Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Effrayer, semer la zizanie, recruter"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les soldats du califat ?

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort de trois Israéliens

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

Moyen-orient

Les réfugiés syriens affluent en Turquie

Vidéo par Assia SHIHAB , Kadir DEMIR

Dernière modification : 10/04/2012

Fuyant les bombardements et les exécutions sommaires commises par l'armée du régime de Damas, quelque 25 000 réfugiés syriens ont trouvé refuge en Turquie, dans des camps installés près de la frontière. Reportage.

Une salle de prière, une école… Dans le camp de Reyhanli, près de la ville Antakya, dans le sud de la Turquie, des centaines de réfugiés syriens ont réussi, bon an mal an, à s’organiser une nouvelle vie quotidienne, rythmée par les prières et les heures de classe dans des écoles de fortune. Ce camp temporaire est en passe d’être évacué, et ses habitants transférés dans un nouveau camp, dans la province turque de Kilis, plus à l’est. Abrités jusqu'alors sous d’épaisses toiles de tente, ils habiteront désormais dans les mobil-homes de l’un des dix camps installés par Ankara près de la frontière syrienne.

Deux réfugiés syriens et un traducteur turc blessés en Turquie par des tirs venant de Syrie

Un an après le début de la répression en Syrie, quelque 25 000 personnes ont trouvé refuge dans la Turquie voisine. Elles ont fui les bombardements et les exactions commises par l’armée du régime de Bachar al-Assad. "Selon plusieurs de ces réfugiés que nous avons rencontrés, principalement originaires d’Idlib et de Hama, dans le nord de la Syrie, l’offensive de l’armée syrienne s’est accentuée ces derniers jours, rapporte Assia Shihab, envoyée spéciale de FRANCE 24 à la frontière syro-turque. Depuis le jeudi 5 avril, 4 000 Syriens ont fui en Turquie."

L’armée accentue les violences

Depuis une semaine, les blessés arrivent en plus grand nombre dans les hôpitaux turcs de la région. Des civils, mais également des membres de l’Armée syrienne libre (ASL). D’autres affluent dans les camps. L'imam Cheikh Samir a fui Hama. Il est l’un des rares religieux syriens qui ont osé défier ouvertement le pouvoir. "Ces derniers jours, l’armée syrienne frappe le peuple de façon très violente, sans merci, témoigne-t-il. Les soldats détruisent les maisons, nous sommes donc en droit de nous protéger. Donc nous avons émis une fatwa [avis donné par une autorité religieuse] pour donner à l’ASL le droit de défendre le peuple."

Les témoignages recueillis par FRANCE 24 dans le camp de Reyhanli font état d’exécutions sommaires. "On a quitté le pays parce qu’on a vu des crimes, des meurtres. Mes trois frères ont été tués, ils ont été égorgés", témoigne un homme devant la caméra de FRANCE 24. Son ami renchérit : "Ils tuent des gens en groupe. Ils les mettent dans un coin et ils les tuent tous ensemble. C’est quelque chose qu’on ne peut pas décrire".

LES BLESSÉS AFFLUENT DANS LES HÔPITAUX TURCS


Le plan de Kofi Annan en mauvaise passe

À l’approche de la date butoir du mardi 10 avril, établie par le plan de sortie de crise, proposée par Kofi Annan, émissaire spécial de l’ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie, et acceptée par Damas, les forces du régime de Bachar al-Assad accentuent la pression sur la rébellion, notamment dans les villes du nord de la Syrie, Hama et Idlib. "Il semblerait que l’armée syrienne veuille nettoyer ces poches de résistance avant la date limite, explique Assia Shihab. Ce sont des zones stratégiques où l’ASL est très présente et qui sont proches de la frontière turque par laquelle l’ASL se ravitaille."

Le plan de Kofi Annan prévoit un retrait des forces syriennes des villes au plus tard mardi matin et un arrêt total des violences 48 heures plus tard. Mais aussi bien chez les réfugiés que chez les observateurs, rares sont ceux qui croient à l’arrêt des violences. D’autant que dimanche, Bachar al-Assad, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, a posé de nouvelles exigences au retrait de ses troupes. Il veut désormais des garanties écrites de l’ASL sur l’arrêt de toute forme de violence et exige qu’elle rende leurs armes.

Lundi, de violents combats ont opposé l’armée et les rebelles syriens dans la province d’Alep, dans le nord de la Syrie, et de Deir Ezzor, dans l’est, laissant présager d’un nouvel afflux de réfugiés en Turquie. Ankara a lancé un appel à la communauté internationale pour obtenir une aide matérielle. Kofi Annan devrait se rendre sur place mardi, pour visiter un camp de réfugiés.

 

Première publication : 09/04/2012

  • SYRIE

    Damas formule de nouvelles exigences avant tout retrait de ses troupes

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'Armée syrienne libre affirme son engagement envers le plan de paix de Kofi Annan

    En savoir plus

  • SYRIE

    Damas veut des "garanties écrites" de l'opposition avant tout retrait militaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)