Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Alpha Condé s'exprime sur le retour avorté de Dadis Camara a Conakry

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise des migrants, l'Europe peine à trouver des solutions viables

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat déjoué du Thalys, la sécurité dans les transports au coeur du débat

En savoir plus

TECH 24

Eau High-tech

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

L'Assemblée Nationale, cœur de la démocratie française

En savoir plus

#ActuElles

L'organisation de l'État islamique et sa "théologie du viol"

En savoir plus

FOCUS

Nouvelle-Orléans : dix ans après le cyclone Katrina, le traumatisme demeure

En savoir plus

REPORTERS

Avec les soldats de l'opération Barkhane, au cœur de la lutte anti-terroriste au Sahel

En savoir plus

BILLET RETOUR

Proche-Orient : Jénine, la renaissance fragile

En savoir plus

Moyen-orient

Tirs à la frontière turque : le chef de la diplomatie turque interrompt sa visite en Chine

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/04/2012

Le ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu, en visite officielle en Chine en compagnie du Premier ministre Erdogan, a décidé de rentrer mardi en Turquie, alors que la tension monte à la frontière turco-syrienne.

AFP - Le chef de la diplomatie turque Ahmet Davutoglu, qui accompagne le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan en Chine, a décidé d'interrompre sa visite et de rentrer mardi en Turquie à cause d'une brusque montée de la tension à la frontière turco-syrienne, a rapporté l'agence turque Anatolie.

M. Davutoglu ne participera à l'étape à Shanghai de la délégation turque et retournera en Turquie pour suivre les développements de la situation, après des tirs provenant de Syrie sur un camp de réfugiés syriens situé en Turquie lundi, selon l'agence.

Le ministre a par ailleurs eu des conversations au téléphone sur cet incident avec ses collègues de quatre des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu, ajoute l'agence. Il s'agit des Etats-Unis, du Royaume uni, de la Chine et de la Russie.

Les tirs syriens, qui ont blessé quatre réfugiés syriens et deux Turcs, constituent une "claire violation" de la frontière entre les deux pays, avait auparavant déclaré à Pékin le Premier ministre turc, promettant d'agir.


 

Première publication : 10/04/2012

  • TURQUIE - SYRIE

    Ankara accuse Damas de "violation" de leur frontière commune

    En savoir plus

  • SYRIE

    La poursuite des opérations militaires compromet la mise en œuvre du plan Annan

    En savoir plus

  • REPORTAGE - TURQUIE

    Les réfugiés syriens affluent en Turquie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)