Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Zimbabwe : Morgan Tsvangirai inhumé dans son village natal

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Afrin: une guerre sans images

En savoir plus

LE DÉBAT

Offensive sur Afrin en Syrie : Damas, Ankara, un nouveau rapport de force ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Gabriel Attal : "Les propos de Laurent Wauquiez sont indignes et pas au niveau du chef d'un grand parti d'opposition"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Guillaume Larrivé : "On voit que la meute est en marche aux ordres de l'Élysée"

En savoir plus

FOCUS

RD Congo : la Chine à l'assaut du cobalt

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Isabelle Carré écrivaine se dévoile dans "Les Rêveurs"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Sandales, tunique rouge et colliers à fleurs" pour Justin Trudeau en Inde

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump Junior en Inde : un voyage d’affaires très politique

En savoir plus

Moyen-orient

Tirs à la frontière turque : le chef de la diplomatie turque interrompt sa visite en Chine

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/04/2012

Le ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu, en visite officielle en Chine en compagnie du Premier ministre Erdogan, a décidé de rentrer mardi en Turquie, alors que la tension monte à la frontière turco-syrienne.

AFP - Le chef de la diplomatie turque Ahmet Davutoglu, qui accompagne le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan en Chine, a décidé d'interrompre sa visite et de rentrer mardi en Turquie à cause d'une brusque montée de la tension à la frontière turco-syrienne, a rapporté l'agence turque Anatolie.

M. Davutoglu ne participera à l'étape à Shanghai de la délégation turque et retournera en Turquie pour suivre les développements de la situation, après des tirs provenant de Syrie sur un camp de réfugiés syriens situé en Turquie lundi, selon l'agence.

Le ministre a par ailleurs eu des conversations au téléphone sur cet incident avec ses collègues de quatre des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu, ajoute l'agence. Il s'agit des Etats-Unis, du Royaume uni, de la Chine et de la Russie.

Les tirs syriens, qui ont blessé quatre réfugiés syriens et deux Turcs, constituent une "claire violation" de la frontière entre les deux pays, avait auparavant déclaré à Pékin le Premier ministre turc, promettant d'agir.


 

Première publication : 10/04/2012

  • TURQUIE - SYRIE

    Ankara accuse Damas de "violation" de leur frontière commune

    En savoir plus

  • SYRIE

    La poursuite des opérations militaires compromet la mise en œuvre du plan Annan

    En savoir plus

  • REPORTAGE - TURQUIE

    Les réfugiés syriens affluent en Turquie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)