Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

Amériques

L'ultra-conservateur Rick Santorum se retire pour mieux rebondir

Vidéo par Christophe DANSETTE

Texte par Julien PEYRON

Dernière modification : 17/07/2012

Rick Santorum a annoncé qu’il se retirait de la primaire républicaine en invoquant la maladie de sa fille. Mais nombre d'observateurs voient dans cette décision un calcul politique qui pourrait lui permettre de rebondir.

Rick Santorum a pris de court les analystes politiques américains en annonçant brutalement, mardi 10 avril, son retrait de la course à l'investiture républicaine en vue de la présidentielle de novembre. Sa décision laisse le champ libre à Mitt Romney, qui a désormais toutes les chances d’être investi en août par son parti pour aller défier Barack Obama.

Lors de l’annonce de son désistement, Rick Santorum s’est bien gardé de détailler les raisons ayant motivé son choix. Il a simplement évoqué sa fille, Bella, atteinte d’une maladie génétique et qui a passé le week-end dernier à l’hôpital. Une explication qui n’a pas convaincu la plupart des éditorialistes américains.

Le spectre d’une défaite en Pennsylvanie

PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

"Il n’avait tout simplement pas la moindre chance de remporter la nomination, assure Thomas Mann, politologue au sein du think-tank américain Brookings Institution, interrogé par USA Today. Il risquait fort de se faire balayer par Romney en Pennsylvanie."

Une primaire cruciale doit se tenir dans deux semaines en Pennsylvanie, un État dont Rick Santorum a été sénateur de 1995 à 2007. Le fortuné Mitt Romney ayant déjà commencé à bombarder les télévisions locales de spots publicitaires, l’enfant du pays voyait se profiler une douloureuse défaite sur ses terres. "S’il avait eu la moindre chance de l’emporter en Pennsylvanie, il serait resté et aurait espéré un miracle", assure ainsi Thomas Mann.

Un revers en Pennsylvanie aurait sans doute signifié la fin des ambitions présidentielles de Santorum, d’autant qu’il y a déjà essuyé un affront des électeurs en 2006, lorsqu’il briguait un troisième mandat de sénateur. Une humiliation qu’il traîne encore aujourd’hui comme un boulet et que ses adversaires à la primaire n’ont eu de cesse de lui rappeler lors de la campagne.

Trop de délégués de retard et trop peu d’argent

Indépendamment du résultat des prochaines primaires, le combat semblait de toute façon perdu d’avance pour Rick Santorum, tant son retard sur Mitt Romney est important. Selon le site RealClearPolitics, l’ancien gouverneur du Massachusetts compte aujourd’hui 656 délégués, sur les 1 144 nécessaires pour obtenir l'investiture, contre 272 à Santorum.

Des problèmes d’ordre financier handicapaient également la campagne de Santorum. Cité par le "New York Times", le stratège républicain et ancien directeur de campagne de Santorum, Vince Galko, se demande si celui-ci disposait d’assez d’argent pour continuer. Selon lui, le candidat a fini par comprendre que mettre un terme à sa campagne "était la chose la plus intelligente à faire".

Candidat en 2016 ?

Le retrait de Santorum ne devrait toutefois pas signer la fin de sa carrière politique. Il y a quelques mois encore, il était surtout connu pour être un candidat atypique, souvent moqué pour ses gilets sans manches et constamment placé en bout de table lors des débats télévisés. Aujourd’hui, c’est un homme politique respecté qui a su rassembler les évangélistes et la frange la plus conservatrice du Parti républicain.

"Il a commencé sa campagne comme un astérisque dans les sondages et il la quitte en ayant remporté trois millions de vote et 11 primaires ou caucus", rappelle Ralph Reed, un militant conservateur cité par le "Washington Post".

Santorum pourrait profiter de cette nouvelle stature pour se poser comme un candidat sérieux et expérimenté en 2016 (il sera alors âgé de 58 ans). Sa nouvelle aura lui permet également d’intégrer la liste des candidats potentiels à la vice-présidence lorsque Romney sera investi. "Je pense qu’on n’a pas fini d’entendre parler de Rick Santorum", prédit Ralph Reed.

Première publication : 11/04/2012

  • PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

    L'ultra-conservateur Rick Santorum se retire de la primaire républicaine

    En savoir plus

  • PRIMAIRES RÉPUBLICAINES

    Romney remporte trois primaires et consolide sa position de favori

    En savoir plus

  • PRIMAIRES RÉPUBLICAINES

    Rick Santorum remporte la primaire républicaine de Louisiane

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)