Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

Asie - pacifique

Pyongyang fait le plein en carburant de sa très controversée fusée

Vidéo par Laure MANENT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/04/2012

Le remplissage en carburant des réservoirs de la fusée nord-coréenne, censée mettre sur orbite un satellite d'observation à usage civil, est en cours. Le lancement de l'appareil doit intervenir entre le 12 et le 16 avril.

AFP - La Corée du Nord a annoncé mercredi le remplissage en carburant de sa fusée, dont le lancement semble désormais imminent, ignorant les condamnations de la communauté internationale et l'appel de Washington à y renoncer contre un "avenir de paix" pour son peuple indigent.

Le lanceur Unha-3 est censé décoller du centre spatial de Tongchang-ri (nord-ouest) entre jeudi et lundi afin de mettre en orbite héliosynchrone un satellite d'observation terrestre.

Son envoi annoncé dans l'espace coïncide avec les cérémonies du centenaire de la naissance du fondateur de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), Kim Il-Sung, né un 15 avril.

Le régime nord-coréen affirme que le satellite est à usage civil, mais les Etats-Unis et leurs alliés sud-coréen et japonais accusent Pyongyang de préparer en fait un essai de missile balistique.

La Russie condamne également ce projet tandis que la Chine, unique alliée de poids de Pyongyang, a exprimé ses inquiétudes et appelé à la retenue.

Le régime nord-coréen a clairement fait savoir mercredi qu'il refusait de se soumettre aux injonctions de l'étranger.

"Nous sommes en train d'injecter le carburant au moment où nous parlons. Ca a commencé", a déclaré Paek Chang-Ho, directeur du Centre de contrôle des satellites.

Le remplissage des réservoirs de la fusée "sera terminé dans un avenir proche", a-t-il précisé.

Il a confirmé que le satellite Kwangmyongsong-3 (Etoile brillante) avait déjà été installé mardi dans le troisième et dernier étage de la fusée Unha-3. La date du tir "sera décidée par mes supérieurs", a-t-il ajouté, soulignant que le centre était "dans la phase finale du lancement".

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a appelé la Corée du Nord à renoncer au tir de sa fusée si elle aspire à un "avenir de paix".

"Nous avons d'étroites consultations (avec nos partenaires) et aux Nations unies à New York et ferons les démarches qui s'imposent", a dit Mme Clinton mardi à Washington.

"Si la Corée du Nord aspire à un avenir de paix, meilleur pour son peuple, elle doit s'abstenir de procéder à un nouveau lancement qui représente une menace pour la sécurité régionale", a-t-elle souligné.

La Corée du Nord n'a jamais réussi jusqu'à présent à mettre un satellite en orbite, malgré deux essais en 1998 et 2009. L'essai de 2009 avait été suivi par un essai nucléaire et les experts pensent que Pyongyang pourrait rapidement procéder à un troisième essai.

Les autorités nord-coréennes soutiennent cependant qu'elles n'ont rien à cacher et ont à cet effet invité des dizaines de journalistes étrangers à visiter le centre spatial de Tongchang-ri.

Ils ont également été conviés mercredi, en car et sous bonne escorte, au Centre de contrôle des satellites, un bâtiment d'un étage hyper sécurisé situé dans la banlieue nord de Pyongyang.

A l'intérieur, 16 techniciens - hommes et femmes - en blouses blanches, s'affairaient autour d'écrans d'ordinateurs. Un grand écran diffusait ce que des officiels ont présenté comme des images en direct du lanceur de 30 mètres de haut, sur son pas de tir.

Des experts étrangers également invités ont jugé très rudimentaires les équipements du centre par rapport aux technologies russes ou occidentales.

Le tir de la fusée est le point d'orgue des manifestations du centième anniversaire de la naissance de Kim Il-Sung, père de l'ancien dirigeant Kim Jong-Il qui lui avait succédé à sa mort en 1994, et grand-père de Jim Jong-Un qui a pris la suite de Jong-Il après son décès en décembre dernier.

Une conférence exceptionnelle du Parti du Travail de Corée (PTC), le parti unique du régime, devait officiellement désigner mercredi Kim Jong-Un au poste de secrétaire général.

Selon le quotidien officiel du PTC, Pyongyang a nommé un nouveau ministre des forces armées, Kim Jong-Gak, signe, selon les observateurs, d'un changement de génération au sein de l'élite orchestré par Kim Jong-Un pour asseoir son autorité sur les militaires.

Première publication : 11/04/2012

  • CORÉE DU NORD

    Le lancement imminent de la fusée nord-coréenne suscite un tollé international

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    La Corée du Nord installe sa fusée sur le pas de tir

    En savoir plus

  • JAPON

    Tokyo détruira la fusée nord-coréenne si nécessaire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)