Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LES OBSERVATEURS

Best Of de l'été - l'enfer d'une prison grecque et un hôpital sous les bombes au Soudan

En savoir plus

DÉBAT

La Libye s'enfonce dans le chaos

En savoir plus

#ActuElles

Une femme imam ? Oui, c'est possible en Chine!

En savoir plus

#ActuElles

Riches Émiratis cherchent épouses indiennes pour un mois

En savoir plus

DÉBAT

Crash du MH17 en Ukraine : l'enquête entravée par la bataille de l'Est

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gringos"

En savoir plus

SUR LE NET

Mobilisation en ligne pour les chrétiens d'Irak

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"N'oublions pas la Syrie"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libye : Un incendie "hors de contrôle" menace Tripoli

En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Medhi Nemmouche livré à la Belgique

    En savoir plus

  • Fonds “vautours” : l’Argentine à la veille d’un nouveau défaut de paiement

    En savoir plus

  • La France s'apprête à évacuer ses ressortissants de Libye

    En savoir plus

  • Vidéo : le principal hôpital de Gaza touché par des bombardements

    En savoir plus

  • Le parquet de Paris dément avoir ouvert une enquête sur la campagne de Sarkozy

    En savoir plus

  • Vidéo : le tourisme au secours des gorilles du Rwanda

    En savoir plus

  • Incendie à l'aéroport de Tripoli : des canadairs italiens arrivent en renfort

    En savoir plus

  • Société Générale : Jérôme Kerviel bénéficiera d’un aménagement de peine

    En savoir plus

  • À Gaza, Israël s’attaque aux symboles du Hamas

    En savoir plus

  • Vidéo : la chute du vol AH5017 a été "vertigineuse", selon Ouagadougou

    En savoir plus

  • Un maire FN devant la justice pour avoir repeint une œuvre en bleu

    En savoir plus

  • En images : de Gaza à la Syrie, en passant par l’Irak, la triste fête de l’Aïd

    En savoir plus

  • Transferts : l'attaquant français Antoine Griezmann signe à l'Atletico

    En savoir plus

  • Gilles Kepel : "Plus Israël réplique, plus le Hamas remporte une victoire politique"

    En savoir plus

  • La France prête à accueillir les chrétiens persécutés en Irak

    En savoir plus

  • Ioukos : la Russie perd un procès à 50 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Aïd meurtrier à Gaza, Netanyahou annonce une "longue campagne"

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : Paris et Alger sous le feu des critiques

    En savoir plus

EUROPE

La CEDH donne son feu vert à l'extradition d'Abou Hamza vers les États-Unis

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/04/2012

Après avoir bloqué l'expulsion de l'imam radical Abou Hamza du Royaume-Uni vers les États-Unis en 2010, La Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) a estimé ce mardi que la procédure était légale. L'homme est accusé d'attentats anti-américains.

AFP - L'extradition par le Royaume-Uni de l'imam radical Abou Hamza vers les Etats-Unis, qui l'accusent d'attentats anti-américains, ne viole pas la Convention des droits de l'homme, a estimé mardi la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH).

La cour de Strasbourg demande toutefois dans son arrêt que l'extradition de l'imam et de cinq autres prisonniers soit bloquée pendant trois mois, jusqu'à la fin du délai d'appel.

Mustafa Kamal Mustafa, dit Abou Hamza al-Masri, et cinq autres hommes actuellement détenus au Royaume-Uni s'étaient tournés vers la CEDH. Ils estimaient que leur incarcération probable dans une prison "supermax", un "pénitencier américain de sécurité maximum", à Florence (Colorado), ainsi que le peine de réclusion à vie sans libération conditionnelle à laquelle ils pourraient être condamnés, s'apparenteraient à un "traitement dégradant ou inhumain" (interdit par l'article 3 de la convention européenne des droits de l'homme).

"Il n'est pas du tout certain que, s'ils étaient extradés, les requérants seraient reconnus coupables des charges qui pèsent contre eux", a toutefois observé la cour, estimant par ailleurs qu'une peine de réclusion à vie n'était pas "disproportionnée" au regard des accusations de terrorisme. Enfin, les requérants "n'ont pas démontré qu'il y aurait un réel risque (de violation de l'article 3 de la Convention) en conséquence de leur sentence".

Borgne et manchot, équipé d'un crochet, Abou Hamza est accusé par Washington d'avoir pris part à des enlèvements de touristes occidentaux au Yémen, d'avoir facilité la mise en place d'un camp d'entraînement terroriste aux Etats-Unis et d'avoir aidé le financement de candidats au jihad désireux de se rendre au Proche-Orient pour y subir un entraînement à des actes terroristes. Il est visé en tout par onze chefs d'accusation liés au terrorisme.

Abou Hamza a été condamné en février 2006 à sept ans de prison pour incitation au meurtre et à la haine raciale.

La CEDH avait bloqué en juillet 2010 la procédure d'expulsion, ce qui avait suscité de vives réactions en Grande-Bretagne.

Première publication : 10/04/2012

  • ROYAUME-UNI

    L'imam radical Abou Hamza conserve sa nationalité britannique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)