Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début des audiences de Charles Blé Goudé devant la CPI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba, invité du Journal de l'Afrique !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

En savoir plus

DÉBAT

Comment lutter contre l'organisation de l'État islamique?

En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Manifestations à Hong Kong : Pékin prive les Chinois d’informations sur Internet

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG s'attaque au Barça sans Zlatan

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Vidéo : Dohuk, province du Kurdistan submergée par les déplacés irakiens

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

  • La dette française dépasse pour la première fois les 2 000 milliards d'euros

    En savoir plus

Afrique

Les habitants du Nord-Mali appellent à la mise en place d'un corridor humanitaire

Texte par Leela JACINTO

Dernière modification : 09/04/2012

Alors que la junte militaire a décidé de redonner le pouvoir aux civils, la situation humanitaire du nord du Mali, toujours sous contrôle de la rébellion touareg et des islamistes, se détériore.

Les Maliens peuvent pousser un soupir de soulagement : les sanctions décidées par la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) ont été levées et le processus de transition est désormais enclenché. Le 8 avril, le président déchu Amadou Toumani Touré a démissionné, conformément à l’accord  signé entre la Cédéao et la  junte au pouvoir depuis le pustch  du 22 mars.

Mais le répit aura été de courte durée. La dégradation des conditions de sécurité et de la situation humanitaire dans le nord du Mali - isolé depuis que la rébellion touareg, alliée à des groupes islamistes, a pris le contrôle de Gao, Kidal et Tombouctou - n’est pas sans inquiéter la population.
 
Alors que tous les yeux sont tournés vers le palais présidentiel où Dioncounda Traoré doit être investi lundi 9 avril chef d’Etat par intérim, les habitants du Nord tentent, eux, de se faire entendre pour que la crise humanitaire et politique soit résolue dans leur région.
 
"On va au devant d’un grand danger"
 
Réunis  à Bamako le 8 avril, les réfugiés du Nord tirent la sonnette d’alarme. "Aujourd’hui, nous faisons face à un désastre humanitaire parce que notre pays est occupé par des terroristes et des extrémistes islamistes qui ont tué des centaines de nos frères à Gao, Kidal et Tombouctou," explique Maliki Alhusseini Maiga, président  du Collectif des ressortissants du Nord-Mali (Coren), lors d’une conférence de presse dans la capitale malienne. "Ils ont violé nos sœurs, ont brûlé les bâtiments administratifs. Ils ont détruit nos villes et ils terrorisent la population. Si ça continue comme ça, on va au devant d’un grand danger dans la région", poursuit-il.
 
Maliki Alhusseini Maiga appelle les pays de la Cédéao, de l’Union africaine et l’ensemble de la communauté internationale à "libérer le nord du Mali". Il demande également la mise en place d’un corridor humanitaire pour aider les Maliens bloqués dans la région alors que les tensions s’exacerbent entre le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), groupe laïc de Touareg séparatistes, et les factions islamistes, dont Ansar Dine, un groupe soupçonné d'être lié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).




La semaine dernière, le MNLA déclarait l’indépendance du Nord. Mais aujourd’hui, les habitants de la région ne semblent toujours pas savoir qui, des factions rebelles touareg ou islamistes, les contrôle.
 
Le 8 avril, des habitants de Gao qui tentaient de fuir la ville par bus ont affirmé à l'agence Associated Press (AP) avoir vu des combattants islamistes couper la gorge d’un Touareg armé supposé appartenir au MNLA. Le bus a été pris en embuscade par des combattants touareg qui, d’après les témoignages, cherchaient à dépouiller les passagers. Ces derniers ont alors appelé un numéro d’urgence donné par des islamistes qui cherchaient à gagner leur confiance. À leur arrivée, les islamistes auraient alors coupé la gorge de l’un des Touareg sous les yeux des passagers, a raconté un employé de la compagnie de bus à AP.
 
"Toute la nourriture et les médicaments ont été pillés"

Entre la sécheresse, les combats et l’enclavement du Nord, les groupes de défense des droits de l’Homme s'inquiètent de la situation. Amnesty international a demandé la semaine dernière un accès immédiat au Nord.
 
"Toute la nourriture et les médicaments ont été pillés et la plupart du personnel humanitaire est parti", affirme Gaëtan Mootoo, chercheur pour Amnesty International et spécialiste de l’Afrique de l’Ouest. "Les populations sont menacées par la famine et la pénurie de médicaments, ce qui causerait de graves dégâts, surtout parmi les femmes et les enfants qui sont moins à même de se défendre."
 
Les habitants qui ont réussi à s’échapper du Nord peu après la désaffection de l’armée gouvernementale décrivent des scènes de panique au moment de l’arrivée des rebelles. "J’ai été le dernier élu à quitter Kidal, témoigne Hominy Belco Maiga, un représentant de l’assemblée locale de cette ville. Quand j’ai vu les combattants touareg arriver et l’armée partir, j’ai su que tout était fini. Alors je suis parti à mon tour."
 
Amnesty international estime que plus de 200 000 personnes ont fui le nord du Mali depuis janvier, après la chute de Mouammar Kadhafi en Libye et le retour au pays des mercenaires touareg. Si la plupart des réfugiés ont rejoint le sud du pays, Amnesty international estime qu’environ 100 000 personnes sont parties en Mauritanie, au Niger, en Algérie et au Burkina Faso.
 
Maliki Alhusseini Maiga, du Coren, n’a cependant pas l’intention de quitter définitivement sa terre. "Je retournerai à Kidal, promet-il. Je n’ai pas peur. Ces rebelles cherchent de nouveaux territoires pour Al-Qaïda et pour leur trafic d’armes et de drogue. Mais le Mali est notre pays et il est indivisible."

Première publication : 09/04/2012

  • MALI

    Le futur président de transition rencontre le chef de la junte

    En savoir plus

  • MALI

    Dioncounda Traoré, un politique chevronné chargé de sortir le Mali de la crise

    En savoir plus

  • SAHEL

    Les pays voisins du Mali somment la junte de négocier avec la rébellion touareg

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)