capitaine Sanogo au camp militaire de Kati, quartier général des putschistes du 22 mars, près de Bamako.

A l'issue de l'entretien, qui a duré environ une heure, le chef de la junte a seulement déclaré à la presse: "ça s'est bien passé, vous serez informés (de la suite, ndlr) en temps réel".



M. Traoré, accompagné du ministre burkinabè des Affaires étrangères Djibrill Bassolé et du ministre ivoirien de l'Intégration africaine Adama Bictogo, en charge de la médiation ouest-africaine, ne s'est pas exprimé.

Au lendemain de la démission formelle du président Amadou Toumani Touré (ATT), renversé par le coup d'Etat militaire, le capitaine Sanogo doit enclencher le processus de constatation de vacance du pouvoir, ouvrant la voie à l'investiture de M. Traoré comme président de transition, selon l'accord signé vendredi entre la junte et la médiation.

Un Premier ministre de transition "disposant des pleins pouvoirs" doit ensuite être nommé à la tête d'un "gouvernement d'union nationale".

Du côté de la médiation menée par le Burkina Faso au nom de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), on dit espérer que le premier Conseil des ministres pourra se tenir "avant vendredi".

La transition doit se clore par des élections présidentielle et législatives dont la date n'est pas précisée.

Situation humanitaire "dramatique"


Les autorités intérimaires devront surtout tenter de pacifier le Nord, qui a achevé de tomber aux mains de rebelles touareg, d'islamistes armés et de divers groupes criminels après l'entrée en scène des putschistes, qui prétendaient pourtant en finir avec "l'incompétence" d'ATT sur ce dossier.

La crise humanitaire ne cesse de s'aggraver dans cette zone coupée du monde, alertent ONG et témoins.

"La situation dans les trois régions du Nord est dramatique. On n'y a plus d'hôpitaux, les gens ont de plus en plus faim. (...) La communauté internationale doit intervenir", a déclaré à l'AFP le député Abdou Sidibé.

Sur le plan militaire, la situation demeure mouvante, alors que la Cédéao menace de recourir à la force pour conjurer la partition du Mali.

Un nouveau groupe armé dénommé "Front de libération nationale de l'Azawad" (FLNA), qui revendique 500 éléments, vient de se former et serait composé quasi exclusivement d'Arabes de la région de Tombouctou.

La rébellion touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) a proclamé "l'indépendance" du Nord, rejetée catégoriquement par la communauté internationale.

Mais sur le terrain, les islamistes semblent avoir pris l'ascendant, en particulier le groupe Ansar Dine, appuyé par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Un groupe considéré comme dissident d'Aqmi, le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) - responsable du rapt de trois Européens en octobre 2011 dans l'ouest de l'Algérie - a revendiqué l'enlèvement jeudi du consul algérien et de six membres de son équipe à Gao.

"Il n'y a pas d'informations concernant la libération du consul d'Algérie à Gao et six de ses collaborateurs", a indiqué lundi le ministre algérien des Affaires étrangères Mourad Medelci.

La seule Française présente à Gao, où elle vivait depuis 1995, a raconté dans le journal français Le Figaro paru lundi comment elle a échappé ce jour-là aux islamistes et s'est enfuie à travers le désert, sans doute avec l'aide de Touareg. Elle a pu rejoindre l'Algérie, avant de regagner l'Europe.

Première publication : 09/04/2012

  • REPORTAGE

    Les habitants du Nord-Mali appellent à la mise en place d'un corridor humanitaire

    En savoir plus

  • SAHEL

    Les pays voisins du Mali somment la junte de négocier avec la rébellion touareg

    En savoir plus

  • MALI

    Le président Amadou Toumani Touré démissionne officiellement

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)