Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tanzanie : le pouvoir s'attaque aux blogueurs

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Fièvre de lassa, le Nigeria lutte contre une épidémie sans précédent

En savoir plus

LE DÉBAT

"Le nouvel antisémitisme" : un manifeste à charge ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marie-Claude Pietragalla et Julien Derouault : un nouveau pas de deux dans "Lorenzaccio"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ce n'est pas le moment de fantasmer sur le dégel intercoréen"

En savoir plus

L’invité du jour

"La plupart du temps, les bibliothèques ne sont pas là où les gens ont le plus besoin d’elles"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Grève chez Air France : l'arme du référendum

En savoir plus

FOCUS

RDC : le fléau des enlèvements d'enfants contre rançon

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Amical mais critique, Emmanuel Macron séduit le Congrès"

En savoir plus

Afrique

Les ex-responsables de haut rang de l'ère Moubarak interdits de se présenter à la présidentielle

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/04/2012

Le Parlement a adopté une loi empêchant les responsables de haut rang sous l'ère Moubarak, dont l'ancien vice-président Omar Souleimane, de se présenter à la présidentielle. La loi doit encore être promulguée par le Conseil suprême des forces armées.

REUTERS - Le Parlement égyptien, dominé par les islamistes, a adopté jeudi une loi qui exclut les anciens responsables de haut niveau du régime d'Hosni Moubarak de la course à la présidence, ce qui vise à empêcher l'ancien chef des services de renseignement Omar Souleimane de se présenter.

Pour entrer en vigueur, cette loi doit encore être promulguée par le Conseil suprême des forces armées (CSFA) au pouvoir.

Les Frères musulmans, principal groupe au Parlement, ont appelé les Egyptiens à manifester massivement vendredi contre la candidature de dernière minute de celui qui fut pendant deux décennies le maître espion de Moubarak, avant d'être promu à la vice-présidence pendant la "révolution du Nil".

Le texte bloque plus largement la candidature de quiconque a occupé le poste de Premier ministre pendant les dix ans précédant la chute d'Hosni Moubarak, ce qui est le cas d'un autre candidat, Ahmed Chafik, ex-commandant des forces aériennes, qui a pris la tête du gouvernement pendant le soulèvement de janvier 2011.

Elle ne s'applique pas en revanche aux anciens ministres, comme le libéral Amr Moussa, qui a longtemps dirigé la diplomatie égyptienne avant de devenir secrétaire général de la Ligue arabe.

Le premier tour de la présidentielle est programmé les 23 et 24 mai.
 

Première publication : 12/04/2012

  • PRÉSIDENTIELLE ÉGYPTIENNE

    Les Frères musulmans s'insurgent contre la candidature de Souleimane

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Clôture du dépôt des candidatures à la présidentielle, Souleimane candidat in extremis

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Omar Souleimane, pilier du régime Moubarak, brigue la présidence

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)