Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

  • Un rassemblement pro-israélien organisé à Paris

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

Afrique

Répression des manifestations de Tunis : la société civile dénonce un "lundi noir"

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/04/2012

Nombre de Tunisiens sont indignés par la brutale répression policière des manifestations - interdites par le pouvoir - qui a eu lieu lundi, à Tunis. Société civile et militants estiment qu'un "point de non retour" a été atteint.

AFP - La brutale répression policière lundi de manifestations interdites à Tunis marque "un point de non retour", estiment société civile et militants tunisiens, face à des autorités qui martèlent la nécessité de respecter la loi et renvoient dos à dos policiers et manifestants.

"Lundi noir", "méthodes fascistes", "sauvagerie"... en dépit d'une dramatisation parfois outrancière, l'indignation est réelle. Les scènes de violence inédites depuis la révolution ont profondément choqué, et nombre de Tunisiens se sont sentis ramenés aux jours dramatiques qui ont précédé la fuite de Ben Ali.

Mardi, une quinzaine d'élus d'opposition de l'Assemblée constituante ont bravé l'interdiction de manifester et ont remonté l'avenue Bourguiba jusqu'au ministère de l'Intérieur, où ils ont été reçus.

"On est tous en ébullition, ce qui s'est passé lundi est horrible et un point de non retour a été franchi", a déclaré à l'AFP Sadoua Elleuch, une responsable du réseau Doustourna, un mouvement de la société civile.

"Voir des personnalités éminentes, des responsables de mouvements, traités de la sorte est inconcevable", a-t-elle ajouté. Le leader du réseau Doustourna Jawar Ben Mbarek a été violemment interpellé lors des manifestations, des membres de l'Assemblée constituante ont été bousculés, des journalistes molestés.

"Les policiers ont été très très violents, j'ai eu l'impression de revivre des choses qu'on vivait sous Ben Ali", a déclaré pour sa part l'avocate Radhia Nasraoui. "Ce gouvernement ne trouve pas de solutions aux problèmes des Tunisiens, par contre, pour tabasser il n'a pas perdu la main", a-t-elle ajouté à l'AFP.

Samedi dernier déjà, la violente dispersion de diplômés chômeurs par des policiers avait choqué de nombreux Tunisiens, à un moment où le taux du chômage (19%) constitue la principale plaie du pays.

Nombre de manifestants se sont également indignés du "deux poids deux mesures" pratiqué selon eux par les autorités, qui répriment sur leur gauche mais "laissent agir en toute impunité" les salafistes.

"Respecter la loi"

Face à l'indignation, et aux photos et vidéos de brutalités policières qui tournent en boucle sur internet, le gouvernement a appelé au respect de la loi et dénoncé "les violations délibérées" de l'interdiction de manifester sur l'avenue.

Le leader du parti islamiste tunisien Ennahda, Rached Ghannouchi, a estimé mardi lors d'une conférence de presse que la Tunisie "n'était pas menacée par la dictature" mais par "le chaos", estimant que "liberté et loi étaient indissociables".

"La violence est condamnable dans un Etat de droit, mais les violations de la loi sont aussi condamnables", a insisté M. Ghannouchi, dont le parti dirige le gouvernement.

La veille, le président tunisien Moncef Marzouki, dont le parti de gauche Congrès pour la République est allié aux islamistes, avait condamné une "violence inacceptable", tout en renvoyant dos à dos manifestants et policiers.

"Il faut sortir de l'émotion et créer une commission d'enquête indépendante" estime l'analyste Fayçal Chérif. "Le gouvernement est dans son rôle quand il rappelle le respect de la loi, les manifestants dans le leur quand ils dénoncent la répression".

"Je ne crois pas que ce qui s'est passé aura un impact profond sur la base électorale d'Ennahda", estime-t-il, interrogé par l'AFP sur les répercussions de cette journée du 9 avril.

Une analyse partagée par le sociologue Salem Labieh, pour qui "l'indignation reste pour le moment au niveau de l'élite politique et intellectuelle". "Les incidents d'hier étaient limités et localisés, après si ça se reproduit en province ce sera une autre question".

Première publication : 10/04/2012

  • TUNISIE

    Violents heurts à Tunis lors d'une manifestation interdite par le pouvoir

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)