Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Ajax Amsterdam - PSG en direct

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

EUROPE

La CEDH donne son feu vert à l'extradition d'Abou Hamza vers les États-Unis

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/04/2012

Après avoir bloqué l'expulsion de l'imam radical Abou Hamza du Royaume-Uni vers les États-Unis en 2010, La Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) a estimé ce mardi que la procédure était légale. L'homme est accusé d'attentats anti-américains.

AFP - L'extradition par le Royaume-Uni de l'imam radical Abou Hamza vers les Etats-Unis, qui l'accusent d'attentats anti-américains, ne viole pas la Convention des droits de l'homme, a estimé mardi la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH).

La cour de Strasbourg demande toutefois dans son arrêt que l'extradition de l'imam et de cinq autres prisonniers soit bloquée pendant trois mois, jusqu'à la fin du délai d'appel.

Mustafa Kamal Mustafa, dit Abou Hamza al-Masri, et cinq autres hommes actuellement détenus au Royaume-Uni s'étaient tournés vers la CEDH. Ils estimaient que leur incarcération probable dans une prison "supermax", un "pénitencier américain de sécurité maximum", à Florence (Colorado), ainsi que le peine de réclusion à vie sans libération conditionnelle à laquelle ils pourraient être condamnés, s'apparenteraient à un "traitement dégradant ou inhumain" (interdit par l'article 3 de la convention européenne des droits de l'homme).

"Il n'est pas du tout certain que, s'ils étaient extradés, les requérants seraient reconnus coupables des charges qui pèsent contre eux", a toutefois observé la cour, estimant par ailleurs qu'une peine de réclusion à vie n'était pas "disproportionnée" au regard des accusations de terrorisme. Enfin, les requérants "n'ont pas démontré qu'il y aurait un réel risque (de violation de l'article 3 de la Convention) en conséquence de leur sentence".

Borgne et manchot, équipé d'un crochet, Abou Hamza est accusé par Washington d'avoir pris part à des enlèvements de touristes occidentaux au Yémen, d'avoir facilité la mise en place d'un camp d'entraînement terroriste aux Etats-Unis et d'avoir aidé le financement de candidats au jihad désireux de se rendre au Proche-Orient pour y subir un entraînement à des actes terroristes. Il est visé en tout par onze chefs d'accusation liés au terrorisme.

Abou Hamza a été condamné en février 2006 à sept ans de prison pour incitation au meurtre et à la haine raciale.

La CEDH avait bloqué en juillet 2010 la procédure d'expulsion, ce qui avait suscité de vives réactions en Grande-Bretagne.

Première publication : 10/04/2012

  • ROYAUME-UNI

    L'imam radical Abou Hamza conserve sa nationalité britannique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)