Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

FOCUS

À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

  • Vidéo : les villages repris à l'EI portent les stigmates des combats

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Foot européen : le Real cartonne, Manchester United sombre

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

  • Ebola : pourquoi les femmes sont-elles les premières victimes du virus ?

    En savoir plus

  • Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

    En savoir plus

  • Ligue 1 : l’OM vire en tête, Paris cale encore

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • À la rencontre des étudiants étrangers à Paris

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

Amériques

L'ultra-conservateur Rick Santorum se retire de la primaire républicaine

Vidéo par Christophe DANSETTE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/04/2012

Rick Santorum jette l'éponge. En raison de l'état de santé de sa fille, atteinte d'une maladie génétique rare, le candidat ultra-conservateur a annoncé son retrait de la course à l'investiture républicaine en vue de la présidentielle de novembre.

 

AFP - Le candidat ultraconservateur Rick Santorum a annoncé mardi qu'il se retirait de la course républicaine à la Maison Blanche, ouvrant la voie à Mitt Romney pour affronter le président sortant Barack Obama en novembre.

"Même si cette campagne présidentielle est terminée pour moi, et que nous suspendons

notre campagne à partir d'aujourd'hui, nous n'abandonnons pas le combat", a déclaré M. Santorum lors d'une conférence de presse à Gettysburg dans son fief de Pennsylvanie (nord-est), où une élection primaire doit se tenir le 24 avril.

Aussitôt après, Mitt Romney a diffusé un communiqué pour "féliciter" son ancien rival "pour la campagne qu'il a menée". "Il s'est révélé une voix importante pour le parti et le pays", a ajouté M. Romney.

Après plus de trois mois d'affrontements fratricides entre les candidats républicains, M. Romney devrait concentrer davantage ses forces sur Barack Obama, dont il devient l'adversaire le plus probable pour l'élection du 6 novembre. "Le plus important est de mettre les échecs de ces trois dernières années derrière nous et de remettre l'Amérique sur la voie de la prospérité", a-t-il assuré dans son communiqué.

Au cours des prochaines primaires républicaines, qui se déroulent Etat par Etat, Mitt Romney devrait accentuer son avance déjà considérable sur les deux autres candidats encore en lice, Newt Gingrich et Ron Paul.

L'ancien gouverneur du Massachusetts, nettement favori avant le retrait de M. Santorum, a empoché 656 délégués sur les 1.144 nécessaires pour obtenir l'investiture, selon le site spécialisé RealClearPolitics. M. Santorum en avait rassemblé 272, M. Gingrich 140 et M. Paul 67.

Le multimillionnaire Romney a donc toutes les chances d'être formellement désigné candidat du parti républicain lors de la convention du parti fin août à Tampa (Floride). Mais même si leurs chances sont maigres, les deux autres candidats ont assuré mardi qu'ils se maintenaient dans la course.

M. Gingrich, ancien président ultraconservateur de la Chambre des représentants, a appelé les partisans de M. Santorum à le rejoindre. Quant à l'isolationniste Ron Paul, doyen de la course, il a affirmé qu'il représentait désormais "la dernière vraie solution conservatrice" encore disponible pour les électeurs républicains face à Mitt Romney.

Rick Santorum, 53 ans, aurait dû reprendre mardi sa campagne après une pause durant les fêtes de Pâques marquée par l'hospitalisation de sa fille Bella, atteinte d'une anomalie chromosomique rare. Après un week-end à l'hôpital, la fillette âgée de 3 ans était rentrée chez elle lundi matin.

Au cours de sa conférence de presse, M. Santorum a assuré que l'état de santé de fille s'était amélioré. "C'est une combattante", a-t-il dit. Mais après avoir discuté avec sa famille "autour de la table de la cuisine", le candidat a décidé de se retirer.

"Nous allons continuer à nous battre pour les Américains qui se sont mobilisés et nous ont donné des ailes pour accomplir ce qu'aucun expert politique n'avait prévu", a-t-il dit, rappelant que sa victoire surprise dans l'Iowa le 3 janvier et sa montée en puissance dans la course à la Maison Blanche avaient surpris nombre d'observateurs.

M. Santorum espérait relancer sa campagne dans son fief de Pennsylvanie (est) après une série de défaites dans trois élections primaires la semaine dernière. Une défaite dans son Etat le 24 avril aurait représenté un sérieux revers pour M. Santorum.

Dans une lettre pour remercier ses partisans, M. Santorum, qui n'a pas appelé à soutenir d'autre candidat, demande "un don de plus" pour éponger les dettes de la campagne.

 

Première publication : 10/04/2012

  • PRIMAIRES RÉPUBLICAINES

    Romney remporte trois primaires et consolide sa position de favori

    En savoir plus

  • PRIMAIRES RÉPUBLICAINES

    Santorum inflige une double défaite à Romney en Alabama et au Mississippi

    En savoir plus

  • PRIMAIRES RÉPUBLICAINES

    Santorum inflige une double défaite à Romney en Alabama et au Mississippi

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)